Sahara occidental: Désignation d'un nouvel émissaire au menu de la réunion du Conseil de sécurité    Coronavirus : 103 nouveaux cas confirmés et 21 nouveaux décès en Algérie    Soufiane Djillali accable l'ancien président Bouteflika    Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    SUSPENDUE DEPUIS 22 MARS : Reprise de l'activité de contrôle technique des véhicules    Tribunal de Koléa (Tipasa) : report du procès de Karim Tabou au 27 avril    LE MINISTRE BELHIMER AFFIRME : Les professionnels de la presse concernés par le confinement    TRAITEMENT DES MALADES ATTEINTS DU COVID-19 : 300 000 boîtes de Chloroquine disponibles    Extension du confinement : nouveaux horaires de travail pour les agences de la BNA    Covid-19: Aboul el-Gheit avertit contre une propagation parmi les Palestiniens détenus    Extension du confinement : travail à mi-temps chez les assurances    BIR EL-DJIR (ORAN) : Arrestation de 9 personnes pour incitation à la violation du confinement    Coronavirus : Abdelkader Bensalah fait don d'un mois de son salaire    L'Athletico Madrid cible Mandi    L'Inter Milan rêve toujours de Messi    Abdelouaheb Fersaoui condamné à une année de prison    Larbi Ounoughi installé dans ses nouvelles fonctions de P-dg de l'ANEP    Colla (Bordj Bou Arréridj) : Les enfants autistes livrés à eux-mêmes    L'institut Cervantès d'Algérie lance un concours de photographie    Coronavirus: plusieurs facilitations fiscales au profit des entreprises    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    3 personnes interpellées    Qui veut saborder le projet de fabrication de respirateurs ?    Le journaliste Sofiane Merakchi condamné à 8 mois de prison ferme    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Benlamri lourdement sanctionné    Un député français saisit le procureur de Paris    Plusieurs pépites disponibles en un clic !    …CULTURE EN BREF …    Une fresque poétique sur un père et sa fille    Centre de regroupement des équipes nationales d'Aghribs : Le projet à l'arrêt depuis une année    CS Constantine : L'entraîneur égyptien Khaled Ghanim convoité    Du confinement sanitaire au «confinement médiatique»    MO Constantine (DNA-Est) : Un parcours exemplaire    On vous le dit    Moyen-Orient : L'Iran exhorte l'UE à s'opposer aux sanctions américaines    Cisjordanie occupée : Les colons profitent du confinement pour annexer des terres palestiniennes    Impact du COVID-19 sur le marché pétrolier en Afrique : Des pertes colossales et des risques latents    Acheminés par des avions de l'ANP: Une première commande d'équipements de protection réceptionnée    Vers une remontée des prix du pétrole ?    LA MUE HUMAINE    La couronne, la bavette et la muselière    Tlemcen: La culture se met au virtuel pendant le confinement    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La guerre des mots
Djaballah-Makri
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 05 - 2019

C'est de nouveau la guéguerre entre Abdallah Djaballah et Abderezzak Makri, qui reprennent ainsi l'échange d'accusations après un intermède de quelques mois.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Et c'est le bras droit du président du FJD (Front pour la justice et le développement), Lakhdar Benkhellaf, qui a rouvert le champ des hostilités en faisant part du conseil de Djaballah à Makri de «ne pas sous-traiter l'idée de report des élections présidentielles qui était inspirée par l'ex-frère conseiller du président de la République», poussé à la démission par le mouvement populaire en cours dans le pays.
C'était, précise Benkhellaf, lors de la rencontre entre Djaballah et Makri qui a suivi celle ayant vu le président du MSP rencontrer Saïd Bouteflika, ajoutant que le Cheikh avait récusé l'idée du report de l'élection présidentielle du 18 avril dernier car relevant d'une démarche «anticonstitutionnelle» et qu'il refusait de prendre langue avec «celui qui a usurpé la fonction de son frère et préside le pays par procuration». Et à Benkhellaf d'enfoncer Makri en l'accusant de rendre Djaballah pour responsable de l'échec de son initiative.
Seulement, cette sortie du bras droit de Djaballah n'a pas été sans une réaction instantanée et virulente du MSP. Un des proches collaborateurs de Makri, Nacereddine Hamdadouche, a, en effet, répliqué, accusant des cadres dirigeants du FJD de rencontres secrètes avec ces forces extraconstitutionnelles que constituent l'ex-frère-conseiller du président de la République démissionnaire, la tête de l'Etat profond, l'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal et même avec un représentant de l'actuel Premier ministre, Noureddine Bédoui, lors de la constitution de son équipe, que la rue récuse pourtant. Des rendez-vous dont était au courant Djaballah qui tenait à ne pas en informer ni l'opposition et encore moins l'opinion publique.
Hamdadouche qui soutient que le projet de consensus national proposé par son parti était destiné à toutes les institutions de l'Etat dont la présidence de la République et toutes les composantes de la classe politique, opposition et allégeance et la société civile en général, estime que les rencontres avec ceux qui sont considérés maintenant comme des forces extraconstitutionnelles relevait du «pouvoir du fait accompli» avec lesquelles tous les partenaires traitaient (institutions officielles, partis, associations, médias, ….)
Et d'ajouter que ces contacts relevaient du projet de consensus national et n'étaient pas des négociations partisanes au profit du mouvement. Un projet à propos duquel Hamdadouche précise avoir émis des «conditions nationales dont l'accord de toutes les institutions de l'Etat pour ne pas entrer dans le cadre de la bataille des clans du sérail ou encore le souci que «toute l'opposition y soit présente sans exclusion aucune».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.