Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah nie toute «ambition politique»
A partir de Biskra
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 05 - 2019

Projetée au-devant de la scène comme le véritable et unique centre du pouvoir en Algérie, depuis le 2 avril dernier, l'Armée nationale populaire maintient sa feuille de route, celle consistant à ne jamais sortir du cadre constitutionnel, le rejet de toute transition et, au bout, l'organisation d'élection présidentielle dans les meilleurs délais. Un vrai défi rendu d'autant plus difficile à relever que le pays est face à une crise politique hautement complexe.
Kamel Amarni - Alger (Le Soir) - D'un côté, une révolution populaire nationale inédite et qui ne donne aucun signe d'essoufflement, trois mois après son déclenchement le 22 février dernier, et de l'autre, un édifice institutionnel tombé en ruine, au lendemain même de la chute de son concepteur, Abdelaziz Bouteflika.
Des institutions fantomatiques en fait avec, fait aggravant en plus, la disparition massive et collective de ce qui faisait office de « classe politique » et de « société civile », sur lesquelles s'appuyait traditionnellement le régime. C'est d'ailleurs à ceux-là que le chef de l'état-major, Ahmed Gaïd Salah faisait allusion lundi dernier, lorsqu'il disait regretter « l'absence des personnalités nationales, des élites », en ces moments cruciaux que traverse le pays.
Pour réussir, en tout cas, à faire appliquer sa feuille de route, à savoir la tenue d'élection présidentielle, l'institution militaire tente de donner suffisamment de gages de confiance envers l'opinion publique ainsi que l'opposition. Ils s'articulent essentiellement autour de quatre points : l'appel à un dialogue auquel l'armée affirme officiellement ne pas vouloir prendre part ; l'appel à la constitution d'une instance nationale d'organisation et supervision des élections, la lutte implacable contre la corruption pour répondre à une partie des revendications populaires et, tout récemment encore, l'affirmation du patron de l'ANP, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, de ne nourrir « aucune ambition politique».
Hier mercredi, et au quatrième jour de sa visite en 4 ème Région militaire, Gaïd Salah dira, à partir de Biskra : « Je me suis engagé personnellement à maintes reprises, devant Allah et devant la patrie et l'Histoire, et c'est là un engagement solennel auquel je ne renoncerai jamais, par respect à la Constitution et aux lois républicaines, à l'instar de ce serment que j'ai pris devant les chouhada de la glorieuse révolution de Libération ; ces braves qui ont suivi la voie juste et sont tombés en martyrs.
Et c'est sur cette voie que nous marchons aujourd'hui avec fidélité et sincérité et œuvrons au sein de l'Armée nationale populaire et continuerons d'œuvrer, avec l'aide d'Allah, avec honnêteté, à accompagner le peuple algérien de manière rationnelle, sincère et franche, dans ses marches pacifiques et matures, ainsi que les efforts des institutions de l'Etat et de l'appareil de justice ». Avant d'ajouter, sur un ton solennel : « Et que tout le monde sache que nous n'avons aucune ambition politique mis à part servir notre pays conformément à nos missions constitutionnelles et le voir prospère et en sécurité. Telle est notre ultime finalité .»
Détenteur du pouvoir réel, depuis le 2 avril dernier, il n'ignore certainement pas qu'un tel engagement est de nature à rassurer d'éventuels présidentiables ainsi que l'ensemble de la classe politique quant à la régularité du scrutin auquel il appelle.
« La bande tente de saborder la noble mission de la justice »
Hier mercredi encore, le chef de l'état-major s'est exprimé sur l'un de ses sujets favoris depuis quelques semaines, la lutte contre la corruption et la moralisation de la vie publique.
« Parmi les facteurs que nous sommes certains qu'ils offrent tous les signes de satisfaction chez les citoyens, la libération de la justice de toutes les formes de contraintes, de diktats et de pression, ce qui lui a permis d'exercer ses missions en toute liberté, de couvrir la plaie et d'assainir le pays de la corruption et des prédateurs .» Il ajoutera, en guise de rappel : « Cependant, les porte-voix et les apôtres de la bande tentent de saborder cette noble démarche par la désinformation de l'opinion publique nationale et prétendre que le jugement des corrupteurs ne constitue pas une priorité, mais il y a lieu de surseoir jusqu'à l'élection d'un nouveau président de la République qui se chargera de juger ces prédateurs. L'objectif réel derrière cela est d'essayer par tous les moyens d'entraver cette démarche nationale majeure, afin de permettre aux têtes de la bande et à leurs acolytes de se soustraire et d'échapper à l'emprise de la justice.
Pour cela, elle a essayé d'imposer sa présence et ses desseins. Toutefois, les efforts de l'Armée nationale populaire et de son Commandement novembriste étaient aux aguets et ont mis en échec ces complots et conspirations grâce à la sagesse, la clairvoyance et la conception profonde du déroulement des événements et l'anticipation de leur évolution .»
De nombreuses affaires de corruption sont d'ailleurs traitées en même temps par la justice et d'autres sont encore à prévoir, prochainement.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.