Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

  Le chef d'état-major de l'ANP a encore une fois évoqué la justice en indiquant qu'elle s'est affranchie de ses commanditaires. De Ouargla, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, a souligné dans son allocution «que la libération de la justice de toutes les formes de contraintes, de diktats et de pression, lui a permis d'exercer ses missions en toute liberté et d'assainir le pays de la corruption et des prédateurs».
Le vice-ministre de la Défense reconnaît explicitement que le travail de l'appareil judiciaire était sérieusement entravé et devait composer avec les pressions exercées d'en haut. Un constat établi par tous les Algériens qui n'ont jamais cessé de dénoncer l'instrumentalisation de la justice au profit du clan Bouteflika et de ses cercles les plus rapprochés. Faut-il alors voir dans la déclaration de Gaïd la convocation d'anciens ministres qui se sont succédé au département de la Justice sous le règne Bouteflika ? Auparavant, il avait salué la lutte contre la corruption et évoqué de nombreux dossiers «lourds» et «dangereux» impliquant d'anciens hauts responsables politiques et hommes d'affaires. Mais pour le chef d'état-major, l'émancipation de la justice n'est pas du goût de la «bande» dont «les porte-voix et les apôtres tentent de saborder cette noble démarche». Selon lui, elle essaye d'induire en erreur l'opinion publique nationale en prétendant que «le jugement des corrupteurs ne constitue pas une priorité, mais il y a lieu de le surseoir jusqu'à l'élection d'un nouveau président de la République qui se chargera de juger ces prédateurs». Une manœuvre, ajoute-t-il, «est d'essayer par tous les moyens d'entraver» le travail de la justice pour «permettre aux têtes de la bande et à leurs acolytes» d'échapper à son emprise.
Pour lui encore, la vigilance de l'institution militaire a «mis en échec ces complots et conspirations». Par ailleurs, il a réitéré son engagement personnel «auquel je ne renoncerai jamais», à accompagner le peuple algérien, «de manière rationnelle, sincère et franche, dans ses marches pacifiques et matures». A ce propos, il affirme «en toute clarté» que l'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique mis à part servir notre pays conformément à nos missions constitutionnelles et le voir prospère et en sécurité». Gaïd Salah ajoute que «nous avons affirmé à maintes reprises que la responsabilité est un poids que ceux qui le portent doivent l'assumer devant Allah, devant leur patrie et eux-mêmes, tout au long de la période de l'accomplissement de leurs missions, conformément aux prérogatives qui leur sont assignées par la loi, et ce en toute intégrité, fidélité et loyauté envers le serment. Ces prérogatives dont ils ne peuvent en dévier, en aucun cas et se doivent d'œuvrer à exécuter leur devoir, sans négligence ni pressions en veillant à respecter les exigences de la hiérarchie fonctionnelle, et faire aboutir leurs actions de manière convenable et de faire en sorte que leur parcours professionnel soit caractérisé par une bonne performance».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.