Gouasmia, nouveau commandant de la gendarmerie    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Niveau «yet'karkar» !    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Pas d'Algériens parmi les victimes des explosions survenues à Beyrouth    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Un pays à déconfiner    3 649,5 hectares du massif forestier et arbres fruitiers partis en fumée    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    "Des mesures inadaptées", selon le Game    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    "La pandémie exige de repenser l'acte pédagogique"    La crise des déchets persiste à Constantine    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Signature de conventions de partenariat    La fille des Aurès    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du Pr Jean-Paul Grangaud : Condoléances du ministre de la Santé    Explosions au port de Beyrouth: Message de condoléances et de compassion du Président Tebboune à son homologue libanais    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Ghardaïa: Sept blessés graves dans une collision    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    Ce que prévoit la loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon Gaïd Salah: L'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 05 - 2019

  Le chef d'état-major de l'ANP a encore une fois évoqué la justice en indiquant qu'elle s'est affranchie de ses commanditaires. De Ouargla, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, a souligné dans son allocution «que la libération de la justice de toutes les formes de contraintes, de diktats et de pression, lui a permis d'exercer ses missions en toute liberté et d'assainir le pays de la corruption et des prédateurs».
Le vice-ministre de la Défense reconnaît explicitement que le travail de l'appareil judiciaire était sérieusement entravé et devait composer avec les pressions exercées d'en haut. Un constat établi par tous les Algériens qui n'ont jamais cessé de dénoncer l'instrumentalisation de la justice au profit du clan Bouteflika et de ses cercles les plus rapprochés. Faut-il alors voir dans la déclaration de Gaïd la convocation d'anciens ministres qui se sont succédé au département de la Justice sous le règne Bouteflika ? Auparavant, il avait salué la lutte contre la corruption et évoqué de nombreux dossiers «lourds» et «dangereux» impliquant d'anciens hauts responsables politiques et hommes d'affaires. Mais pour le chef d'état-major, l'émancipation de la justice n'est pas du goût de la «bande» dont «les porte-voix et les apôtres tentent de saborder cette noble démarche». Selon lui, elle essaye d'induire en erreur l'opinion publique nationale en prétendant que «le jugement des corrupteurs ne constitue pas une priorité, mais il y a lieu de le surseoir jusqu'à l'élection d'un nouveau président de la République qui se chargera de juger ces prédateurs». Une manœuvre, ajoute-t-il, «est d'essayer par tous les moyens d'entraver» le travail de la justice pour «permettre aux têtes de la bande et à leurs acolytes» d'échapper à son emprise.
Pour lui encore, la vigilance de l'institution militaire a «mis en échec ces complots et conspirations». Par ailleurs, il a réitéré son engagement personnel «auquel je ne renoncerai jamais», à accompagner le peuple algérien, «de manière rationnelle, sincère et franche, dans ses marches pacifiques et matures». A ce propos, il affirme «en toute clarté» que l'institution militaire ne nourrit «aucune ambition politique mis à part servir notre pays conformément à nos missions constitutionnelles et le voir prospère et en sécurité». Gaïd Salah ajoute que «nous avons affirmé à maintes reprises que la responsabilité est un poids que ceux qui le portent doivent l'assumer devant Allah, devant leur patrie et eux-mêmes, tout au long de la période de l'accomplissement de leurs missions, conformément aux prérogatives qui leur sont assignées par la loi, et ce en toute intégrité, fidélité et loyauté envers le serment. Ces prérogatives dont ils ne peuvent en dévier, en aucun cas et se doivent d'œuvrer à exécuter leur devoir, sans négligence ni pressions en veillant à respecter les exigences de la hiérarchie fonctionnelle, et faire aboutir leurs actions de manière convenable et de faire en sorte que leur parcours professionnel soit caractérisé par une bonne performance».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.