Un panel qui n'aura pas de sens si le mouvement populaire n'obtient pas satisfaction sur ses préalables    Pouvoir-opposition: Dialogue de sourds, divergences et risque de statuquo    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    Un bien détestable président    LE JUSTE MILIEU    Finale de la CAN 2019: Algérie-Sénégal, vendredi à 20h00: Rendez-vous avec l'histoire    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Neuf individus arrêtés: Un trafic de véhicules et de faux et usage de faux démantelé    Remchi: 71 familles recasées dans le cadre du RHP    Le Hirak : ne pas brouiller son message nationaliste !    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    M. Chahar Boulakhras, P-DG de la Sonelgaz, à la Radio : "Nous avons connu un pic historique de 15 133 mégawatts"    CAN-2021: Tirage au sort ce jeudi au Caire    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Utilisation en ligne des techniques de sensibilisation à la protection de l'environnement: 30 étudiants de l'Est du pays en formation à El-Tarf    Alors que les citoyens dénoncent la suspension de l'AEP durant cette période caniculaire : Les responsables concernés restent imperturbables !    Sahel : Bamako salue le rôle «éminent» de l'Algérie    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Le calvaire des usagers    Les Verts en quête d'une 2e étoile    Les résultats connus aujourd'hui    Création d'un comité de suivi    Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    Real : Zidane sur le point de perdre 3 de ses joueurs favoris ?    MAHIEDDINE TAHKOUT : Zoukh de nouveau devant la Cour Suprême    Les C400X et C400GT arrivent    Ils seront plus de onze millions à la rentrée prochaine    Les étudiants résistent    Du 28 au 30 septembre à Tébessa    ACTUCULT    Une nouvelle initiative de dialogue lancée    Une statistique qui profite à l'Algérie avant la finale    Une médiation morte avant de commencer    Baisse drastique des réserves de change    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Caire, ville sous haute sécurité
120 000 policiers sont mobilisés à travers les sites de la CAN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Rien n'a été laissé au hasard en matière de sécurité dans la capitale égyptienne Le Caire, ville-hôte de trois des six groupes du premier tour de la CAN-2019 qui se déroule en Egypte depuis le 21 juin jusqu'au 19 juillet.
Ayant remplacé au pied levé le Cameroun, recalé par la Confédération africaine de football (CAF) en raison du retard accusé dans les travaux des infrastructures devant abriter le tournoi, l'Egypte s'est engagée non seulement à assurer la réussite de la compétition sur le plan organisationnel, mais également à relever le défi sécuritaire, pour un pays qui fait face à une instabilité sur ce plan depuis quelques années. Dimanche après-midi, à quelques heures des deux matchs du groupe C, Algérie-Kenya (2-0) et Sénégal-Tanzanie (2-0), les autorités locales ont mis en place un dispositif de sécurité impressionnant à l'entrée du stade du 30-Juin, enceinte propriété des Forces aériennes. Les journalistes, venus nombreux couvrir ces deux rencontres, n'ont pas été épargnés puisqu'ils ont été soumis à une fouille rigoureuse et ferme, similaire à celle appliquée dans les aéroports. Pas moins de trois points de contrôle, dont deux munis de scanners, se trouvaient sur le chemin menant vers l'entrée du stade. Le tournoi, qui regroupe pour la première fois 24 nations, suscite des inquiétudes au vu des rassemblements de grande ampleur et le dernier attentat à la bombe perpétré fin mai contre un car de touristes sud-africains près des pyramides de Guizèh (sud-ouest du Caire), haut-lieu du tourisme égyptien. L'Egypte craint beaucoup sur le plan sécuritaire, après la mort aussi de l'ancien président Mohamed Morsi, quelques jours seulement avant le coup d'envoi de la compétition donné vendredi dernier. Ziad, un chauffeur chez Uber, une application de transport pour particuliers, témoigne à l'APS : «Toutes les autorités étaient en alerte maximale après la mort de Morsi qui coïncidait avec le début de la CAN. Un dispositif sécuritaire jamais constaté auparavant a été mis en place à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de vendredi, C'était l'image de tout un pays qui pouvait s'écrouler au cas où un incident majeur se serait produit». Avant le début de cette 32e édition, le ministre de l'Intérieur, Mahmoud Taoufik, s'est engagé à assurer «une sécurité maximale» dans l'objectif de permettre au tournoi de se dérouler sans couacs. Selon la presse locale, 120 000 policiers sont actuellement mobilisés pour veiller à la sécurité des délégations et des milliers de spectateurs venus nombreux en Egypte. Une brigade composée de deux voitures de police et d'un agent d'intervention, armé jusqu'aux dents, est mobilisée à l'entrée de chaque terrain d'entraînement, comme c'est le cas d'ailleurs au stade Petrosport, lieu d'entraînement de l'équipe nationale, ce qui rend impossible la mission de s'y faufiler, notamment si la séance se déroule à huis clos. Même si l'Egypte est loin d'être un novice en matière d'organisation pour avoir déjà abrité la CAN à quatre reprises auparavant (1959, 1974, 1986 et 2006), c'est la première fois qu'elle assure cette mission depuis la révolution de 2011 qui a mis fin au régime de l'ancien président Hosni Moubarak, suivie d'événements politiques qui ont complètement changé le quotidien des Egyptiens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.