Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Covid-19: Les walis appelés à sévir    Identité de papier    Selon le DG de la SEOR: Retour dès demain à une alimentation normale en eau potable    USM Bel-Abbès: Quatre milliards de centimes bloqués    Le ministre de la Santé: «La situation est alarmante»    Bouira: Meurtre de la jeune avocate : les 3 mis en cause écroués    Les demandeurs de logements de la formule «à points» reçus par le chef de daïra: Des promesses pour des attributions après la levée du confinement    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Meziane buteur, Benghit exclu    Zeghlache donne les raisons du transfert de Boussouf    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    L'attestation d'affiliation téléchargeable désormais via l'espace «El Hanaa»    Un groupe français en pole position    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Coupures d'eau récurrentes et prolongées, le ras-le-bol des citoyens    Bilan du premier semestre de la Sûreté de wilaya    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    REPLIQUE AU TWEET DE MARINE LE PEN    Arnaque à la communication !    La reconversion des seconds couteaux    Les propositions de Rahabi    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Démission du ministre de la Justice    Encore un doublé de Benrahma    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Caire, ville sous haute sécurité
120 000 policiers sont mobilisés à travers les sites de la CAN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Rien n'a été laissé au hasard en matière de sécurité dans la capitale égyptienne Le Caire, ville-hôte de trois des six groupes du premier tour de la CAN-2019 qui se déroule en Egypte depuis le 21 juin jusqu'au 19 juillet.
Ayant remplacé au pied levé le Cameroun, recalé par la Confédération africaine de football (CAF) en raison du retard accusé dans les travaux des infrastructures devant abriter le tournoi, l'Egypte s'est engagée non seulement à assurer la réussite de la compétition sur le plan organisationnel, mais également à relever le défi sécuritaire, pour un pays qui fait face à une instabilité sur ce plan depuis quelques années. Dimanche après-midi, à quelques heures des deux matchs du groupe C, Algérie-Kenya (2-0) et Sénégal-Tanzanie (2-0), les autorités locales ont mis en place un dispositif de sécurité impressionnant à l'entrée du stade du 30-Juin, enceinte propriété des Forces aériennes. Les journalistes, venus nombreux couvrir ces deux rencontres, n'ont pas été épargnés puisqu'ils ont été soumis à une fouille rigoureuse et ferme, similaire à celle appliquée dans les aéroports. Pas moins de trois points de contrôle, dont deux munis de scanners, se trouvaient sur le chemin menant vers l'entrée du stade. Le tournoi, qui regroupe pour la première fois 24 nations, suscite des inquiétudes au vu des rassemblements de grande ampleur et le dernier attentat à la bombe perpétré fin mai contre un car de touristes sud-africains près des pyramides de Guizèh (sud-ouest du Caire), haut-lieu du tourisme égyptien. L'Egypte craint beaucoup sur le plan sécuritaire, après la mort aussi de l'ancien président Mohamed Morsi, quelques jours seulement avant le coup d'envoi de la compétition donné vendredi dernier. Ziad, un chauffeur chez Uber, une application de transport pour particuliers, témoigne à l'APS : «Toutes les autorités étaient en alerte maximale après la mort de Morsi qui coïncidait avec le début de la CAN. Un dispositif sécuritaire jamais constaté auparavant a été mis en place à l'occasion de la cérémonie d'ouverture de vendredi, C'était l'image de tout un pays qui pouvait s'écrouler au cas où un incident majeur se serait produit». Avant le début de cette 32e édition, le ministre de l'Intérieur, Mahmoud Taoufik, s'est engagé à assurer «une sécurité maximale» dans l'objectif de permettre au tournoi de se dérouler sans couacs. Selon la presse locale, 120 000 policiers sont actuellement mobilisés pour veiller à la sécurité des délégations et des milliers de spectateurs venus nombreux en Egypte. Une brigade composée de deux voitures de police et d'un agent d'intervention, armé jusqu'aux dents, est mobilisée à l'entrée de chaque terrain d'entraînement, comme c'est le cas d'ailleurs au stade Petrosport, lieu d'entraînement de l'équipe nationale, ce qui rend impossible la mission de s'y faufiler, notamment si la séance se déroule à huis clos. Même si l'Egypte est loin d'être un novice en matière d'organisation pour avoir déjà abrité la CAN à quatre reprises auparavant (1959, 1974, 1986 et 2006), c'est la première fois qu'elle assure cette mission depuis la révolution de 2011 qui a mis fin au régime de l'ancien président Hosni Moubarak, suivie d'événements politiques qui ont complètement changé le quotidien des Egyptiens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.