Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Djerad reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères    Robert Moreno évoque le cas Slimani    LA DIVERSITE EST UNE RICHESSE ET NON UN HANDICAP    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    L'APN LUI DONNE UN DELAI DE 10 JOURS : Abdelkader Ouali refuse de renoncer à son immunité parlementaire    Installation du nouveau DG de la Télévision nationale    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    TIZI-OUZOU : Destruction d'une casemate pour terroristes    BECHAR : Un dealer condamné à 3 ans de prison pour trafic de drogues    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Amitié entre les peuples: Ghlamallah prendra part à une conférence en Croatie    Coupe de la CAF : Le Paradou hypothèque ses chances de qualification    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Hirak : discuter pour être indiscutable    Les efforts de lutte contre la corruption stagnent dans les pays du g7    Un "terminus" brutal pour la JSK    Le WA Tlemcen rejoint l'O Médéa en tête du classement    Casoni pose ses conditions    Les Algériennes en regroupement à Alger    La défaillance de l'EGSA    Enquêtes sur les biens immobiliers des hommes d'affaires    L'évaluation, une exigence stratégique    Sit-in de solidarité avec Ilyas Lahouazi    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Biscuits roulés à la cannelle    Le ministère de la Santé recommande de reporter les voyages prévus en Chine    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Convergence de vues entre Tebboune et Erdogan    L'Algérie condamne avec "force"    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Hommage et recueillement à la mémoire de matoub lounès    Au Louvre, une œuvre cinétique de l'artiste vénézuélien Elias Crespin    Serie A : La Juventus chute face à Naples    Crise libyenne: Un conflit naît dans les laboratoires américains ?    SEOR: Perturbation de l'alimentation en eau dans 12 communes    Tunisie: Vers un nouveau gouvernement ?    Assemblage de tramways: Alstom n'a pas respecté le contenu de l'accord    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants ne désarment pas
Ils ont dénoncé les tentatives de diviser le mouvement populaire
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 06 - 2019

Les mésaventures des étudiants avec la police n'en finissent pas à Alger. Leurs marches hebdomadaires pacifiques sont souvent perturbées par les services de l'ordre. Ainsi en a été-t-il de la marche d'hier.
Karim Aimeur – Alger (Le Soir) – Malgré son caractère pacifique, les agents de l'ordre trouvent toujours de quoi créer des incidents. Le premier est enregistré juste au début de la marche à la place des Martyrs. Plusieurs policières ont tenté d'interpeller une manifestante qui portait le drapeau amazigh. Mais les étudiants ont encerclé ces policières, les empêchant de prendre et l'étudiante et le drapeau.
Cet emblème va finir par être arraché par la police à un étudiant en cours de marche. La manifestation s'est ébranlée vers 10h30.
Elle est rythmée par des slogans contre l'instauration d'un Etat militaire et en faveur d'un Etat civil, contre le régionalisme et contre le racisme. Pour les étudiants, les tentatives de casser le mouvement populaire en semant la division entre les enfants du peuple seront vouées à l'échec, comme toutes les autres manœuvres du pouvoir voulant avorter la révolution.
Les manifestants ont lancé d'autres mots d'ordre contre le chef d'état-major de l'armée, demandant la libération des personnes placées sous mandat de dépôt pour avoir arboré le drapeau amazigh lors des marches du dernier vendredi.
Pour ne pas répondre à la provocation, les étudiants ont décidé de ne pas manifester avec l'étendard de l'amazighité. A la place, ils ont « décoré » leurs visages avec le symbole amazigh. D'autres étudiantes ont préféré venir avec des robes traditionnelles kabyles et du haïk algérois. Ils ont dénoncé, à travers slogans et pancartes, l'interdiction de l'emblème amazigh, appelant à la libération des « détenus du drapeau ».
« Le drapeau amazigh ne porte pas atteinte à l'unité nationale. Il est un symbole de liberté et d'une existence ancestrale en Algérie », lit-on sur une pancarte.
En arrivant à la rue Arezki-Hamani, à quelques mètres de la Grande-Poste, les forces de l'ordre ont tenté d'empêcher les manifestants d'avancer. Ces derniers ont été bastonnés et réprimés avant d'entamer la rue Hassiba-Ben-Bouali. Au niveau de cette rue, la répression s'est abattue sur des étudiants pacifiques qui ont affiché leur détermination à poursuivre la mobilisation jusqu'à l'aboutissement des revendications populaires.
En effet, les étudiants refusent de baisser la garde et poursuivent le mouvement de chaque mardi avec la même rigueur et ferveur.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.