Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Logements AADL: début de l'opération de retrait des ordres de versement de la 4e tranche    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    CDH: appel à la protection des détenus politiques dans les prisons marocaines    APN: reprise du débat autour de la Déclaration de politique générale du Gouvernement    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Justice: installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Gymnastique/Championnat arabe: l'Egypte remporte le titre en individuel et par équipes    Un cas psychiatrique!    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Défis africains de la COP 27    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Revente en l'état: Le nombre des importateurs est passé de 43.000 à 13.000    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    «C'est l'artère qui alimente le corps de bataille»    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Washington dissipe les nuages    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Les députés relèvent l'absence de chiffres    «C'est une prouesse diplomatique»    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'inconfortable position de Bensalah
Après le niet de Gaïd Salah
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 08 - 2019

Le chef de l'Etat est depuis mardi dernier dans une position des plus inconfortables, voire intenables. Abdelkader Bensalah est publiquement désavoué par le chef d'état-major de l'ANP. Les promesses faites au panel sont balayées d'un revers de main par Gaïd Salah qui oppose un niet catégorique aux préalables posés par les membres du panel.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - Ce n'est ni plus ni moins qu'un recadrage en bonne et due forme auquel s'est livré le chef d'état-major. Publiquement, il s'oppose aux promesses faites par Abdelkader Bensalah aux personnalités reçues jeudi dernier à la présidence.
Si le chef de l'Etat s'était montré conciliant et ouvert à l'idée des mesures d'apaisement, Gaïd Salah ne veut même pas en entendre parler. La mise au point est de taille et intervient à un moment où l'impasse est totale. En recevant jeudi six personnalités chargées de faire de la médiation, le chef de l'Etat entendait accélérer la mise en place de la feuille de route devant permettre l'organisation dans de «bons» délais, de l'élection présidentielle.
Le chef de l'Etat donnait jusque-là le sentiment d'être aux commandes. La dernière sortie du chef d'état-major apporte la preuve que l'initiative reste dans le camp de Gaïd Salah, qui entend fixer les règles du jeu, au risque de conforter la thèse d'un pouvoir bicéphale.
Bensalah apparaît comme le plus grand perdant dans cette équation. Il assure la présidence de l'Etat depuis le départ de l'ex-président de la République non sans difficultés.
Rejeté par la rue, considéré comme exerçant en dehors du cadre constitutionnel, le chef de l'Etat voit sa légitimité encore un peu plus tailladée par ce désaveu public. Le ton emprunté par le communiqué de la présidence à l'issue de la rencontre de jeudi était pourtant empreint d'optimisme.
Ses rédacteurs assuraient que «en réaction à une sollicitation des membres du panel sur les mesures d'accompagnement et d'apaisement qu'il y a lieu de prendre, le chef de l'Etat a fait état de sa disponibilité à œuvrer pour inviter la justice à examiner la possibilité d'élargissement des personnes, dont l'interpellation s'est faite en lien avec le déroulement des marches populaires, à envisager l'allègement du dispositif mis en place par les services de sécurité» et d'ajouter que «le chef de l'Etat a également fait part de sa disponibilité à faire prendre les mesures de nature à faciliter l'accès aux médias publics à toutes les opinions, à travers l'organisation de débats contradictoires et ouverts à toutes les expressions politiques, sans exclusive».
Des promesses auxquelles le chef d'état-major répond par un non des plus catégoriques, mettant le chef de l'Etat dans une position des plus difficiles, lui ôtant le peu de crédibilité dont il jouissait aux yeux de la rue.
Ainsi recadré, le chef de l'Etat qui a tenté de jouer la carte de l'apaisement se retrouve bridé par un chef d'état-major qui préfère opposer une grande fermeté et dicter les règles du jeu.
Un scénario dans lequel le chef de l'Etat n'aurait, visiblement, non pas le rôle de celui qui prend l'initiative, mais de celui qui doit mettre à exécution un plan avec une marge de manœuvres des plus réduites.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.