Après la Constitution, une autre mission pour Laraba    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    AFFAIRE ALI HADDAD : Ouverture d'une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    PROGRAMME AADL2 A MOSTAGANEM : Un projet qui traine à Stidia    CORONAVIRUS EN ALGERIE : Benbouzid confirme la véracité des chiffres    LE PHENOMENE EST DE RETOUR : 92 harraga dont 30 Marocains interceptés au large d'Oran    POLE UNIVERSITAIRE DE LAGHOUAT : Plusieurs infrastructures scientifiques inaugurées    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    Tebboune installe la Commission nationale    250 millions de dollars perdus annuellement    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Mystérieuse disparition de deux fillettes    Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Révision de la Constitution, un pas important vers l'édification d'une Algérie forte    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour des mesures urgentes en matière d'éducation
Unesco
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 09 - 2019

Deux cent vingt-cinq millions d'enfants de 6 à 17 ans environ ne devraient pas être scolarisés en 2030 dans le monde, soit 14% de cette tranche d'âge, «si des mesures urgentes ne sont pas prises», a averti vendredi l'Unesco.
Selon les données de l'Institut de statistique (ISU) de l'agence des Nations-Unies pour l'éducation, la culture et la science, depuis dix ans, le taux de scolarisation des enfants dans le monde stagne, après avoir progressé au début des années 2000. En 2017, 262 millions (18%) des 6-17 ans n'étaient pas scolarisés. Si les tendances actuelles se poursuivent, ce nombre «ne baissera que légèrement» à 225 millions d'ici à 2030. «Un enfant sur six» alors «restera non scolarisé dans les cycles primaire et secondaire, tandis que six jeunes sur dix seulement achèveront l'enseignement secondaire». Les progrès ont, pourtant, été réels dans la première décennie du siècle : le taux d'enfants non scolarisés en primaire (6-11 ans) a baissé de 15% à 9% entre 2000 et 2008.
Entre 2000 et 2010, il est passé de 25% à 17% pour le premier cycle de l'enseignement secondaire (généralement 12-14 ans) tandis que le taux de non scolarisés du second cycle (15-17 ans) chutait de 48% à 37% entre 2000 et 2013.
Depuis, la baisse a ralenti, voire marque le pas, coïncidant «avec l'arrêt soudain de la croissance de l'aide à l'éducation aux pays à revenu faible après la crise financière», relève l'institution.
Et, par conséquent, cela éloigne la communauté internationale de l'un des objectifs de développement durable qu'elle s'est fixés pour 2030 : «parvenir à une éducation inclusive et de qualité pour tous».
Sans surprise, ces chiffres globaux masquent d'énormes disparités entre pays riches et pauvres. Ainsi, au lycée (2e cycle de l'enseignement secondaire), le taux de jeunes non scolarisés est de 6% dans les pays les plus riches, 37% dans les pays à revenu intermédiaire et environ 60% dans les pays à faible revenu.
Pour ces derniers, les défis à relever sont grands et, en particulier, pour les pays d'Afrique subsaharienne où la population en âge d'être scolarisée augmente plus rapidement qu'ailleurs. Cette région représente désormais 54% des enfants de primaire non scolarisés contre 41% en 2000. En outre, dans les pays à revenu faible, «les plus riches sont neuf fois plus susceptibles d'achever le deuxième cycle de l'enseignement secondaire que les plus pauvres», soulignent les données de l'ISU. Différences de revenu mais aussi de genre. «Les filles continuent de faire face aux plus gros obstacles», souligne la directrice générale de l'Unesco, Audrey Azoulay, citée dans un communiqué.
«Selon nos projections, 9 millions de filles en âge de fréquenter le cycle primaire ne seront jamais scolarisées ou ne mettront jamais les pieds dans une salle de classe, contre environ 3 millions de garçons. Sur ces 9 millions de filles, 4 millions vivent en Afrique subsaharienne, où la situation est encore plus préoccupante», affirme-t-elle en prônant de «concentrer (les) efforts sur l'éducation des filles et des femmes».
«Nous n'avons que 11 ans pour respecter l'engagement pris avec les Objectifs de développement durable selon laquelle tout enfant soit scolarisé et bénéficie réellement d'un enseignement», constate la directrice de l'ISU, Silvia Montoya, jugeant toutefois les défis non insurmontables si les actions et le financement sont au rendez-vous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.