35 personnes accusées dans des affaires de corruption    Opérateurs algériens et libyens se concertent sur l'impulsion de la coopération bilatérale    Rencontre mardi sur    Pétrole/gaz de schiste : opportunités et risques    Proposition de paix    «La décision de mon exclusion du bureau exécutif est antiréglementaire»    Le DEN satisfait des résultats    Deuxième place pour Reguigui    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Les services douaniers ont enregistré 70 contraventions depuis le début de l'année en cours    Nécessité d'un schéma national de transport pour réduire les accidents de la route    «L'Hommage au jazz» de Noredine Chegrane    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Le Mouloudia vidé de ses cadres !    Rien n'est confirmé Algeria 2020    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Ankara veut créer une zone de libre-échange avec l'Algérie    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    "Mal négociés", selon Wahiba Bahloul    Visite inopinée de CHerif Omari a la laiterie de birkhadem    Objectif atteint pour les Verts    Marc Lavoine prochainement en concer    avec «force» l'attaque terroriste contre le camp militaire de Sokolo au Mali    M. Davaasuren, Secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères de Mongolie, effectuera une visite de travail en Algérie    Belhimer : consacrer la place de leader de la Télévision publique dans le secteur audiovisuel    Complexe de sidérurgie "Tosyali" d'Oran: le challenge des exportations hors hydrocarbures    Cour suprême: poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Une force africaine en Libye garantira le respect du cessez-le-feu    HADJADJ : Arrestation de 2 vendeurs illicites de boissons alcoolisées    L'EHU d'Oran au chevet des malades de Tiaret    Les consommateurs dénoncent    Découverte d'un bain romain    Nomination de Ahmed Bensebbane à la tête de l'EPTV    Visite d'Erdogan à Alger: le caractère stratégique des relations entre les deux pays réaffirmé    Hand/Tournois de qualification olympique: l'Algérie dans le groupe de l'Allemagne    "Le hirak n'a pas vocation à conquérir le pouvoir"    Lahouazi, Alloune, Khallil et Ferhani sous contrôle judiciaire    Un "terminus" brutal pour la JSK    Liban : le nouveau gouvernement rejeté par la rue    Hirak : discuter pour être indiscutable    5 morts et 32 blessés dans un accident de la circulation    Sortir ...Sortir ...Sortir ...    Deux moi ou la comédie romantique réinventée    Mouvement dans le corps des walis    La présidente par intérim candidate à la présidentielle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un grand magnat de la presse dans les mailles de la justice
TUNISIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 11 - 2019

De Tunis, Mohamed Kattou
L'affaire remonte à presque une dizaine d'années. L'accusé n'est autre que Sami Fehri, propriétaire de la chaîne de télévision Al Hiwar ettounsi , actuellement en détention provisoire. Il est accusé de malversations financières.
Ancien journaliste à la radio nationale (en français), il est entré dans le business des médias sous le règne de feu Ben Ali. En étroite collaboration avec Belhassan Trabelsi (frère de la puissante Leïla Ben Ali), il a profité de l'impunité que lui assurait Belhassan pour entrer dans la production à travers une société qui fonctionnait dans l'illégalité.
Ses frasques n'étaient un secret pour personne mais qui osait parler ? Ce serait s'exposer à l'épée brandie par Belhassan Trabelsi , grand gagnant de cette association qui permettait à l'entreprise créée par ce duo de faire la pluie et le beau temps à la télévision nationale.
La plage horaire réservée aux feuilletons produits par Sami Fehri était imposée aux divers directeurs de la télévision sans attendre leur consentement. Pire encore, les sommes récoltées de la publicité allaient dans les poches de Sami Fehri et Belhassan Trabelsi, qui avaient trouvé en Abdelwahab Abdallah un soutien indéfectible. Celui-ci avait sous la main toute la presse nationale tunisienne et nul, parmi les responsables des médias, n'osait s'opposer à ses instructions. Voilà qui explique la comparution devant la justice de cinq anciens directeurs de la télévision et de l'ancien ministre Abdelwahab Abdallah.
Cependant, l'examen de cette affaire a été renvoyé au mois prochain. La raison était le manque d'un document important dans le dossier, à savoir le certificat du décès de Ben Ali qui faisait partie des accusés.
Mais Sami Fehri traîne une autre affaire pour laquelle il a été retenu en détention provisoire pour les besoins de l'enquête. Il s'agit d'une affaire de blanchiment d'argent et de détournement de fonds publics. Entre-temps, tous ses biens ainsi que ceux de son épouse ont été gelés. Il a traîné avec lui en prison l'administratrice judiciaire de la société Cactus Prod et le mandataire légal de sa chaîne de télévision.
Ce qui paraît, ailleurs, comme une affaire courante est, en Tunisie, une affaire qui défraye la chronique. Ses fans reprochent aux autorités la rapidité avec laquelle elles ont déterré cette affaire et, à l'opposé, ses détracteurs se réjouissent de le voir, enfin, entre les mains de la justice. Le jour de son incarcération (mardi), une descente de la police chez lui , à la recherche de documents, a permis de mettre la main sur une somme colossale : 500 000 dinars
(150 000 dollars). Questionnée à ce sujet, sa femme a répondu : « C'est pour nos dépenses quotidiennes.» Cela en dit long sur le train de vie du couple.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.