L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un grand magnat de la presse dans les mailles de la justice
TUNISIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 11 - 2019

De Tunis, Mohamed Kattou
L'affaire remonte à presque une dizaine d'années. L'accusé n'est autre que Sami Fehri, propriétaire de la chaîne de télévision Al Hiwar ettounsi , actuellement en détention provisoire. Il est accusé de malversations financières.
Ancien journaliste à la radio nationale (en français), il est entré dans le business des médias sous le règne de feu Ben Ali. En étroite collaboration avec Belhassan Trabelsi (frère de la puissante Leïla Ben Ali), il a profité de l'impunité que lui assurait Belhassan pour entrer dans la production à travers une société qui fonctionnait dans l'illégalité.
Ses frasques n'étaient un secret pour personne mais qui osait parler ? Ce serait s'exposer à l'épée brandie par Belhassan Trabelsi , grand gagnant de cette association qui permettait à l'entreprise créée par ce duo de faire la pluie et le beau temps à la télévision nationale.
La plage horaire réservée aux feuilletons produits par Sami Fehri était imposée aux divers directeurs de la télévision sans attendre leur consentement. Pire encore, les sommes récoltées de la publicité allaient dans les poches de Sami Fehri et Belhassan Trabelsi, qui avaient trouvé en Abdelwahab Abdallah un soutien indéfectible. Celui-ci avait sous la main toute la presse nationale tunisienne et nul, parmi les responsables des médias, n'osait s'opposer à ses instructions. Voilà qui explique la comparution devant la justice de cinq anciens directeurs de la télévision et de l'ancien ministre Abdelwahab Abdallah.
Cependant, l'examen de cette affaire a été renvoyé au mois prochain. La raison était le manque d'un document important dans le dossier, à savoir le certificat du décès de Ben Ali qui faisait partie des accusés.
Mais Sami Fehri traîne une autre affaire pour laquelle il a été retenu en détention provisoire pour les besoins de l'enquête. Il s'agit d'une affaire de blanchiment d'argent et de détournement de fonds publics. Entre-temps, tous ses biens ainsi que ceux de son épouse ont été gelés. Il a traîné avec lui en prison l'administratrice judiciaire de la société Cactus Prod et le mandataire légal de sa chaîne de télévision.
Ce qui paraît, ailleurs, comme une affaire courante est, en Tunisie, une affaire qui défraye la chronique. Ses fans reprochent aux autorités la rapidité avec laquelle elles ont déterré cette affaire et, à l'opposé, ses détracteurs se réjouissent de le voir, enfin, entre les mains de la justice. Le jour de son incarcération (mardi), une descente de la police chez lui , à la recherche de documents, a permis de mettre la main sur une somme colossale : 500 000 dinars
(150 000 dollars). Questionnée à ce sujet, sa femme a répondu : « C'est pour nos dépenses quotidiennes.» Cela en dit long sur le train de vie du couple.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.