Préoccupations des citoyens: les cadres appelés à prendre leurs responsabilités    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Une perte annuelle de 2 milliards de dollars pour l'Algérie    Aucun vol annulé à cause du coronavirus    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Alger-Abou Dhabi : Les Emirats, ce partenaire «encombrant»    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Cinq DG depuis le début du hirak    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Crash d'un avion militaire à Oum El Bouaghi: décès du pilote et de son assistant    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Palestine : Le Hamas annonce son rejet du plan de paix américain    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tiaret: Plus de 70 millions en fausse monnaie saisis    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Blida: Le lait en sachet disponible chez les épiciers    Démantèlement d'un gang armé spécialisé dans le vol par effraction    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Le président Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    Le gouvernement dément la mort de manifestants    Les vols à destination de la Chine suspendus    11 harraga interceptés au large d'Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grève, les pour et les contre
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 12 - 2019

L'appel qui a été lancé sur les réseaux sociaux pour une grève générale qui doit durer jusqu'au 12 décembre n'a pas suscité beaucoup de réactions défavorables comme c'était le cas par le passé où l'idée de «durcir le Hirak» n'a pas trouvé les disponibilités attendues par leurs initiateurs. Sans doute parce que le maintien du cap des manifestations pacifiques a le plus rassemblé les Algériens en colère, seul le passage des marches bihebdomadaires aux contestations quotidiennes a fini par être adopté par endroits et à des moments précis de la contestation populaire, souvent dans la foulée de quelques événements «périphériques». En même temps, se confirmait cette certitude que rien ne peut désormais faire déborder le mouvement populaire de sa philosophie : détermination dans la paix et la lucidité. A quelques jours d'un rendez-vous déterminant au moins par ce qu'il va dessiner comme nouvelles perspectives, l'appel à la grève générale n'a pas suscité de réactions défavorables mais il n'a pas non plus été du niveau d'enthousiasme que la mobilisation populaire a su et pu soulever autour des actions majeures entreprises par le Hirak depuis le 22 février. Les acteurs qui en ont eu l'idée et ceux qui y ont spontanément adhéré n'ont pas forcément des motivations de «durcissement» et veulent simplement marquer l'arrivée imminente d'un scrutin qui est au cœur de la contestation depuis que sa date a été fixée, surtout que le pouvoir politique en a fait l'essentiel de ses solutions à terme. Pour autant, les sceptiques, les hésitants et les franchement défavorables à la grève générale de l'intérieur du Hirak ne se recrutent pas forcément parmi les moins engagés. Ils redoutent seulement le premier faux-pas dont, soutiennent-ils, le mouvement populaire n'a pas le droit de se permettre le luxe à un moment si crucial. C'est donc une question qui aurait mérité discussion mais on ne va pas refaire ici le débat sur les spécificités du Hirak qui, sans leaders déclarés et sans structures visibles, n'a pas toujours fonctionné avec des niveaux de concertation susceptibles de le mettre à l'abri de quelques mauvais tournants. Bien sûr, on peut toujours estimer que c'est aussi sa force et ça ne manque pas d'arguments, en l'occurrence. Quelques arrière-pensées d'ambitions personnelles et de sporadiques tentatives d'emmener le mouvement dans des combats d'arrière-garde ont déjà été constatées sur le terrain des opérations. S'agissant de la grève, les premiers couacs ont déjà entamé la formidable mobilisation dans ce qu'elle a de plus généreux et de plus vertueux. La ruée par endroits sur les produits alimentaires, les prix qui ont doublé du jour au lendemain, ce n'est déjà pas ça le Hirak. Reste la limite dans le temps qui peut atténuer les appréhensions. Dans quatre jours, il fera… jour.
S. L.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.