Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les contestataires reviennent à la charge
FLN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 12 - 2019

La période de turbulences que traverse l'ex-parti unique est loin d'être terminée. Après une courte accalmie, les redresseurs reviennent à la charge en demandant au SG par intérim, Ali Seddiki, de quitter le siège du parti tout en se préservant le droit d'aller à la justice pour usurpation d'identité, abus de confiance, violation des statuts du parti et dépassement de prérogatives.
L'interminable mauvais feuilleton du Front de libération nationale (FLN) continue avec le mouvement de redressement qui revient à la charge au lendemain de l'élection présidentielle qui a porté Abdelmadjid Tebboune à la tête de l'Etat. Après avoir annoncé son soutien à Azzedine Mihoubi lors de la campagne électorale pour la présidentielle, le FLN a fait volte-face en félicitant et en apportant hier son soutien à Abdelmadjid Tebboune, nouveau président de la République. Mais cette prise de position tardive a été très critiquée par les détracteurs du SG par intérim, Ali Seddiki, qui aurait pris la décision, sans consulter le comité central (CC), de soutenir le candidat du RND, alors que Abdelmadjid Tebboune est toujours membre du CC. Selon Abou Al Fadl Baâdji, membre du CC, «Ali Seddiki n'avait pas à prendre la décision de soutenir le candidat Mihoubi sans consulter le CC qui, seul, est habilité à le faire». Selon lui, le SG par intérim n'avait non seulement pas la prérogative de le faire, et ce, conformément aux statuts du parti, mais, également, il n'avait pas le droit d'orienter le choix des militants en se référant aux articles 40 et 35 du statut du FLN. Une vision approuvée par plus de 200 militants qui demandent aujourd'hui à Ali Seddiki de quitter le siège du parti, selon notre interlocuteur. Ce dernier a affirmé que «la majorité des militants de la base du FLN étaient avec et pour Abdelmadjid Tebboune ; d'ailleurs, «ils l'ont soutenu sur le terrain à travers un travail de mobilisation profond», a-t-il souligné. Pourquoi attendre aujourd'hui pour dénoncer ces agissements ? M. Abou Al Fadl Baâdji a précisé qu'avant l'élection présidentielle, «nous ne voulions pas déstabiliser davantage le parti, surtout que la situation politique était défavorable sur le plan national». Et d'ajouter : «Mais cela ne nous a pas empêchés de faire campagne pour M. Tebboune sur le terrain et à travers les structures de base.» Insistant sur l'exigence du départ du SG par intérim, les redresseurs se préparent pour l'ester en justice pour abus de confiance, violation des statuts du parti et usurpation d'identité, et ce, dans les prochains jours. De son côté, M. Seddiki n'a pas voulu commenter ni répondre à nos questions malgré notre insistance, en nous renvoyant à son communiqué de soutien qu'il avait adressé au, désormais, président de la République. Tout en félicitant l'heureux élu, le FLN a exprimé son «entière disponibilité à participer à la concrétisation de ce à quoi aspire le peuple algérien». Dans ce même communiqué, le FLN a également fait part de sa «conviction» que le peuple algérien atteindra ses objectifs sous la direction de Tebboune. «Le parti mise sur votre capacité, expérience, nationalisme, sagesse, intelligence et votre penchant pour le dialogue, pour sortir le pays de la crise actuelle, le nettoyer du fléau de la corruption et concrétiser les revendications légitimes du peuple et les aspirations des jeunes.»
Aujourd'hui, le vieux parti, dont l'image ne cesse d'être ternie depuis le 22 février dernier avec les différents scandales concernant bon nombre de ses ex-responsables, se retrouve, encore une fois, sous les feux de la rampe avec une étiquette «d'opportunisme» que les militants de base devront «gommer» par le biais d'une procédure judiciaire. Seule la destitution d'Ali Seddiki pourra les satisfaire car «il est temps que le parti retrouve la sérénité et sa légitimité», a conclu M. Abou Al Fadl Baâdji.
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.