Le Président Tebboune réitère son engagement à récupérer les restes mortuaires des chouhada    Real : Un rêve d'enfance pour Reinier    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Une fatalité ou un choix de facilité ?    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Cumul retraite et nouvelle activité    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    En bref…    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    France : Les incidences positives de l'immigration    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    La diseuse de choses «vraies» !    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saipem relaxé en appel, comme Eni
Corruption présumée en Algérie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 01 - 2020

La cour d'appel de Milan a relaxé mercredi 15 janvier 2020 le groupe italien Saipem et son ex-président, condamnés en première instance pour des soupçons de corruption internationale en Algérie, et confirmé la relaxe de sa maison-mère, Eni, et de son ex-patron, Paolo Scaroni. Ce dossier se conclut en appel par une relaxe générale, sociétés, employés de Saipem et Eni et intermédiaires supposés algériens.
Les charges concernaient le versement présumé de 197 millions d'euros de pots-de-vin à des responsables publics algériens entre 2007 et 2010. Selon l'accusation, ce versement avait permis à Saipem d'obtenir des contrats pour 8 milliards d'euros et à Eni d'avoir l'autorisation de l'ancien ministre algérien de l'Energie, Chakib Khelil, d'acquérir les droits d'exploitation du gisement de gaz de Menzel, via l'achat de la société First Calgary Petroleums.
En première instance, en septembre 2018, le tribunal avait estimé que le second fait n'était pas avéré et que l'ex-patron d'Eni, Paolo Scaroni, n'était pas responsable pour les contrats de Saipem. En appel, les juges ont rejeté le recours du parquet contre cette décision, confirmant ainsi la relaxe pour Eni et son ex-dirigeant. Saipem avait, quant à elle, été condamnée en première instance à une amende de 400 000 euros et à la confiscation — en lien avec les autres condamnés — de 197 millions d'euros, considérés comme la valeur du pot-de-vin versé.
Cette confiscation, tout comme l'amende, ont été annulées par la Cour d'appel, qui a jugé que le fait de corruption n'existait pas. Comme l'ensemble des prévenus, Eni et Saipem avaient toujours contesté les accusations. L'ex-ministre Khelil n'était pas prévenu dans ce dossier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.