La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le commerçant n'imposera plus son prix à l'Etat !»
Kamel Rezig déclare la guerre aux spéculateurs :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 02 - 2020

«La lutte contre la crise du lait est une bataille difficile.» C'est en ces termes que le ministre du Commerce, Kamel Rezig, s'est exprimé, mercredi dernier, sur le plateau de la Chaîne El Bilad. Pour ce qui est de sa stratégie dans ce domaine, il a déclaré : «J'ai donné des instructions pour un strict suivi de la traçabilité de la poudre de lait.»
Abdelhalim Benyellès - Alger (Le Soir) - Dans le domaine de la maîtrise de la crise du lait, le ministre du Commerce a préconisé également la révision d'une cartographie de distribution du lait en poudre, avec la contribution du ministère de l'Agriculture. Ceci, a-t-il dit, dans le but de mettre fin au phénomène du déséquilibre régional en Algérie, arguant que certaines laiteries du pays ne profitent pas des quotas de poudre de lait. Citant son homologue de l'Agriculture, Kamel Rezig l'a déclaré franchement : «Nous ne sommes pas les ministres du lait, mais nous promettons de régler définitivement la crise du lait en Algérie.» Revenant à ses dernières déclarations, qui ont été jugées d'«incendiaires » dans le milieu de la filière du lait, il s'est conforté en annonçant que les mesures entreprises jusque-là se sont soldées par des résultats probants, ceux-là mêmes qui seront consignées dans le rapport qui sera remis au Premier ministre.
Les prix du sucre et de l'huile ne sont pas en reste. Avant de fulminer : «Le commerçant n'imposera plus son prix à l'Etat ! » Sur la même lancée, il a averti sans détour : «Je serai le cauchemar des contrevenants !» Il affirmera, par ailleurs : «Douze millions d'agneaux sont suffisants pour couvrir les besoins du marché national durant le mois de Ramadhan.» Telle est, en tout cas, l'assurance du président de la Commission des éleveurs de bétail. Mais le premier responsable du secteur du commerce réplique que si le cheptel national ne répond pas aux besoins nationaux, l'Algérie optera pour l'importation, non pas de viandes congelées mais de bétail, de pays voisins du Sahel. Et pour contrecarrer l'action des spéculateurs du mois sacré de Ramadhan, le ministre a décidé de fixer le prix des viandes entre 800 DA et 1 000 DA. Et pour cela , il a décidé de réunir les différents partenaires du marché le 18 février prochain, afin de trancher la question des prix dans le but d'anticiper toutes marges de manœuvre illicites sur le marché des viandes.
L'argument qu'il brandit en direction des intervenants sur le marché ,c'est l'importation des têtes ovines et bovines du Mali, du Niger et de Mauritanie, une action qu'il juge conforme à la «traçabilité» du produit, contrairement au procédé antérieur d'importation de viandes congelées. Et pour répliquer à ses détracteurs, il se questionnera : «Nos citoyens de Tindouf, d'Adrar ou de Tamanrasset consomment-ils des viandes contaminées en provenance des pays cités ?» A la veille de cette rencontre prévue avec tous les partenaires du marché des viandes rouges, Kamel Rezig s'est engagé à signer une convention qui fixe les prix du produit. Mais aussi, cette réunion déterminera l'issue de la décision d'importation.
«S'ils s'engagent à couvrir les besoins du marché national, l'option d'importation sera écartée de fait», a-t-il assuré. Autant dire que la gestion des prix des viandes rouges est dans le camp des partenaires du marché, mais sous l'autorité du ministère de tutelle. Et de prévenir encore : «S'ils n'honorent pas leurs engagements, le ministère menace de recourir à l'importation.» «Il n'est plus question de fixer le prix de la viande à 1 800 DA », a-t-il averti.
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.