Importation des véhicules neufs par les concessionnaires : l'adoption d'une approche alliant simplification et efficacité est necessaire    Leipzig : Nagelsmann dément des discussions avec le Bayern    Barça : Les joueurs font la queue pour une photo avec Messi (Vidéo)    Responsable sahraoui : "Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc"    La Conférence de Bandung, début de la participation algérienne dans les fora internationaux    DGSN : installation de nouveaux chefs de Sûreté de wilayas    La phase de déploiement de la stratégie Sonelgaz-horizon 2035 sera bientôt entamée    Coronavirus: 156 nouveaux cas, 111 guérisons et 3 décès    Législatives du 12 juin: dernier délai pour le dépôt des dossiers de candidature, jeudi à minuit    Coupe de la Ligue : les matchs de mardi avancés à 15h30    Tribunal de Tipaza : Kamel Chikhi, dit «El Boucher», condamné à deux ans de prison ferme    Fédération algérienne de football : la passation de consignes Zetchi – Amara mardi    Vaccins anti-Covid : Les risques dus aux effets secondaires sont «négligeables», selon le Pr Mahiaoui    Enseignement supérieur : le recrutement direct des diplômés de doctorat «impossible », selon le ministre    Dangereuses menaces sur la Mosquée d'Al-Aqsa    «La présence de 1 588 containers en zones de stockage n'est pas logique»    Chranou explique les raisons du départ de l'entraîneur Sahraoui    Agressions contre le foncier public    Tadjine aux épinards    Les restaurants Errahma sont de retour    «Le Printemps berbère n'était pas venu spontanément»    Sale temps pour le Mouloudia    Des citoyens bloquent le centre-ville    Le scénario du groupe bancaire Crédit Agricole    Marche à Montréal pour célébrer le Printemps berbère    Forte mobilisation malgré le jeûne    L'Ahaggar, la bataille des territoires    Le Conseil de sécurité approuve le déploiement d'observateurs    Les Kabyles mettent le cap sur Garoua    Coronavirus: plus de 3 millions de morts dans le monde, course à la vaccination    Béchar : La pénurie du lait en sachet réapparaît    Théâtre régional de Mostaganem : Riche programme artistique et culturel    Fin de mission ou redéploiement ?    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    Quand la vie se résume à un poème    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    L'Abef allège le recours au Credoc    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le pic de l'inconscience    L'appareil sécuritaire toujours prêt face à la menace terroriste    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Un cocktail culturel varié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel impact sur le sport ?
La Sonatrach compte réduire son budget de 50%
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 04 - 2020

Le sport algérien repose grandement sur les attributions financières publiques, et la Sonatrach, entreprise nourricière de l'économie nationale est un des principaux «mamelons» de cette chaîne sans laquelle le MSN est un no man's land.
L'annonce d'une réduction de l'ordre de 50% du budget de la Sonatrach pour 2020 a mis le monde des sports sens dessus-dessous. Même en «off», des dirigeants de clubs sportifs, ou de simples associations à caractère socio-caritatif, ont exprimé leur crainte de voir les allocations de la société pétrolière fondre comme neige. Si le Pdg du groupe Sonatrach, M. Toufik Hakkar a parlé d'une réduction de 50% de son budget annuel et du report des projets qui n'ont pas un caractère urgent, il n'a pas donné d'explications sur les secteurs pour lesquels le groupe qu'il dirige depuis le 8 février dernier compte réduire (de moitié) les attributions. M. Hakkar a évoqué le niveau des dépenses liées à l'investissement et au recrutement, du report de certains projets et de réduire les charges d'emploi de près de 30 %, sans fournir d'autres précisions. L'objectif de cette mesure drastique imposée par la crise actuelle, et qui saurait à son avis impacter le niveau futur de la production, est de permettre à l'entreprise d'atteindre le chiffre de 7 milliards de dollars pour les seules charges d'emploi, lesquelles représentent l'équivalent de 50% du budget de la Sonatrach, mais aussi d'assurer des recettes fiscales au Trésor public.
Le GSP, le MCA, le CSC et la JSS retiennent leur souffle !
Et qui dit réduction des charges d'emploi dit salaires, avec tout ce que cela engendre comme charges patronales. Et la Sonatrach, l'exemple de toutes les entreprises du secteur des hydrocarbures, apparaît incontestablement comme étant la société qui offre les meilleurs salaires et autres avantages à ses salariés. Parmi ces derniers, plus de 1 000 personnes (athlètes, entraîneurs, médecins, administratifs et même dirigeants) «évoluent» dans le giron du sport d'élite, en l'occurrence treize disciplines émargeant sous le sigle du GSP, en sus du roi football que représentent le Doyen des clubs algériens, le MC Alger, et à un degré moindre le CS Constantine et la JS Saoura.
D'autres entités sportives dépendent intégralement de la firme pétrolière (comme le MCA, devenu propriété de la Sonatrach depuis 2001) ou sont parrainées par la Sonatrach ou une de ses filiales (Enafor pour la JSS et ENTP pour le CSC). Ceci sans oublier les clubs et autres associations sportives ou socio-caritatives, et elles sont nombreuses, qui bénéficient d'une manne à titre de sponsoring. Dans les sphères des clubs financés par la Sonatrach, l'on réfléchit déjà à procéder à réduire d'abord la masse salariale des footballeurs. Le nouveau président de la SSPA/MCA, Nacer Eddine Almas, a d'ailleurs anticipé la question en lançant aux joueurs encore sous contrat qu'il faudrait songer à cette éventualité dans les négociations pour la prochaine saison. Le MCA, dont le budget constitue l'un des plus importants en Algérie(120 milliards de centimes), avec une masse salariale qui frise les 60%, va particulièrement souffrir de cette mesure «conjoncturelle mais qui peut durer quelques années», qui intervient à un peu d'un an du centenaire du club. Un anniversaire pour lequel l'ancienne direction de la Sonatrach avait annoncé un «budget conséquent» pour faire de la fête du Doyen un évènement international mais qui, eu égard à la nouvelle situation, va devoir se faire en catimini.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.