L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les médecins alertent…
CONFORMITE DES MASQUES DE CONFECTION ARTISANALE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 06 - 2020

Attention aux masques de protection non conformes ! Les médecins se méfient des bavettes alternatives, confectionnées de manière artisanale, et doutent de leurs propriétés de filtration. Selon eux, ces masques sont rarement aux normes sanitaires et n'assurent pas donc une protection suffisante contre le Covid-19. Pourtant, leur prix exagéré ne reflète pas leur efficacité sanitaire.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Obligatoire depuis quelques jours, le port de masque vise à se préserver et à protéger les autres du Covid-19. Seulement, ces bavettes de protection buccale et nasale confectionnées pour la plupart dans des ateliers de confection, des centres de formation professionnelle et chez des particuliers, ne sont pas forcément conformes aux normes sanitaires. Les professionnels doutent de leur performance de filtration.
Le Pr Salim Nafti, spécialiste en pneumo-phtisiologie, déplore que ces masques ne soient pas soumis à l'ensemble des tests d'efficacité prescrits par les normes en vigueur. Mais que reproche-t-il à ces bavettes confectionnées de manière artisanale par des couturières ?
Le spécialiste s'interroge d'abord sur la conformité des tissus employés. Selon lui, les mailles du tissu doivent être très serrées. «La densité du tissu doit être importante avec des mailles serrées à moins d'un millimètre pour ne pas laisser passer les particules de salive et l'entrée du virus dans les voies respiratoires», explique-t-il.
Les tissus à mailles lâches sont donc «trop respirants» et ne permettent pas une filtration suffisante car ils laissent passer les petites gouttelettes de salive pouvant contenir le virus. Le Pr Nafti rappelle, à cet effet, que la vente d'un produit médical nécessite une autorisation de mise sur le marché (AMM).
«On ne permet pas à n'importe qui de confectionner n'importe quoi et de vendre n'importe quoi et à des prix qui ne répondent à aucun critère», dit-il, outré.
Il considère, d'ailleurs, que la mise sur le marché de masques dont le tissu n'est pas conforme induit la population en erreur. «Les utilisateurs pensent que ce masque les protège du virus alors qu'il ne procure aucune protection», précise-t-il. Le spécialiste en pneumo-phtisiologie insiste sur la stérilisation de ces produits. Confectionnés de manière artisanale, ces équipements de protection sont souvent non-stérilisés. «Les masques doivent être stérilisés sinon leur port ne sert à rien. Le minimum est de les passer sous le fer à repasser car les mettre à la vente à l'état brut sans les avoir au préalable stérilisés représente un danger», avertit-il. Pour sa part, le Dr Lyes Merabet, président du Syndicat national des praticiens de la santé publique, affirme que les masques confectionnés ne sont pas effectivement aux normes requises. Insistant sur le respect de la conformité pour ceux qui sont destinés aux professionnels de la santé, il estime qu'il ne faut pas s'attarder sur les normes concernant le grand public.
«Le personnel de la santé travaille dans un milieu contaminé alors que le grand public n'est pas exposé à un risque important», explique-t-il. D'ailleurs, poursuit-il, «il ne faut pas freiner le port de masque déjà que nous avons du mal à convaincre le citoyen de sortir avec une bavette qui couvre la bouche et le nez».
Selon lui, les masques artisanaux peuvent diminuer le risque de contamination à condition que tout le monde en porte et que les autres mesures barrières, notamment la distanciation et l'hygiène des mains, soient respectées.
La non-conformité à des prix exorbitants
L'obligation du port de masque a été pour certains la belle aubaine pour en faire un véritable business. Dans les pharmacies et les magasins autorisés à vendre ce produit, son prix vacille entre 100 et 150 dinars. Pourtant, le gouvernement a plafonné le tarif des bavettes chirurgicales à usage unique à 40 dinars. «Chez nous, nous voyons des masques qui ne sont pas conformes et qui sont vendus à des prix assez élevés. On ne sait pas d'ailleurs sur quels critères l'Etat a fixé ces prix !», regrette encore le Pr Nafti.
Mettant en garde contre une levée de confinement «précipitée» et «anarchique», il appelle à intensifier la sensibilisation afin de préparer la population et à mettre à sa disposition des masques de bonne qualité lui permettant de se protéger du Covid-19. Pour lui, seule l'application stricte des gestes barrières permettra une meilleure protection contre ce virus.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.