Une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,5 enregistrée à Mila    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Clubs et LFP mis devant le fait accompli !
La FAF prend ses responsabilités et décide de terminer la saison
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 07 - 2020

Pas encore la fin de saison. Les clubs et les ligues doivent patienter avant de le savoir. La FAF a décidé de jouer jusqu'au bout son rôle de «protecteur» du jeu. Malgré les incertitudes et les pressions.
Abdelkrim Medaouar aura donc «défendu» bec et ongles sa nouvelle cause, celle de mettre fin aux Championnats comme le lui suggéraient «90% à 95%» des clubs des deux ligues professionnelles moins le PAC. L'énigmatique PAC a-t-il flairé l'intention de son ex-président ?
Ce n'est pas cette question qui pourrait répondre au lapsus du président de la ligue, la veille de la réunion du BF, quand il déclarait qu'ils (lui et les clubs des deux ligues) ne défient pas Zetchi quand ils proposent la fin de l'exercice 2019-2020. Medaouar a-t-il aussi senti le coup venir ? Possible. D'autant plus que le président de la FAF a exhibé la carte de la responsabilité des instances à faire respecter l'ordre. Comme pour dire, «c'est bien d'entendre tout le monde mais c'est surtout aux décideurs du football, mandatés par leur base (clubs), de trancher les grandes questions.
Zetchi et les membres de son bureau fédéral ont dû certainement dire pourquoi le Maroc, l'Egypte, la Tunisie, le Burundi, le Kenya, etc. ont décidé de revenir sur les terrains et pas l'Algérie. C'est même une aberration aux yeux de nombre d'Algériens qui se demandent à quoi servent les subventions étatiques au football si un club dit professionnel n'est même capable de respecter un protocole pas plus onéreux qu'une prime de signature accordée à un défenseur aux mauvais standards athlétiques et qui, de surcroît, ne joue que quelques séquences de match avant d'aller monnayer son «talent» ailleurs.
Le comble dans cette histoire de frais exorbitants que pourrait coûter un protocole sanitaire est que ce sont les plus riches qui le dénoncent. Le cas du président du CA du MC Alger, Nacer-Eddine Almas, est, à ce titre, sidérant. Lui qui trouve qu'il faut mieux perdre une saison que deux exercices.
Ce qui corrobore à bien des égards le «constat» fait par Medaouar lui-même, qui estimait que l'arrêt définitif de la compétition ne va «ni pénaliser ni enrichir» les clubs et la ligue. Va comprendre...
Pourtant, ces mêmes dirigeants hostiles à la reprise du championnat sont bien inspirés de mener leur petit marché en annonçant l'arrivée de renforts recrutés à coups de centaines de millions de centimes, alors qu'ils se plaignent de ne pas avoir assez d'argent pour payer les salaires de leurs actuels personnels (joueurs et staffs). Ce sont ces mêmes dirigeants qui se réjouissent quand la FAF ou la LFP règlent leurs «factures salées» auprès des instances internationales pour cause de mauvaise gestion de leur trésorerie.
Des caisses continuellement renflouées par l'argent du contribuable que ces dirigeants bradent dans des affaires qui n'ont aucun rapport avec le développement des activités de leurs clubs.
Une forme de blanchiment de l'argent public, en définitive. Ceux qui demandent l'arrêt définitif des Championnats ont touché ou vont toucher de l'argent pour concourir dans ces compétitions qu'ils comptent annuler et, du coup, effacer toute trace de leur mauvaise gestion. La DCGF, conduite par Réda Abdouche, a bien apporté la preuve que tous les clubs (excepté, comme par hasard, le PAC) sont en situation de faillite économique. C'est-à-dire les clubs qui ont un budget de 120 milliards comme le MCA ou encore ceux qui ne disposent que de 10 milliards.
Et c'est bien cette vérité que les clubs déficitaires comptaient bien mettre en sourdine, en réclamant la fin de la saison.
La FAF, qui a envoyé un rapport circonstancié sur la situation financière des clubs au MJS, serait bien inspirée de ne pas accompagner des entités qui n'ont aucune chance de revenir à la raison. Si aides il y aura, elles doivent aller vers les clubs amateurs moins gangrenés par cette frénésie dépensière. Un football amateur représenté par 112 clubs (48 de la DNA et 64 de l'Inter-région) à qui personne n'a demandé un avis. Faire abstraction de l'existence de cette majorité silencieuse serait le plus grand crime à commettre sur le sport roi.
Medaouar, qui dit ne pas être en campagne pour les prochaines échéances électorales, sait mieux que quiconque que son «poids» a fondu dès lors que la FAF n'a laissé à la LFP que 18 clubs dits professionnels à défendre.
Une infime portion dans le football algérien qui compte plus de 2 000 clubs et quelque 220 mille licenciés. 18 clubs, c'est (honnêtement) une goutte dans l'océan.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.