Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    La fille des Aurès    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avalanche de réactions d'indignation
Condamnation de Khaled Drareni à 3 ans de prison ferme
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 08 - 2020

La lourde condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois ans de prison ferme continue de susciter les réactions d'indignation et les sentiments d'injustice chez les journalistes, les partis politiques et les organisations de la société civile.
Le Collectif de la société civile pour une transition démocratique et pacifique a dénoncé, hier mardi, dans un communiqué, «une condamnation injuste » du journaliste qui n'a fait qu'exercer son métier et ses droits constitutionnels de citoyen.
Ce collectif, qui regroupe plusieurs associations et organisations de la société civile, a exprimé sa consternation et sa révolte « face à cette décision qui bafoue les règles et les principes les plus élémentaires d'un Etat de droit».
«Nous réaffirmons notre pleine solidarité́ avec Khaled Drareni et exigeons sa réhabilitation et sa libération immédiates», souligne le collectif. L'association Rassemblement, action et jeunesse (RAJ) a estimé, quant à elle, que «la justice a, encore une fois, sévi contre le droit à l'expression libre et contre la parole libre», déplorant «de lourdes peines injustes et condamnables» à l'encontre de Khaled Drareni, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche.
«Par ses agissements, le pouvoir met en veille la justice et instrumentalise davantage le système judiciaire pour museler et intimider les militants.es, acteurs et dynamiques de la société́ et pour criminaliser la liberté́ de la presse et d'expression. Il vise à faire taire toutes les voix libres et réduire au silence le droit à la libre information et à la liberté́ de la presse et d'expression», poursuit RAJ dans son communiqué, exigeant la libération de tous les détenus du Hirak. Le FFS a condamné « les verdicts de la honte» soulignant que l'appareil judiciaire «vient de prononcer des sentences démesurées et arbitraires contre le journaliste Khaled Drareni et les deux militants Samir Belarbi et Samir Hamitouche». «En prononçant ces verdicts outranciers et injustifiables, vu les charges infondées retenues contre les mis en cause, c'est un nouveau cap de répression et d'atteinte aux droits de l'homme qui vient d'être franchi sans état d'âme et sans scrupules », soutient le FFS dans un communiqué signé par Hakim Belahcel, coordinateur de l'instance présidentielle. Il estime que cette entreprise graduelle et savamment orchestrée qui s'applique à reproduire les pratiques despotiques dénoncées et combattues par la révolution populaire du 22 février ne fera qu'exacerber la crise multiforme dans le pays.
Le FFS a dénoncé «avec une extrême virulence ces verdicts irresponsables comme nous contestons la criminalisation de l'acte politique et le musellement des voies libres et autonomes».
De son côté, le Parti des travailleurs (PT), à travers le secrétariat permanent du bureau politique, dit partager «l'indignation, l'émoi et la consternation qui ont frappé la corporation des journalistes» et des Algériens attachés à la démocratie, suite à l'incompréhensible condamnation arbitraire à l'encontre du journaliste Khaled Drareni.
Karim A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.