Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    Début de la révision des listes électorales    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Boukadoum s'entretient à Bamako avec une délégation du CNSP    Révision de la Constitution: lancement de l'inscription en ligne sur les listes électorales    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Mascara: vers une stratégie pour l'organisation du travail du mouvement associatif en Algérie    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad au 27 septembre    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Liberté de dire. Toujours !    Tebboune installe une commission pour l'amender    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le SNJ réagit à la lourde condamnation du journaliste Khaled Drareni
Communiqué
Publié dans Liberté le 10 - 08 - 2020


Le syndicat national des journalistes (SNJ) a réagi, ce lundi, à la condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois ans de prison ferme, par le tribunal de Sidi M'hamed, à Alger. En voici le communiqué intégral : Notre confrère Khaled Drareni, journaliste au site électronique «Casbah Tribune», a finalement été condamné, aujourd'hui, lundi 10 Aout 2020, à 3 ans de prison ferme et à 50.000 Da d'amende, à l'issue d'un procès qui a eu lieu au tribunal de Sidi M'Hamed à Alger. L'espoir vire donc au cauchemar. Le Syndicat national des journalistes, à l'instar de l'ensemble de la corporation, de la classe politique, d'acteurs de la société civile, de l'opinion publique en général, entretenait en effet cet espoir de voir notre confrère libre, après cinq longs mois de détention. Un espoir que justifiait de précédents verdicts prononcés à l'encontre de Samir Benlarbi, et Slimane Hamitouche , poursuivis dans la même affaire que Drareni pour, officiellement, «atteinte à l'unité nationale» et «incitation à attroupement non_ armé». Les deux premiers cités avaient ainsi bénéficié, avant même le procès de ce lundi, d'une remise en liberté provisoire et condamnés, désormais, à 2 ans de prison, dont 4 mois fermes et déjà purgés. D'où notre étonnement et notre incompréhension : Pourquoi notre confrère a été différemment traité dans cette affaire et se voit, lui, infliger une peine d'emprisonnement ferme, et particulièrement lourde ? Parce qu'il s'agit d'un journaliste ? Les faits sont là, en tout cas, têtus, et qui confortent cette effrayante hypothèse. A travers cette affaire, le pouvoir vient d'inverser lui-même les éléments de sa propre thèse consistant à plaider pour un traitement équitable, et une application indistinctement de toute autre considération, de la loi sur tous. En extraire exceptionnellement un citoyen, parce que, en l'espèce, il s'agit d'un journaliste, est un précédant grave, condamnable et qui n'augure rien de bon quant aux intentions réelles du pouvoir par rapport à la liberté d'expression et de la presse en particulier. L'Algérie, pionnière en matière de la libre expression et de la presse dans la région depuis trois décennies, ne peut se permettre de renoncer à ces acquis si chèrement arrachés par des générations de journalistes et de militants, au prix d'énormes sacrifices et des années de lutte contre l'arbitraire, l'obscurantisme, l'autoritarisme et le terrorisme. Et c'est spontanément que nous réclamons la mise en liberté de notre confrère Khaled Drareni. P/ le syndicat national des journalistes Le Secrétaire général Kamel Amarni

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.