Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    La fille des Aurès    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le choc !
Le journaliste Khaled Drareni condamné à 3 ans de prison ferme
Publié dans Liberté le 11 - 08 - 2020

C'est une condamnation sévère prononcée hier contre le journaliste. Elle a choqué la corporation et indigné l'opinion.
Consternation dans la salle d'audience de la section correctionnelle du tribunal de Sidi M'hamed, hier, au moment du prononcé du verdict dans l'affaire de Khaled Drareni et des activistes Samir Belarbi et Slimane Hamitouche.
Le journaliste est condamné à 3 ans de prison ferme, tandis que ses deux coaccusés écopent d'une peine privative de liberté de 24 mois, dont quatre mois fermes. Placés en détention préventive le 10 mars 2020, ces derniers ont déjà purgé leur peine.
Ils n'encouraient, au demeurant, aucun risque de retourner dans un centre pénitentiaire même avec un jugement plus sévère. Ils ont été jugés le 3 août libres — ils ont été libérés sous condition le 2 juillet. Il en est autrement pour Khaled Drareni. Il restera enfermé dans sa cellule à la prison de Koléa, au mieux jusqu'à son procès en appel à la Cour d'Alger, qui sera programmé au plus tard dans 45 jours, conformément aux procédures réglementaires. À la sortie du palais de justice, les avocats, autant que des journalistes et des citoyens, ont exprimé de la colère et du désappointement contre ce qui est assimilé clairement à un acharnement contre le fondateur du site électronique Casbah-Tribune. "Ce verdict n'obéit à aucune logique. En quoi Khaled Drareni, un jeune journaliste prometteur, porte-t-il atteinte à l'unité nationale ? C'est terrible. Je ne sais pas quoi dire", déclare Me Aouicha Bekhti. "Je tombe des nues. Nous savions que la justice n'était pas indépendante. Mais un acharnement, à ce point-là contre Khaled Drareni, prouve que le pouvoir ne tolère aucune voix libre", commente Mohamed Hakim Addad, membre fondateur de l'association RAJ (Rassemblement actions jeunesse), lui-même incarcéré pendant des mois pour ses opinions. Il est actuellement en liberté provisoire. "Avec des décisions pareilles, nous sommes loin de construire un Etat de droit, une démarche qui commence par une justice indépendante et non instrumentalisée", assène Me Fetta Sadat, députée RCD.
Djamel Zenati, militant politique, n'y va pas de main morte pour dénoncer un verdict disproportionné : "Khaled Drareni condamné à 3 ans de prison. Le pays sombre dans l'abîme. Il ne sert plus à rien de contester. Il faut se mettre en état de dissidence." Le président du RCD, Mohcine Belabbas, a réagi, également, rapidement à la lourde condamnation de Khaled Drareni. "La répression politique par l'instrumentalisation de la justice et des magistrats a atteint le summum de l'intolérable et de l'entendement avec la condamnation du journaliste Khaled Drareni à trois années de prison ferme pour des accusations farfelues", a-t-il publié sur son compte officiel des réseaux sociaux. "Au-delà des personnes injustement emprisonnées et privées de leur liberté, ce sont les valeurs et les causes qu'ils défendent que ce pouvoir cible en priorité. Rien que pour tout cela, la révolution, entamée en février 2019, doit être menée à son bout. Il y va de l'avenir de l'Algérie", ajoute M. Belabbas.
"Le journalisme n'est pas un crime. L'homme libre reste libre, même en prison", affirme Cherif Driss, enseignant universitaire. "J'ai mal non seulement pour le journaliste, mais aussi pour notre justice", surenchérit Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (Laddh). Fortement affligés par l'injustice dont est victime Khaled Drareni, en détention pour avoir exercé le métier dans les normes, des dizaines de journalistes lui ont marqué leur soutien. Beaucoup d'entre eux ont mis un bandeau noir sur leur profil sur les réseaux sociaux, en signe de deuil pour la profession.
Souhila Hammadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.