Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta
Mali
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 08 - 2020

L'opposition malienne a réuni, mardi, à Bamako des milliers de personnes qui ont à nouveau réclamé la démission du Président Ibrahim Boubacar Keïta, malgré les appels à une issue négociée à la crise qui ébranle le Mali en proie, en outre, aux attaques terroristes.
Les appels au dialogue de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et la pluie n'ont pas découragé les opposants, rassemblés au son des vuvuzelas au centre de Bamako.
Deux mois après le début des manifestations, le mot d'ordre est le même : «Notre objectif est la démission d'IBK (Ibrahim Boubacar Keïta) et de son régime», selon Issa Kaou Djim, le coordinateur de la plate-forme (CMAS) de soutien à l'imam Mahmoud Dicko, figure de proue du mouvement de contestation.
«Même si on n'a pas aimé la manière de faire de la Cédéao (médiatrice dans la crise), nous les remercions pour leur geste. Mais il est temps qu'on se parle entre Maliens», a déclaré l'imam Dicko. «Si IBK ne nous écoute pas, il verra. Je jure devant Dieu, il verra, mais ne soyons pas pressés. Nous allons gagner cette victoire mais de façon pacifique», a-t-il ajouté, lors de la manifestation qui a fini sans incident.
Les pancartes brandies par les manifestants visaient le Président Keïta, au pouvoir depuis 2013, mais aussi son Premier ministre Boubou Cissé. C'est la première manifestation contre le pouvoir depuis la trêve annoncée le 21 juillet par l'opposition pour la fête musulmane de l'Aïd al-Adha.
Dix jours plus tôt, une manifestation à l'appel de l'opposition avait dégénéré en un wee-kend de troubles meurtriers, les plus graves à Bamako depuis le coup d'Etat de 2012. Ces violences on exacerbé les tensions dans ce pays meurtri par des années de violences terroristes et intercommunautaires et frappé par le coronavirus. La crise actuelle, qui fait craindre à la communauté internationale que le Mali s'enfonce dans le chaos, a vu le jour début juin, après l'invalidation d'une trentaine de résultats des législatives de mars-avril par la Cour constitutionnelle, dont les membres ont, depuis lors, été remplacés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.