La commission des affaires juridiques examine la demande    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Lancement d'une campagne de vaccination contre la rage    Sénat: présentation du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    La révision de la Constitution implique une large révision de plusieurs lois essentielles    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    40% des Maghrébins n'ont pas de comptes bancaires    Lancement prochain du transport de fret roulant    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    Transfert de 700 migrants depuis l'île de Lesbos    La France va organiser une conférence internationale    Pompeo entame des entretiens en Grèce, pour favoriser une «désescalade»    La justice confirme l'inéligibilité du président régional catalan    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Vu en France    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Saisie de marchandises interdites à l'importation, évaluées à 912 millions de centimes    Un député interpelle le président Tebboune    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Lancement de la «La rentrée culturelle» en Algérie    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    En attendant la reprise du mouvement en Algérie : Le hirak diasporique à l'épreuve des dissensions idéologiques !    6 aliments légers qu'il est possible de consommer le soir    Révision constitutionnelle: Lancement le 7 octobre de la campagne de sensibilisation    USM Bel-Abbès: Est-ce le bout du tunnel ?    Energie: Pourquoi le «Super» va être supprimé    Nouvelle opération de rapatriement: 181 Subsahariens transférés vers leur pays en début de semaine    Port d'Oran: Quatre conteneurs de friperie saisis    Mila: L'Agriculture en quête d'infrastructures de stockage    ES Sétif: Un bain de jouvence pour l'effectif    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    Institut français d'Algérie: La cérémonie du choix Goncourt Algérie 2020, le 03 octobre    Le ministère expose les principes généraux du protocole sanitaire    Les contaminations au plus bas depuis plus de 3 mois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD
EDITION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 08 - 2020

Un nouvel ouvrage collectif sur le Sahara occidental, édité en juillet dernier par Fernando de Contreras et qui contient un fonds documentaire compromettant tiré des câbles diplomatiques marocains, a mis à nu les pratiques sournoises du Maroc visant à soudoyer des Etats et élites de l'Amérique latine afin de les amener à se soustraire de tout rapprochement de la République sahraouie.
Intitulé «Le Royaume du Maroc : la politique du chèque contre la République sahraouie en Amérique latine et les Caraïbes», le livre traite tous les aspects politiques et juridiques du conflit au Sahara occidental.
L'ouvrage met l'accent notamment sur la région de l'Amérique latine et des Caraïbes, où le Maroc affiche «un activisme débridé afin d'amener les gouvernements de la région à se soustraire de tous rapprochement, reconnaissance ou coopération avec la République arabe sahraouie démocratique ou le Front Polisario, en recourant à des pratiques plus que discutables».
Dans la première partie, le professeur espagnol Carlos Ruiz Miguel souligne une particularité du conflit du Sahara occidental qui réside dans le contraste entre le «droit» et la «politique» : d'un côté, l'existence de décisions juridiques internationales définitives dont la mise en œuvre résoudrait immédiatement et simplement le conflit, de l'autre, le blocage exercé par les puissances ayant le droit de veto au Conseil de sécurité de l'ONU.
Cette tension permanente entre le «droit» et les «considérations politiques» se manifeste par la volonté d'occulter et d'ignorer le droit à l'autodétermination du peuple du Sahara occidental, d'une part, et les manœuvres destinées à remettre en cause la reconnaissance internationale de la RASD, d'autre part. D'où les tentatives marocaines pour encourager les Etats de la région à geler ou à retirer leur reconnaissance de la RASD.
Sur cette question de gel ou de retrait de reconnaissance, l'auteur de la contribution est catégorique : «La reconnaissance d'un Etat signifie simplement que celui qui le reconnaît accepte la personnalité de l'autre avec tous les droits et devoirs déterminés par le droit international. La reconnaissance est inconditionnelle et irrévocable.» Ce qui signifie, pour lui, que «l'annulation ou le gel de la reconnaissance de la RASD est une décision illégale et contraire à la convention des droits et devoirs des Etats, signée à Montevideo en 1933».
Stéphan Zunes, professeur de l'Université de San Francisco, a rappelé dans sa contribution que l'avis du conseiller juridique des Nations unies du 29 janvier 2002 a clairement établi que «le Maroc n'était pas la puissance administrative du territoire et que l'accord de Madrid de 1975 ayant divisé le territoire entre le Maroc et la Mauritanie ne transférait aucune souveraineté aux signataires et que le statut juridique du Sahara occidental en tant que territoire non autonome n'était pas affecté par cet accord».
Des Etats complaisants et complices favorisent «la stagnation du règlementdu conflit»
Les professeurs de l'université Externado de Colombie, Jeronimo Delgado Caicedo et Juliana Andreas Guzman, tout en pointant du doigt le mur de séparation qui divise le territoire sahraoui et empêche le rapprochement entre les populations, ont souligné que «la stagnation du processus de règlement du conflit est la résultante de la politique des intérêts qui fait qu'avec laquelle plusieurs Etats soient complaisants et complices, notamment les puissances ayant le droit de veto, à l'image de la France et des Etats-Unis». Les deux professeurs mettent en avant «la doctrine Mbeki», du nom de l'ancien président sud-africain, selon laquelle la reconnaissance de la RASD est une mesure destinée à forcer une solution conforme au droit international. La dernière partie du livre pointe la politique marocaine d'achat de soutiens qui «emploie tous les mécanismes pour tromper les Etats concernés sur la réalité du conflit au Sahara occidental».
Dans ses efforts de rallier des soutiens dans la région de l'Amérique latine et des Caraïbes, le Maroc se présente toujours comme un pays intéressé par l'investissement dans un secteur donné de l'économie ou offrant des investissements fictifs qui ne seront jamais réalisés pour essayer de délégitimer la RASD. Le livre contient un fonds documentaire compromettant tiré des câbles diplomatiques marocains retraçant la politique du Maroc visant à «soudoyer les Etats et les élites de la région de la région pour le gel ou le retrait de leurs reconnaissances de la RASD».
En conclusion, les auteurs adressent un appel «aux Etats d'Amérique latine et des Caraïbes, en leur qualité d'Etats membres des Nations unies soucieux du respect des traités et conventions, et de la défense de la justice au niveau international de se tenir aux côtés de la République arabe sahraouie démocratique» en observant le respect des règles de la légalité internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.