Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    ASSE : Le feuilleton Boudebouz serait définitivement terminé !    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    Djaballeh appelle au boycott des produits français    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    MASCARA : Un nouveau siège pour la radio locale    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    Man United : Solskjaer laisse Pogba et Van de Beek sur le banc. Il s'explique    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Coronavirus : prochaine réception de tests "antigènes"    Mohamed Islam Bakir en renfort    Trois anciens walis dans la tourmente    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Les délires d'un haineux    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    Pavé au chocolat    Convalescence    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    La passion retrouvée    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes
Karabakh
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 09 - 2020

L'Azerbaïdjan et les séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh affirmaient hier mardi s'être infligé de lourdes pertes, au troisième jour de combats meurtriers les opposant dans cette enclave, malgré des efforts internationaux pour y mettre fin.
Plusieurs dirigeants étrangers, dont la chancelière allemande Angela Merkel, ont appelé à un cessez-le-feu immédiat et le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit en urgence mardi soir, pour tenter d'éviter une guerre ouverte entre Erevan et Bakou qui risquerait de déstabiliser la région et d'y entraîner les puissances régionales, la Turquie et la Russie.
Les deux camps affirment avoir infligé de lourdes pertes à l'ennemi, soulignant l'ampleur prise par les combats, qui ont fait officiellement près de cent morts. Le ministre de la Défense arménien a ainsi déclaré mardi que les séparatistes avaient détruit 49 drones, 4 hélicoptères, 80 tanks, un avion militaire et 82 véhicules militaires azerbaïdjanais depuis dimanche, et assure avoir infligé «d'importantes pertes humaines».
Les autorités du Nagorny Karabakh disent avoir regagné des positions perdues la veille, ce que l'Azerbaïdjan dément, affirmant avoir encore progressé et détruit «une colonne motorisée arménienne et une unité d'artillerie».
De son côté, le ministère de la défense azerbaïdjanais a assuré que des «combats féroces» s'étaient poursuivis jusqu'à mardi matin et que ses forces avaient «détruit quatre chars ennemis, un véhicules blindé et tué dix militaires». Depuis dimanche, les forces de l'enclave séparatiste du Nagorny Karabakh, soutenue politiquement, militairement et économiquement par l'Arménie, et celles de l'Azerbaïdjan s'affrontent dans les combats les plus meurtriers depuis 2016. Le bilan officiel de ces combats meurtriers s'établissent mardi à 98 morts, dont quatorze civils : dix en Azerbaïdjan et quatre côté arménien. Mais les deux camps affirment chacun avoir tué des centaines de militaires ennemis. L'Azerbaïdjan, pays turcophone à majorité chiite, réclame le retour sous son contrôle du Nagorny Karabakh, province montagneuse peuplée majoritairement d'Arméniens, chrétiens, dont la sécession en 1991 n'a pas été reconnue par la communauté internationale. Après des semaines de rhétorique guerrière, l'Azerbaïdjan a annoncé avoir lancé dimanche une «contre-offensive» majeure en réponse à une «agression» arménienne, usant de son artillerie, de blindés et de bombardements aériens sur la province qui lui échappe depuis la chute de l'URSS et une guerre qui a fait 30 000 morts.
La Russie, la France et les Etats-Unis — les trois médiateurs du conflit au sein du Groupe de Minsk — ont appelé sans succès à un cessez-le-feu et à des négociations. Hier mardi, la chancelière allemande Angela Merkel a fait savoir qu'un «cessez-le-feu immédiat et un retour à la table des négociations étaient urgents», lors de deux entretiens téléphoniques séparés avec les dirigeants d'Azerbaïdjan et d'Arménie.
Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé lundi l'Arménie à mettre fin à «l'occupation du Nagorny Karabakh» et a promis qu'Ankara resterait «aux côtés» de Bakou «par tous les moyens».
L'Arménie et le Nagorny Karabakh accusent Ankara de fournir armes, «spécialistes militaires», pilotes de drones et avions à Bakou, ce que l'Azerbaïdjan dément. La Russie entretient de bonnes relations avec les deux belligérants et se veut le grand arbitre régional. Elle reste, cependant, plus proche de l'Arménie, qui appartient à une alliance militaire dominée par Moscou.
Tous les efforts de médiation depuis près de 30 ans ont échoué à régler ce conflit et le Nagorny Karabakh est régulièrement secoué par des flambées de violence. Les deux Etats ont décrété la loi martiale dimanche et l'Arménie a décrété la mobilisation générale. L'Azerbaïdjan impose un couvre-feu dans une partie du pays, notamment sa capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.