Mohamed Salah évoque sa relation avec Mahrez    Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ed-darija et taqbaylit mises au silence de fait !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 10 - 2020


Par Abdou Elimam, linguiste
Certaines polémiques se font jour— sans surprise, à vrai dire — et ont ceci de particulier : elles font diversion par rapport à la préservation des langues maternelles de la nation.
Opposer l'arabe (langue supranationale à usage administratif et théologique) à tamazight (langue symbole en cours de développement) pour saturer l'espace de dialogue et de débat au détriment des langues de la nation relève de la manipulation (consciente ou pas, d'ailleurs). Examinons cela sans passion, mais avec raison.
Le choix de la langue arabe en tant que langue d'Etat est doublement légitimé : par la préexistence de cette langue partagée par le monde arabe, d'une part, et, de l'autre, par son ancrage chez les élites maghrébines depuis plus de dix siècles. Cette langue aura servi de support à une civilisation mondialement reconnue et qui a eu l'Andalousie comme phare, quelques siècles durant. Par ailleurs, notre indépendance nationale voit le jour dans un contexte d'euphorie panarabiste – dans la foulée de la renaissance politique symbolisée par Gamal Abdenasser. La seule erreur commise par nos anciens fut de choisir la langue arabe CONTRE les langues maternelles ! Du coup cette option s'est révélée bien peu productive et le bilan de l'arabisation dans le système éducatif national est, le moins qu'on puisse dire, bien peu probant. Que d'argent, que de moyens, que de supports, que de personnels, pendant un demi-siècle, pour des résultats bien éloignés de nos légitimes attentes. Tous les efforts et moyens mis en place pour pallier ces graves insuffisances ont été vains. Mais au lieu d'en tirer des enseignements scientifiques, ce sont toujours des idéologues qui ont été sollicités pour refaire la même chose avec les mêmes moyens. Pourtant, la qualité de l'enseignement et les niveaux des apprenants sont critiquables et critiqués universellement (rapports PISA sur plusieurs années). Le pire, c'est que nous vivons dans une forme de république où les initiateurs de projets sociétaux (tels que les langues) ne rendent des comptes à personne. On peut donc jouer à l'apprenti sorcier et provoquer une crise identitaire profonde et lorsque l'on se rend compte que cela ne va pas... on refait la même chose rejetant la cause des échecs sur des adversaires fictifs. Outre un problème d'absence de décisions informées (analyses effectives des besoins, études comparées, expériences pilotes, etc.), il y a bien une lacune de gouvernance béante.
Pourtant, la solution est à la fois simple et économique : intégrer les langues maternelles au système éducatif au moins durant les quatre premières années. En d'autres termes, introduire les langues de naissance des élèves (darija, kabyle, chaoui, mozabite, etc.) dans l'enseignement dès le primaire a pour conséquence immédiate de développer le potentiel cognitif et d'assurer des transferts de savoirs et de savoir-faire au moment où ils apprendront l'arabe. Toutes les expériences de cette nature effectuées dans le monde témoignent de progrès effectifs (pas ceux basés sur un réflexe de mémorisation sans pertinence). Nos experts nationaux en systèmes éducatifs ne sont-ils pas au courant de cela? N'ont-ils pas eu vent de ces expériences et de leurs réussites ?
Certes, il y a un complexe («haine de soi») à utiliser le kabyle (voilà pourquoi on lui préfère une langue purifiée et «classique» — alors qu'elle est en devenir seulement) ou la darija. Mais un complexe, cela se soigne ! Il ne faudrait pas que la pathologie des uns impacte la vie intellectuelle et culturelle de la collectivité. Ceux qui disent que la darija est une «fourre-tout», un mélange de «français, d'espagnol, etc.», parlent d'eux-mêmes et pas de la langue, en réalité. D'une part, un darijaphone ne s'exprime pas de la même manière lorsqu'il s'adresse à un vénérable grand-père ou à sa bien-aimée ou à son avocat, voire à ses enfants. Les registres linguistiques, comme les définissent les linguistes, changent avec les situations et selon ce dont nous parlons. Ceci est une règle universelle. Les adversaires de la darija ne retiennent que les situations relâchées pour «dénoncer» des usages «fautifs» et dévalués. D'autre part, ces compatriotes haineux d'eux-mêmes ignorent tout simplement la littérature maghribie (essentiellement entre le Xe et le XVIIIe siècle). Il est vrai que s'ils avaient évolué dans un environnement culturel qui n'aurait pas chassé cette langue des espaces publics, ils n'auraient pas à en rougir. Bien au contraire. Quant à ceux qui disent que c'est de l'arabe (souillé ou pas, d'ailleurs), ils méconnaissent l'histoire de nos langues. La darija était déjà parlée au Maghreb avant l'arrivée des Arabes ! Les langues natives ne sont pas des marchandises, mais des attributs naturels qui participent du développement humain. Personne ne sait (encore) comment les langues natives s'apprennent après la naissance parce que personne (parmi les humains) ne sait (encore) comment on fabrique une langue. Même des «patchworks» faits de bouts de langues différentes ne parviennent pas à devenir des langues natives. Seule la nature sait faire cela et le témoignage de l'histoire de l'humanité peut en attester. Les langues maternelles ou natives possèdent des virtualités neurologiques que nous ne savons pas créer. Voilà le secret des langues naturelles et natives.
Cela m'amène à faire cette observation : nos compatriotes qui s'affairent à nous concocter un tamazight «sur mesure», «moderne», «scientifique», etc. font fausse route. Ils ne sauront pas ; ils ne pourront pas nous fabriquer une super-langue native. Par contre, ils vont créer chez les locuteurs berbérophones un conflit interne qui va exposer les enfants à une double diglossie pour reprendre le diagnostic du linguiste
A. Dourari. L'imposition administrative de tamazight va imposer une régression chez les enfants berbérophones et un rejet chez les autres.
D'ailleurs, n'assistons-nous pas déjà à des phénomènes de rejet de la part d'enfants berbérophones de naissance ? Mais au lieu d'aborder le problème en recourant à la science (linguistique, psychologie et sciences de l'éducation, au moins), les militants de l'unification «top-down» (par le haut) privilégient la fuite en avant idéologique. Une de ces fuites en avant consiste à demander la généralisation et l'obligation de la «langue en cours de montage de sorte que l'échec (programmé) soit mis sur le compte d'autrui ; peu importe le prix à payer !
On voit bien que les enjeux véritables sont du côté de la préservation des langues maternelles et non pas dans ce combat symbolique de langues extérieures aux locuteurs natifs. Sauvons nos langues maternelles et sachons appliquer ce que les sciences nous enseignent plutôt que de nous laisser piéger par ces discours de haine, cycliques, qui, depuis un demi-siècle pour ce qui nous concerne, se sont avérés contreproductifs et générateurs de fitna.
A. E.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.