Ligue 1: Le live des rencontres de la 2ème journée    Feghouli se plait dans son nouveau poste au Galatasaray    OGC Nice: Vieira, c'est bien terminé (officiel)    Une caravane sillonne les zones d'ombre    Plus de 12 200 infractions enregistrées en un mois    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Tottenham, Naples et Lille touchent au but    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    J'irai me plaindre à mon député !    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers le renforcement de la législation
Protection de l'enfance en Algérie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 10 - 2020

La protection de l'enfance et l'adolescence en Algérie est une problématique régie depuis toujours par un arsenal juridique et réglementaire plutôt consistant. Néanmoins, certains évènements ayant trait à la maltraitance envers cette frange sensible de la population, et qui se sont produits dernièrement, amènent à penser que ce cadre réglementaire demande à être renforcé davantage.
Massiva Zehraoui - Alger (Le Soir) - C'est autour de cette thématique non sans importance pour la société que le Conseil national économique et social (Cnes) a lancé le débat, lors d'une journée d'étude qui s'est tenue, hier mardi, à l'hôtel Mercure.
Abordant l'aspect juridique de la question liée à la protection de l'enfance et l'adolescence, le président du Cnes, Redha Tir, a rappelé que le renforcement des textes de loi relatifs à ce volet est « un vœu exprimé par l'Etat, qui a, d'ailleurs, appelé à affermir le cadre juridique déjà existant ».
Mettant cette idée dans son contexte, Redha Tir a soutenu que la nouvelle Constitution a accordé un long chapitre à la protection des enfants, des adolescents et de la famille en général. « Une panoplie de nouveaux textes juridiques interviendra pour renforcer la législation en faveur des droits des enfants et des adolescents », a-t-il précisé dans ce sens. Il évoquera, à cet effet, les dispositions que prévoit l'article 71 inclus dans cette même Constitution. Il énumère, entre autres, la garantie de l'Etat de prendre en charge les enfants abandonnés ou encore de poursuivre en justice toute personne violentant ou maltraitant un enfant, même dans le cas où la personne en question se trouve être le parent.
En ce qui concerne les crimes innommables perpétrés contre cette catégorie de personnes, Redha Tir a assuré que « de lourdes sanctions » sont prévues dans le code pénal.
Le président du Cnes a, par ailleurs, exprimé son empathie envers les familles des victimes ayant fait l'objet de ces actes, promettant, encore une fois, que « les moyens de lutte contre les violences faites aux enfants seront renforcés ». L'intérêt accordé pour la protection de l'enfance par la nouvelle Constitution est « le signe de la volonté du gouvernement d'asseoir une réelle politique visant le bien-être des enfants et adolescents », a-t-il relevé.
Au-delà de ces observations, les participants à cet évènement ont également dégagé le sens « stratégique » de la protection de l'enfance dans un pays.
Partant du principe que « l'enfant d'aujourd'hui est l'adulte de demain », ils ont souligné que protéger l'enfant et l'accompagner dans son développement entre dans le processus de changement « engagé par l'Algérie sur bien des plans ». Selon les intervenants, « l'enfant constitue, dans ce cadre, un acteur majeur dans l'édification de l'Algérie de demain ».
Faisant, par ailleurs, une petite rétrospective de l'état des lieux du cadre légal régissant l'enfance et l'adolescence, ceux qui ont pris part à cette journée d'étude ont cité la loi n°15-12 du 15 juillet 2015, qui « définit les règles et mécanismes de protection de l'enfant ». La loi n°16-01 du 6 mars 2016 portant révision constitutionnelle est venue, quant à elle, renforcer la protection des droits de l'enfant et du jeune par la famille, la société et l'Etat.
Cette journée a été organisée en partenariat avec l'Organe national de la protection et de la promotion de l'enfance (ONPPE), et l'appui du Fonds des Nations-Unies pour l'enfance (Unicef).
Il s'agit, précisons-le, d'une rencontre-hommage au professeur Mahfoud Boucebci, l'un des membres fondateurs de la psychiatrie algérienne, assassiné par les islamistes durant la décennie du terrorisme. Ses œuvres représentent aujourd'hui encore, selon les participants, « un élément d'éclairage pour l'élaboration de politiques publiques dédiées à l'objet de notre rencontre d'aujourd'hui ».
La lutte contre le travail des enfants, la violence sous toutes ses formes, le renforcement des peines d'atteinte à l'intégrité physique et morale de l'enfant ont été les axes principaux du débat qui s'est déroulé en présence de plusieurs spécialistes et scientifiques, ainsi que des acteurs de la société civile.
M. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.