Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Liverpool : Les Reds placent deux internationaux sur la liste des transferts    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    Ligue des champions: le CRB et le MCA pour démarrer du bon pied    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Entre avancées et entraves    Saïd Bouhadja n'est plus    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    "La sécurité, c'est mieux !"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix
Une superproduction en 8 épisodes de 50 minutes
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2020

«On voulait que, pour une fois, on ne se dise pas qu'il n'y a que les Américains qui ont de l'ambition» : avec La Révolution, créée pour Netflix, Aurélien Molas propose une série spectaculaire, à la croisée des genres fantastique et historique.
Difficile de définir cette superproduction en 8 épisodes de 50 minutes, diffusée à partir du 16 octobre et présentée dans la catégorie What's next du festival Canne séries.
«C'est principalement une uchronie où se rencontrent le fantastique et l'historique», décrit le créateur qui signe là sa sixième série, après notamment Maroni et Une Ile, avec Gaïa Guasti, pour Arte. «Cette série, c'était l'occasion de rendre hommage à toutes mes influences de cinéma et d'essayer d'en faire un tout cohérent qui nous soit propre et qui soit français», poursuit le trentenaire. L'histoire commence en 1787 dans le comté fictif de Montargis, avec un jeune médecin, Joseph Guillotin (Amir El Kacem) qui, en enquêtant sur des meurtres étranges, découvre la maladie du sang bleu, une épidémie qui se répand dans l'aristocratie et pousse les nobles à s'attaquer au peuple.
L'histoire suit parallèlement la comtesse Elise de Montargis (Marilou Aussilloux) qui se bat pour plus de justice sociale tout en protégeant sa petite sœur Madeleine (Amelia Lacquemant), muette et douée de facultés extrasensorielles.
«On a eu recours à une consultante historienne, mais comme le parti pris de la série, c'est d'être une uchronie, ça laisse une vraie liberté où les lignes dramaturgiques, l'ambition romanesque, sont plus importantes que la réalité historique. D'autant qu'on se situe en 1787, donc dans les lointaines origines de la Révolution française», explique Aurélien Molas. «Je suis fasciné par les grandes figures des révolutions historiques, qu'elles soient silencieuses ou non-violentes, ou à la Che Guevara», poursuit-il, révélant que l'un des personnages reprend même dans la série une partie de l'un des discours du célèbre guérillero cubain.
Anachronismes assumés
S'il a choisi de faire d'un personnage réel, Joseph Guillotin, l'un de ses personnages principaux, c'est parce qu'il souhaitait un «vecteur d'histoire» et que l'intéressé — qui n'est pas l'inventeur de la guillotine mais a contribué à la promouvoir – «est un personnage qui n'est pas suffisamment documenté pour qu'il y ait un risque narratif». Pas question de faire une décalcomanie de la vie du vrai Guillotin dans cette série fantastique où les anachronismes sont assumés : «On était dans la démarche inverse de Pierre Schoeller lorsqu'il fait Un peuple et son roi, film de 2018 très réaliste sur la Révolution française.
Le créateur, avec sa coauteure Gaïa Guasti, met un point d'honneur à mettre en scène des personnages féminins forts physiquement, armés, indépendants et féministes.
«Il y a plus de personnages féminins forts que de personnages masculins forts», souligne-t-il. Un élément qu'il ne juge pas si anachronique : «Olympe de Gouges, l'une des pionnières du féminisme, occupait par ses écrits une partie du XVIIIe siècle. On voulait avoir des personnages dans cette continuité parce que c'était les prémices d'un discours féministe assumé.»
Le discours politique de la série, tournée dans des châteaux franciliens et en studio, est, lui aussi, très contemporain.
Ses références sont multiples : la série coréenne Kingdom qui lui donne envie de «mêler drame historique et zombie thriller», mais il cite aussi Inglorious bastards «qui réinvente l'histoire» ou Le Pacte des loups» pour l'ambiance. L'esthétique particulièrement léchée va autant chercher du côté du western que du jeu Assassin's Creed.
Interdite au moins de 16 ans, La Révolution n'hésite pas à montrer du sang et des scènes de violence, mais pas de scènes de sexe : «C'est un choix délibéré, parce qu'il y en a beaucoup dans toutes les séries historiques ; Les Borgia, Les Tudor, Viking et Game of Thrones évidemment, ça ne nous intéressait pas car nous avions suffisamment à raconter.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.