Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Juventus : Pirlo ira au terme de la saison    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Sadiq Khan réélu à la tête de la mairie de Londres    Vives condamnations dans le monde    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Les marches soumises à autorisation    La siesta    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    Ça chauffe en tête    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    L'éviction de listes charme l'opinion    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gros doutes sur les tests PCR effectués chez le privé
COVID-19
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 11 - 2020

Seul test reconnu fiable dans le dépistage du Covid-19, le PCR est depuis plusieurs mois déjà effectué au niveau des laboratoires privés. Ces derniers ont été autorisés sous certaines conditions à le faire. Plusieurs d'entre eux ne maîtrisent pas parfaitement la technique ou font des erreurs d'interprétation, assurent des médecins qui s'insurgent contre cette situation. Pour le président de la Société algérienne des biologistes de santé publique, le souci du gain ne peut être l'unique motivation des laboratoires.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - Débordés et incapables de répondre à toutes les demandes de tests de dépistage du Covid-19, les structures publiques avaient rapidement été saturées, poussant les pouvoirs publics à autoriser les laboratoires privés à proposer le test.
Si des conditions avaient été émises pour pouvoir le faire, beaucoup d'entre eux se sont engouffrés dans ce créneau sans pour autant avoir toutes les qualifications.
De l'avis même de nombreux médecins ayant demandé à leurs patients d'effectuer un test PCR, c'est la cacophonie au niveau de beaucoup de laboratoires non qualifiés en biologie moléculaire. C'est ainsi que des résultats sont remis sans aucune interprétation ni même une prise en compte des antécédents des patients. Une situation qui n'étonne pas Aït Saïd Abdenour, le président de la Société algérienne des biologistes de santé publique. Il déplore, en effet, que dans beaucoup de laboratoires privés, la déontologie en elle-même n'est pas respectée et que le souci numéro un «dans 80% des cas reste le business».
Résultat : les médecins se plaignent de recevoir des résultats attestant que le patient est positif alors qu'il avait présenté des symptômes depuis plusieurs mois ou d'autres négatifs présentant pourtant des symptômes cliniques évidents. Beaucoup de médecins s'interrogent sur les recommandations émises par des laboratoires qui recommandent des PCR de contrôle qui ne sont pourtant pas demandés par les médecins assurant le suivi des patients.
Certains laboratoires vont même jusqu'à demander aux patients de faire en même temps le test PCR et celui des antigènes.
Poussant un véritable coup de gueule, de nombreux médecins estiment que pour effectuer des tests de cette nature, un minimum de connaissances élémentaires est requis. Si l'aspect technique du PCR peut être rapidement maîtrisé, c'est l'interprétation qui nécessite un minimum d'expertise dans le domaine de la microbiologie médicale. Et c'est visiblement à ce niveau que le problème se pose.
Pourtant, au moment où les laboratoires privés avaient été autorisés à effectuer les tests PCR, les équipes techniques de l'Institut Pasteur avaient fait part de leur disposition à accompagner les laboratoires privés pour le démarrage de l'activité, tout en mettant en place une série de critères d'éligibilité à l'opération de dépistage qui sont d'ordre technique, liés principalement aux équipements et aux matériels nécessaires à l'accomplissement des missions de prélèvements et d'analyses biologiques.
L'Institut Pasteur avait également dressé une liste qui comprend les réactifs, les équipements, les consommables et les matériels d'hygiène et de sécurité nécessaires à la réussite du diagnostic.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.