La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    La Suisse bannit les importations agricoles en provenance du Sahara occidental occupé    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Des milliers de personnes reconfinées en Australie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Développement de Talents : La FIFA retient 13 écoles algériennes    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ZAPPING RAMADAN
DAKIRAT EL JASSAD Lorsque la fluidit� de la langue fait parler la m�moire�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 30 - 08 - 2010

Comme chaque ann�e, l�ENTV peine � concocter sa grille de Ramadan. Cette ann�e, elle pensait faire la diff�rence en misant sur un travail qui n�est pas fait par ses soins et encore moins par ses r�alisateurs. Elle a tout simplement acquis les droits de diffusion du feuilleton Dakirat el-Jassad, du Syrien Najdat Isma�l Anzour, une adaptation du best-seller de l�auteur alg�rienne Ahlem Mosteghanemi, produit par la cha�ne satellitaire Abou Dhabi.
Les Alg�riens qui s�int�ressent aux livres de la c�l�bre �crivaine alg�rienne savent le succ�s qu�a connu Dakirat el- Jassad dans le monde arabe depuis sa publication en 1993. Le livre avait d�ailleurs d� �tre r��dit� 19 fois et 3 millions d�exemplaires ont �t� vendus. Le roman avait obtenu le prix Naguib Mahfoud en 1997. Plusieurs tentatives d�adapter le roman en s�ries t�l�vis�es en Jordanie ont �chou� car le sc�nario n��tait pas fid�le au texte d�origine. L�acteur �gyptien Nour Cherif a voulu en faire un film, le projet a, une fois de plus, �t� abandonn� en 1998 pour �tre enfin produit par la cha�ne satellitaire Abou Dhabi. Il s�agit l� du premier travail de l�auteure Ahlem Mosteghanemi qui est adapt� � la t�l�vision sous la forme d�un feuilleton. Le choix des acteurs fut des plus surprenants. Ainsi, le r�le principal est revenu au talentueux et c�l�bre acteur qui, depuis quelques ann�es, ravit la vedette aux grands noms du cin�ma �gyptien, le Syrien Djamel Slimane. L�acteur aurait m�me refus� des r�les bien plus r�mun�r�s et a tenu � interpr�ter celui du moudjahid et peintre Khaled Bentobal. L�acteur partage l�affiche avec l�ancienne candidate de la Star Academy Maghreb, la jolie et talentueuse Amel Bouchoucha, qui joue le r�le de Hayat, la dulcin�e du peintre. Ainsi, depuis le d�but du mois de Ramadan, les t�l�spectateurs arabes et alg�riens suivent le feuilleton sur plusieurs cha�nes arabes ainsi que sur l�ENTV qui a acquis l�exclusivit� pour le Maghreb. Ils suivent les p�rip�ties du peintre Khaled Bentobal, amput� du bras lors de la guerre de Lib�ration nationale et qui rencontre � la faveur d�un vernissage de l�une de ses expositions en France, la jeune Hayat Abdel Moula, fille de son ami, tomb� au champ d�honneur durant la guerre de Lib�ration nationale. Khaled tombe amoureux de cette ravissante jeune fille. La particularit� de ce travail consiste en ce cocktail entre la culture alg�rienne et arabe, et l�usage d�un arabe classique tr�s soutenu et fluide donne une sonorit� tr�s agr�able aux dialogues. Si au d�but, beaucoup craignaient que la novice du 7e art, Amel Bouchoucha, ne s�adapte pas � la langue car habitant depuis longtemps en France, la surprise fut tout autre puisqu�elle semble tr�s � l�aise et donne la r�plique en vraie professionnelle. M�me si le style et le th�me abord� avec cette perp�tuelle r�trospective sur le pass� du moudjahid que fut Khaled Bentobal ne cadrent pas assez avec ce que le t�l�spectateur a l�habitude de voir durant le Ramadan, le feuilleton reste une agr�able d�couverte qui accroche, tout d�abord par le jeu, le verbe et ensuite la sonorit� des mots qui donnent un tout autre sens au travail qui s�duit doucement mais s�rement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.