Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Juventus : Rabiot dans le viseur d'un grand club anglais    Chlef: inhumation des victimes de la crue de l'Oued Meknassa    Averses orageuses sur plusieurs wilayas du pays    Examen de deux projets d'ordonnance sur le Régime électoral et la détermination des Circonscriptions électorales    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    Journée internationale de la Femme : Chanegriha préside une cérémonie en l'honneur des personnels féminins du MDN    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Fawzi Derrar annonce de nouveaux cas    Futur parti pour une majorité présidentielle?    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Cyclisme / Championnats d'Afrique sur route : la sélection algérienne à la 2e place    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    Barça : Messi a voté pour l'élection du nouveau président    Un étudiant violemment pris à partie au sein du campus    Plus de 3 000 bénéficiaires défaillants    Karim Younès insiste sur les droits légitimes des citoyens    Les médicaments anti-cholestérol ne provoquent pas de douleurs musculaires    «Le dialogue est incontournable»    L'heure du bilan    Actuculte    Quelles chances pour Zetchi face à "l'accord de Rabat" ?    Benabdi, la nouvelle force de frappe de la JSK    3 décès et 156 nouveaux cas    Deux morts sur la voie ferrée à Oran    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    L'Algérie prend part au 14e Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale    Petite bouffée d'oxygène pour la recette communale: Réouverture du marché des véhicules en attendant sa mise en adjudication    Tlemcen - Formation : tourisme, hôtellerie et restauration font recette    Les cours du pétrole au plus haut en près de 2 ans    Sur un total de 10.200 sociétés inscrites au CNRC: 5.113 sociétés ont déposé leurs comptes sociaux au 31 décembre 2020    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    Inauguration officielle du théâtre La Fourmi par la ministre de la Culture: Un pôle culturel d'excellence voit le jour à Oran    «On peut mobiliser 15 milliards de dollars par an»    Le rond à béton algérien aux USA    L'optimisme de Chitour    Tebboune tient son agenda politique    Niger : saisie record de 17 tonnes de résine de cannabis    Le Venezuela organise des défilés militaires    20 morts dans l'explosion d'une voiture piégée à Mogadiscio    Les chercheurs lancent les premiers jalons    Des non-voyants au secours du tourisme    Rétrospective des 60 ans de Mustapha Adane!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Russie-Afrique : «Une coopération sans ingérence et civilisée» ? (1re partie)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 01 - 2021


Par Mostefa Zeghlache(*)
Evoquer aujourd'hui la Russie conduit automatiquement à tenir compte que ce pays transcontinental a le territoire le plus vaste de la planète reliant deux continents, l'Europe (25,3 %) et l'Asie du Nord (74,7%), frontalier de deux océans, Pacifique et Arctique, et de 14 pays et habité par 147 millions d'âmes dont près de 78% vivent en Europe.
La Fédération de Russie est également l'héritière de l'Empire tsariste et l'Etat successeur, depuis 1991, de l'ex- Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) dont elle occupe le siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies et hérité de plus de la moitié de la population, des deux tiers du territoire, de l'armée (Rouge) et surtout de son arsenal nucléaire. En 2019, la Russie est la onzième puissance économique mondiale en matière de PIB à valeur nominale et sixième en parité de pouvoir d'achat (Wikipédia). Après avoir connu les difficultés politiques, sociales et économiques de transition que l'on sait au lendemain de la chute de l'URSS, la Fédération de Russie avait de sérieux défis à relever pour tenter de retrouver la puissance et le poids politique à l'international de l'ex-URSS. La difficulté n'était pas seulement d'ordre interne ou régional, mais aussi et surtout international.
Les tensions et guerres dans la région (crises de Géorgie en 2008 et de Crimée en février-mars 2014, le Haut-Karabakh en 2020) et ailleurs dans le monde, notamment au Moyen-Orient (Syrie, golfe Arabo-Persique) et en Afrique du Nord (Libye), et l'implication parfois directe de la Russie dans ces situations lui ont permis de partir à la reconquête de son aura perdue avec la chute de l'ex-URSS. Dans ce contexte, l'Afrique est apparue récemment comme un nouveau moyen en perspective pour la Russie de renforcer le spectre de ses relations extérieures, notamment économiques, et atténuer, dans une certaine mesure, les effets des sanctions occidentales, en particulier américaines, dont elle est l'objet, plus particulièrement depuis 2014, avec la crise de Crimée.
Libérée du carcan de l'idéologie socialiste de l'ex-URSS, la Russie d'aujourd'hui se veut pragmatique dans ses relations africaines et dénonce, par la voix de son président (novembre 2018), l'attitude de certains pays occidentaux qui «ont recours aux pressions, à l'intimidation et au chantage envers les gouvernements africains». Avec une petite nuance visant la France, Poutine a ajouté : «En utilisant de telles méthodes, ils tentent (ces pays) de regagner l'influence et la position dominante perdues dans leurs anciennes colonies.»(1) Ce qui n'est pas le cas pour la Russie, bien évidemment.
Le pragmatisme russe fait que Moscou ne se contente plus d'utiliser ses réseaux créés lors de la période soviétique, notamment dans les pays du «camp progressiste comme l'Algérie», l'URSS ayant formé des générations de cadres africains souvent russophones, devenus parfois de hauts responsables politiques et économiques dans leurs pays, mais mise davantage sur les nouvelles générations de dirigeants africains pour accroître son influence partant du constat que l'Afrique d'aujourd'hui n'est plus un terrain de confrontation idéologique mais un continent d'opportunités (2) et un «partenaire important qui participe à la formation d'un ordre mondial polycentrique et durable», selon le MAE Lavrov.(3)
La nouvelle orientation de la politique africaine de la Russie qui se dessine peut être appréhendée à travers trois volets : le sommet de Sotchi, l'action russe dans le domaine de la sécurité et de l'armement en Afrique et la présence russe en Centrafrique. En Afrique, les dirigeants russes sont engagés dans une course contre la montre pour tenter de rattraper leur retard par rapport aux anciennes puissances coloniales comme la France ou la Grande-Bretagne, aux pays émergents comme la Chine ou l'Inde qui ont investi le continent de longue date ou aux Etats-Unis. En effet, au lendemain de la disparition de l'URSS, les échanges commerciaux avec tout le continent atteignaient juste 1,3 milliard de dollars. Ce montant, somme toute modeste, dégringole en 1994 à 740 millions(2). Une fois la période de transition bien enclenchée, les échanges commerciaux de la Russie avec le continent entament leur ascension dès le début des années 2 000 pour atteindre, en 2017, 17 milliards de dollars(3) et 20 en 2018.
Ce montant, quoique modeste, comparé, par exemple, à ceux de l'Inde et de la Chine qui étaient successivement de 60, 50 et 200 milliards, représente pour Moscou un pas en avant appréciable mais qui reste néanmoins à consolider. Les exportations russes vers l'Afrique, hors équipements militaires, ont doublé en 3 ans représentant en 2018 4% de l'ensemble des exportations russes contre 1%, 5 ans auparavant.
Le président Poutine n'a certes pas sillonné le continent africain mais s'est rendu dans certains des principaux pays africains ; en Algérie en mars 2006, au Maroc en septembre de la même année, en Libye en 2008, en Egypte en 2015 et 2017 et en Afrique du Sud dans le cadre d'un sommet des Brics en juillet 2018 et à l'issue duquel il annoncé son initiative d'organiser un sommet avec l'Afrique. Il se tiendra à Sotchi, une station balnéaire sur la mer Noire, les 23 et 24 octobre 2019.
À travers le 1er sommet de Sotchi qui s'inscrit dans le sillage des grands sommets regroupant l'Union africaine et l'Union européenne et l'Afrique à la Chine, au Japon (Ticad), à l'Inde ou aux Etats-Unis, les dirigeants russes tentent d'établir un cadre opérationnel pour la mise en œuvre de leur nouvelle stratégie de redéploiement diplomatique et économique vers le continent africain.
Co-présidé par Vladimir Poutine et Abdelfattah Al Sissi, président en exercice de l'Union africaine, le sommet a regroupé une cinquantaine de chefs d'Etat et de gouvernement africains pour le volet politique et un forum d'affaires avec pour slogan «Pour la Paix, la Sécurité et le Développement».
En marge du sommet et concernant le premier aspect, Poutine s'est dépensé lors de ses entretiens notamment en tête-à-tête avec ses homologues africains pour louer l'amitié russo-africaine et parler de perspectives de coopération alors que le MAE Lavrov a appelé les pays africains à «une coordination étroite en politique étrangère, à l'ONU et sur d'autres plateformes multilatérales».(3)
S'agissant des relations économiques, la Russie mise, dans une première étape, sur les grandes entreprises publiques ou privées mais assistées par l'Etat comme Rosneft et Lukoil pour les hydrocarbures, Rosatom pour le nucléaire, Alrosa pour le diamant, Uralkali et Uralchem pour les engrais chimiques et Rosoboronexport pour l'armement.
Dès le 1er jour du forum, la fondation Roscongress s'est attelée à rapprocher le monde des affaires russe de son vis-à-vis africain. Un certain nombre d'accords de coopération ont été signés à cette première étape, à l'image de ceux avec l'Agence pour les investissements du Congo, l'Agence pour les investissements et les Projets stratégiques du Niger, les Chambres de commerce de Tanzanie, du Kenya, du Nigeria, du Mali, l'Association égyptienne des exportateurs et la Confédération des associations d'affaires du Mozambique.(4)
À travers ce forum, Arnaud Kalika, auteur de la note «Le grand retour de la Russie en Afrique» (Ifri, avril 2019), estime que l'Afrique est devenue «une priorité russe». Rappelons que le sommet de Sotchi n'est pas issu du néant.
Le terrain avait été préparé lors de certaines manifestations où hommes d'affaires et hommes politiques africains avaient été sollicités avec beaucoup de considération par leurs homologues russes. Ce fut le cas au Forum économique de Saint Pétersbourg (Spief), en 2018, dont l'invité d'honneur était le président F. A. Touadéra, à l'Assemblée annuelle de la Banque africaine d'import-export (Afreximbank) dont la Russie est devenue actionnaire et lors d'une réunion interparlementaire Russie-Afrique tenue à Moscou... (5)
On peut ajouter enfin le Forum de coopération Russie-monde arabe dont la 5e réunion a eu lieu à Moscou, en avril 2019, au niveau des ministères des Affaires étrangères arabes et russe, et la 6e était prévue en 2020 au Maroc, mais la pandémie de coronavirus en a décidé autrement. Ce forum constitue une opportunité de discussion des perspectives de coopération de la Russie avec des pays relevant, à la fois, du continent africain (Afrique du Nord) et de l'aire culturelle arabe. On a relevé que la nouvelle Russie a dû faire face à de nombreux défis politiques et économiques internes comme extérieurs et à quel point est important le fossé qui la sépare d'autres puissances similaires, en Afrique, tant pour le commerce que pour l'investissement. Ces facteurs ne sont pas les seuls à inciter les dirigeants russes à considérer l'Afrique comme un important partenaire. S'y ajoutent les sanctions occidentales notamment américaines qui, depuis 2014, pénalisent Moscou, «obligée de trouver d'autres leviers économiques et diplomatiques» à travers «un partenariat diversifié» et perturbent ses ambitions politiques internationales, notamment en Afrique.
La quête d'un repositionnement stratégique russe en Afrique passe également par le renforcement d'un secteur d'activité rémunérateur traditionnel, celui de l'armement, et la volonté de s'enraciner «structurellement» dans le paysage africain à travers l'édification de bases militaires. À ces leviers d'implantation s'ajoute celui de la formation de hauts gradés africains, selon la tradition soviétique mais renforcée et étendue au-delà de l'ancien groupe de pays progressistes, l'expertise militaire et le nucléaire civil avec la société Rosatom.
Alors que les foyers de tension dus notamment au terrorisme s'exacerbent et parfois prennent de l'ampleur en Afrique, les Etats-Unis, sous la présidence Trump, ont exprimé, à maintes reprises, leur volonté de réduire, parfois drastiquement, la présence militaire américaine, y compris au Sahel, suscitant les inquiétudes de certains dirigeants africains et alliés comme le président français. Au même moment, la France, malgré l'implication de l'Union européenne à ses côtés, s'enfonce chaque jour davantage dans le bourbier sahélien alors que le rival chinois se concentre davantage sur ses relations économiques — y compris la vente d'armes —, le champ d'action paraît libre à la Russie pour gagner une place sur l'échiquier africain. Les moyens pour y parvenir sont nombreux et impliquent le commerce des armes et la formation militaire en particulier dans le cadre de la lutte antiterroriste.
Le regain des activités terroristes dans certaines régions du continent et les difficultés qu'éprouvent les Etats concernés à y faire face, y compris avec l'aide des armées occidentales, ouvrent de nouvelles perspectives d'«infiltration» russe dans des pays jadis «chasse gardée» des Occidentaux. La Russie cherche à mettre en avant son «expérience» en la matière acquise
en Tchétchénie, en Syrie, voire en Libye comme l'avait laissé entendre le président russe à Sotchi lorsqu'il avait déclaré que «le terrorisme, l'idéologie de l'extrémisme, la piraterie et le Printemps arabe empêchent le développement des pays africains» ajoutant que «ces phénomènes ont déstabilisé la situation dans toute l'Afrique du Nord » et que « dans la région des Grands Lacs et la région sahélienne, de nombreuses organisations terroristes sont actives». Et de conclure : «À cet égard, nous pensons qu'il est important d'intensifier les efforts communs dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme.» Alors, pour faire face à ces défis sécuritaires, quoi de plus normal que les armées africaines se fournissent en armes
russes ? Et quoi de plus normal encore d'entendre le chef d'Etat soudanais dire, lors du sommet de Sotchi, à son homologue russe : «De notre côté, nous attendons que vous approuviez et signiez l'accord sur la poursuite de la coopération entre le Soudan et la Russie afin que nous puissions coopérer à la réforme de l'institution militaire et au développement des capacités des forces armées.»(6) Doit-on rappeler que c'est par le Soudan que la Chine est entrée en Afrique ?
Le forum Russie-Afrique avait d'ailleurs mis en exergue l'aspect militaire de la politique russe en Afrique. Le continent représente 15% des ventes d'armes russes(7) et près de 12 milliards de dollars de contrats avaient été signés avec des pays africains dont le Nigeria, le Niger et le Mali portant notamment sur l'acquisition d'avions et d'hélicoptères de combat et de systèmes de défense antiaérienne, pour un montant de plus de 4 milliards de dollars, selon Alexandre Mikheev, directeur de Rosoboronexport, l'entreprise publique chargée du commerce d'armements.(6) Selon l'institut Sipri de Stockholm, la Russie est le premier fournisseur d'armes à l'Afrique (35%) devançant la Chine (17%), les Etats-Unis (9%) et la France (6,9%).
De nombreux contrats militaires, à l'image de celui avec l'Algérie en 2006 ont été signés avec la Guinée et la Centrafrique en 2017, l'Egypte, le Burkina Faso, en 2018, le Soudan, le Mali et le Congo, en 2019. Un mémorandum a été signé avec 16 pays d'Afrique australe (SADC) incluant la formation du personnel militaire, l'envoi de conseillers et l'échange de renseignements.
Outre l'aspect commercial dominant, les Russes investissent dans l'infrastructure militaire. Lors de sa grande et traditionnelle conférence de presse, la 16e du genre, tenue le 17 décembre 2020, le président Poutine a répondu à ses critiques sur les relations militaires de son pays avec certains pays occidentaux en révélant que, contrairement aux Etats-Unis, par exemple, la Russie ne dispose que de «deux-trois bases de déploiement, d'ailleurs situées sur les axes à risque terroriste». S'agissant du budget militaire de son pays, il a indiqué qu'il n'était «que de 46 milliards», comparé à celui des Etats -Unis qui atteint 770 milliards».(8)
Mais les Occidentaux ne l'entendent pas de cette oreille, comme en témoigne un rapport du MAE allemand intitulé «Les nouvelles ambitions de la Russie en Afrique» dont le journal Bild a publié des extraits en août 2020 et qui révèle que «la Russie envisagerait d'établir des bases militaires dans au moins 6 pays considérés stratégiques. Ce sont la République centrafricaine, Madagascar, l'Egypte, le Soudan, le Mozambique et l'Erythrée». Plus proche de nous, le site Sputnik rapportait le 8 décembre 2020 qu'un traité a été signé le 1er de ce mois avec le Soudan prévoyant la création d'«un centre de soutien logistique de la marine russe» devant abriter des navires à propulsion nucléaire.(9) De même qu'une plateforme logistique russe accessible aux navires de guerre est envisagée dans un des ports de Madagascar.(5)
Outre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, la Chine, le Japon, l'Inde, la Turquie, les Emirats... ont des bases militaires en Afrique, notamment dans la Corne de l'Afrique.
Il est difficile d'évoquer l'aspect militaire et sécuritaire de la politique africaine de la Russie sans évoquer les activités de la société militaire privée russe Wagner, créée en 2014 par Evguéni Prigojnine, «un proche de Poutine», en Syrie, en Libye, en Centrafrique et dans les zones de tension dans le voisinage russe (Ukraine). Cette société est qualifiée par Foreign Policy de «sombre groupe de mercenaires qui mènent des opérations secrètes pour le compte du Kremlin, un peu partout dans le monde...».
Le Kremlin s'en défend et quoique les sociétés privées de sécurité soient interdites en Russie, des sources occidentales estiment que Wagner travaille en «étroite collaboration avec le ministère de la Défense». Le New York Times a défendu cette thèse dans une enquête consacrée à la présence russe en Centrafrique et ajouté que la RDC et la Guinée ont sollicité les services de Wagner.
Depuis peu et quoique se prévalant d'un passé dépourvu de pesanteur coloniale et se défendant de toute velléité d'immixtion dans les affaires internes d'autrui, la Russie tente de mettre en œuvre une nouvelle stratégie dans ses relations avec l'Afrique. L'expérience en cours a lieu en Centrafrique. Sans le moindre doute, la Russie post-Union soviétique doit considérer son approche africaine à travers la Centrafrique comme un test de viabilité pour sa stratégie d'implantation durable et avantageuse en Afrique sub-saharienne. Mais ce choix comporte énormément de risques, la Centrafrique étant l'un des pays les plus pauvres et des plus instables du continent.
Ce pays de 622 984 km2 qui se situe, comme son nom l'indique, au «centre de l'Afrique», est enclavé entre 6 pays et figure au 188e rang sur 189 pour l'indice de développement humain du Pnud, en 2019. Près de 70% de la population de 4,9 millions d'habitants vivent sous le seuil de la pauvreté. Mais comme c'est souvent le cas en Afrique, c'est un pays appauvri qui recèle de grandes richesses allant du diamant au bétail en passant par l'or, le bois, le café, le tabac, le coton.
Depuis de nombreuses années, la guerre civile attisée par les clivages politiques, sociaux, ethniques, religieux et l'ingérence étrangère alliée à une classe politique coupée des réalités du pays ont handicapé son développement. De 1965 à 2016 et encore ces derniers jours, le pays a vécu au rythme des coups d'Etat et de révoltes sanglantes le plus souvent sous forme de conflits ethniques et religieux. En fait, il s'agit de lutte pour le pouvoir alliant classe politique prédatrice, armée aux ordres des puissants, hommes de religion occultes et hommes d'affaires véreux liés aux sociétés étrangères. Le pays se maintient à flot grâce à l'aide étrangère, la protection des forces onusiennes et la présence militaire française et, récemment, russe.
En mars 2013, une coalition rebelle à dominante musulmane se soulève, attaque la population chrétienne et renverse le président Bozizé. Les milices anti-balaka à dominante chrétienne s'en prennent à leur tour à la population musulmane.
Une tuerie à grande échelle se produit qui pousse la France à intervenir militairement à travers l'opération Sangaris (2013-2016) et l'ONU à voter la résolution 2127 (05 12 2013) imposant l'embargo sur les armes pour la Centrafrique, créer le Comité du Conseil de sécurité pour veiller à l'application des sanctions et, le 10 avril 2014, la force Minusca (Mission de stabilisation des Nations Unies en Centrafrique) avec 11 500 Casques bleus.
La fin de l'année 2017 marque le début du rapprochement russo-centreafricain avec la signature, en décembre, d'un accord de coopération dont certains termes n'ont pas été rendus publics, mais qui prévoit notamment l'engagement de la Russie à assurer la formation des militaires dont la Garde nationale et pour la Centrafrique l'octroi de concessions minières (or et diamant) et l'autorisation pour les Russes d'exploiter un aérodrome dans la région d'Ouadda. Dès le 26 janvier 2018, les avions russes transportant les premières armes atterrissent à Bangui. Le lendemain, le directeur adjoint du service de presse du MAE, A. Kojine, annonce qu'«à la demande de la République centrafricaine, la Russie a accordé à ce pays une aide militaire et technique à titre gracieux» et ajoute que «5 militaires et 170 ressortissants (?) russes ont été dépêchés sur place pour entraîner les militaires centrafricains».(10)
Depuis, un accord de coopération militaire a été signé en août 2018 qui prévoit l'envoi d'instructeurs pour entraîner les militaires centrafricains et assurer la sécurité du président. En octobre 2020, un bureau militaire composé de 4 généraux russes est ouvert à Bangui.(11)
Mais Moscou considère, depuis que l'opération française Sangaris(12) avait été déclarée par le président français et son MAE, achevée en 2016 avec l'élection de l'actuel président F. Archange Touadéra, alors que l'instabilité persiste au pays, que la voie est désormais ouverte à une présence russe renforcée au cœur du continent africain tant pour l'assistance sécuritaire et militaire que pour l'action politique. Paris ne conserve désormais qu'un contingent de 300 militaires. Dès octobre 2017, le président centrafricain rencontre le MAE russe pour lui demander une assistance à son pays.
M. Z.
(À suivre)
* ancien diplomate
[email protected]
Quelques références webgraphiques
1-https://francais.rt.com/international/67138-russie-pour-concurrence-civilisee-dans-la-cooperation-avec-l-afrique
2- https://forbesafrique.com/russie-afrique-une-relation-economique-desequilibree/
3-https://francais.rt.com/international/55672-cooperation-russo-centrafricaine-quand-france-arroge-droit-de-regard
4 https://summitafrica.ru/fr/news/russia-and-african-countries-agree-on-cooperation/
5- https: //www. jeuneafrique. com/mag/814891/politique/russie-afrique-la-strategie-de-vladimir-poutine-pour-reconquerir-le-continent/
6https://fr.africanews.com/2019/10/24/sommet-russie-afrique-poutine-devoile-les-grands-axes-de-la-cooperation/
7-https://www.lepoint.fr/afrique/russie-afrique-l-economie-au-coeur-du-nouveau-partenariat-21-10-2019-
8- https: //fr. sputniknews. com/russie/ 20 201 217104 4949179-pourquoi-vous-nous-prenez-pour-des-cons-poutine-sinterroge-sur-les-pretentions-de-loccident
9-https: /fr. sputniknews com/defense/202012081044898162-ce-pays-peut-desormais-abriter-des-navires-russes-a-propulsion-nucleaire/
10- https: //parstoday. com/fr/news/africa-i59946-pressence_militaire_russe_en_afrique
11- https://francais.rt.com/international/79747-russie-livre-vehicules-blindes-armee-armee-centre-afrique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.