Création de projets: 50% des microcrédits prévus en 2021 au profit des femmes    Algérie Télécom: déploiement de 104 Km de fibre optique à Tamanrasset en 2020    Marché de Tidjelabine : Les prix s'envolent dès le premier jour    Le Liban renoue avec la contestation populaire : «Journée de la colère» au pays du Cèdre    D'amour et de guerre : Une littérature de combat    A l'initiative d'Appel égalité / La place des femmes dans le hirak    USM Alger : Zeghdoud remplace Froger    Face au refus du Maroc d'accueillir l'équipe Algérienne : La CAF tranchera pour un report ou une délocalisation de la CAN-U17    Italie : Ounas victime de propos racistes    Crue de l'Oued Meknassa à Chlef : le bilan s'alourdit à neuf morts    Education nationale : Oudjaout reçoit des représentants de syndicats du secteur    Ramadhan : Les médias appelés à étre responsable dans la sélection des programmes    Femmes, un combat universel    Journée internationale de la Femme : Ouverture d'une exposition d'œuvres artistiques    Cinéma. La 35e édition des prix Goya (Espagne) : Las Niñas (Les filles), meilleur film    Nice : C'est la tuile pour Youcef Atal...    7 façons de faire plus de sport au quotidien sans vous en rendre compte    Recouvrement des fonds détournés: L'Algérie en appelle à la responsabilité de l'ONU    Anis Rahmani condamné à trois ans de prison    Quelles formes pénales ?    Incendie d'un véhicule à Tizi Ouzou: Deux enfants succombent à leurs graves brûlures    Des perturbations annoncées dans 5 communes d'Alger    Le Brent franchit la barre des 70 dollars    Le compte à rebours commence    "Beaucoup reste à faire"    148 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Match reporté à une date ultérieure    La JSK avec un effectif au grand complet    Joan Laporta, le grand retour    Un repère pour la fixation des prix des médicaments    30 Morts    Après l'opposition, le pouvoir revendique la victoire    Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Le rêve d'une reprise    La santé pour tout le monde    Fin de la polémique sur les «tarawih»    L'Algérie épuise ses stocks de vaccins    Quand les banques n'appliquent pas    Les femmes battent le pavé à Alger    Lamentable posture pour les «démocrates»    Chanegriha rend hommage à la femme algérienne    Une exposition collective au Palais de la culture    «Résistance des femmes en Afrique du Nord»    Par-delà le bien et le mal    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Tendances instables    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un ministre au cœur de la polémique
Ferhat Aït-Ali Brahim
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 01 - 2021

Ferhat Aït-Ali Brahim. Il savait depuis le début de son aventure au sein du gouvernement qu'il n'allait pas se faire que des amis. Pour tout dire, il aurait été nommé à la gestion de n'importe quel portefeuille au sein de l'équipe Djerad, son ouïe en aurait pris pour son compte tant il incarnait l'une des voix les plus véhémentes à l'encontre du personnel politique qu'il a accusé à un certain moment d'avoir «tout accaparé, chacun ce qu'il pouvait, depuis 1962».
Alors, faire partie intégrante, aujourd'hui, du pouvoir et qui plus est se voir confier le très tourmenté secteur de l'industrie, avec la gestion d'un dossier aussi «miné» que celui de l'automobile qui brasse des milliards en monnaies étrangères, là il devait sans doute s'attendre à toutes les inimitiés dans une Algérie troublée où, désormais, n'importe quel sujet soulève un tollé et les polémiques les plus invraisemblables, tellement tout est à réinventer, donc passible de susciter les débats les plus passionnés, jusqu'à dépasser, et de loin, les limites de la diffamation.
De l'époque d'avant qu'il soit investi du premier rôle dans la lourde mission de donner à l'industrie algérienne la place qui doit être la sienne dans la nouvelle Algérie, Ferhat Aït-Ali Brahim a laissé des analyses économiques d'une finesse aussi rare que hautement appréciée ainsi que des déclarations qui résonnent encore fort, tellement fort que beaucoup, sur les réseaux sociaux plus particulièrement, trouvent un malin plaisir à les ressortir, les exhiber comme si c'étaient des pièces à conviction d'un crime qu'il aurait commis, lui l'auteur de véritables envolées du genre de celles qu'il adressait aux acteurs du dossier «suspect de l'industrie automobile», comme il l'appelait, et à travers lesquelles déclarations il s'attaquait vertement à ceux qu'il nommait les parrains de «l'entreprise de prédation» qui a écumé le pays jusqu'à un temps encore récent, à travers, notamment donc, des hommes d'affaires fabriqués de toutes pièces pour en faire les précurseurs d'une prétendue industrie automobile algérienne alors qu'ils ne versaient que dans un vulgaire montage de kits. Des sorties qui défendaient le bien public en somme, toujours avec une argumentation qui balayait toute espèce de doute, et avec une passion qui lui valut une popularité telle que beaucoup de personnalités de divers horizons avaient matière à cultiver l'envie.
De tout cela, jusqu'à la semaine dernière, il ne reste plus beaucoup si l'on suit les tas de commentaires qui fleurissent sur tous les supports médiatiques. Même des élus des deux Chambres du Parlement n'ont pu s'empêcher de joindre leurs voix à celles qui, par exemple, voient d'un très mauvais œil la mise entre parenthèses de l'autorisation des véhicules de moins de 3 ans, la même autorisation qui trouvait grâce à ses yeux il y a quelques années mais que l'ancien pouvoir avait écartée pour déblayer le terrain aux fameux «précurseurs» de l'industrie automobile algérienne. La sortie, à la Pyrrhus, de la première vague des 4 autorisations d'installation de concessionnaires, le refus d'accorder des agréments à des concessionnaires multimarques, et l'insistante décision de surseoir à l'importation des véhicules d'occasion, tout cela fait qu'aujourd'hui, le ministre de l'Industrie passe pour la tête de gondole du gouvernement, il focalise les colères jusqu'à faire oublier d'autres membres du gouvernement qui, pourtant, ne s'en sortent pas tel qu'il se devrait, voire qui ne font qu'enfoncer leurs secteurs respectifs. Mais, il faut dire que l'automobile, comme partout ailleurs dans le monde, au même titre que quelques autres secteurs, a le don de détourner des débats autrement plus essentiels. Surtout dans un pays pratiquement en chantier.
Azedine M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.