Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sami Agli sonne l'alarme
Plan de relance économique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 01 - 2021

Il ne se prend pas pour celui qui a réinventé l'eau tiède, mais Sami Agli, le patron de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), comme beaucoup de monde, s'attend à une année 2021 plus compliquée que les deux dernières. De ce fait, il ne faudrait plus se contenter de constats, des mesures doivent être prises pour «sentir le changement».
Il n'est, ainsi, pas le premier à considérer que le rythme mis pour remettre l'économie nationale d'aplomb n'est pas comme il devrait l'être.
Le président de la CAPC, invité de la Chaîne 3 hier mardi, a jugé lui aussi qu'il se doit de prendre la responsabilité de tirer l'alarme pour que l'on entre effectivement dans la relance de l'économie nationale parce que «les choses n'avancent pas comme on le veut», lui qui plaide pour sauver déjà les entreprises «de plus en plus fragilisées», et mettre en pratique le plan de relance, le plan de la dernière chance, comme il l'appelle.
«Des mesures de rupture, opérationnelles et rapides», conseille le patron de la confédération, tout en reconnaissant que les choses ont avancé sur le plan des propositions. Malheureusement, les vieux réflexes sont toujours là avec cette «lourdeur bureaucratique» qu'il faudrait penser à pénaliser par ces temps de détresse économique.
«On en est au point où, dans certaines administrations, on ne daigne même pas accuser réception du courrier de chefs d'entreprises», a dénoncé Sami Agli pour parler du «terrorisme bureaucratique».
«L'entreprise est la solution à la crise, mais pour qu'elle le soit concrètement, il faudrait lui permettre d'abord de se maintenir puis de se projeter», a plaidé l'invité de la Chaîne 3 qui, visiblement, n'en peut plus de laisser passer le fait qu'«une administration bloque un projet créateur de richesses». Le coût administratif devient de plus en plus pesant sur l'économie, et de temps, l'Algérie n'en a plus beaucoup pour se relancer économiquement, a-t-il argumenté avant de faire état de la peur des chefs d'entreprises du pays, ayant doublement peur, précise-t-il, des conséquences de ces deux dernières années et de l'avenir immédiat si on ne met pas fin à la bureaucratie «dans les faits». Ceci pour sauver l'entreprise et l'emploi dont les pertes, en 2020, sont beaucoup plus importantes que le demi-million dont il est fait état officiellement, notamment si on prend en compte l'informel, le secteur qui emploie le plus en Algérie.
Une réalité — les chiffres de l'emploi – qui remet sur le tapis l'exigence de la mise en place d'un organe pour centraliser l'information et les données économiques, les organismes en activité (douanes, ONS et autres ...) n'offrant pas des données forcément homogènes avec celles des institutions. Il en est autant de pratiquement toutes les questions ayant trait à l'investissement, à l'exemple du sujet du foncier qui a fait que «des entreprises ont dû acheter leur terrain sur fonds propres». En somme, Sami Agli, comme beaucoup d'ailleurs, attend des actes, le temps imparti aux intentions a été long, alors maintenant place à... la sonnette d'alarme.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.