Boudjemâa: appel à contribuer à la politique de l'économie circulaire    Le refus de l'UE d'inclure le Sahara occidental dans l'accord "interbus" est une avancée intéressante    Khaldi pour la modernisation de la gestion des établissements de jeunesse    Le Gouvernement déterminé à développer une véritable industrie pharmaceutique    Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    Acquittement pour 32 activistes    L'option du rationnement écartée ?    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie retient son souffle
Manifestations à l'appel d'Ennahdha
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
Ce samedi 27 février sera une journée à hauts risques pour la Tunisie. Le parti islamiste de Rached Ghannouchi a programmé, pour cette date, une manifestation dans la capitale, tout en insistant auprès de ses représentants régionaux d'inciter ses partisans dans les régions à faire de même.
Jusque-là, rien d'anormal sauf qu'à travers le monde, on assiste, rarement, à une manifestation organisée par le parti au pouvoir. Les nahdhaouis s'y préparent sérieusement comme le montre cette demande, du reste rejetée, d'affréter un train de Gabès (sud) vers la capitale. L'affluence sera, sans doute, considérable pour répondre à la démonstration de force réalisée, dimanche dernier à Sousse, par le PDL de Abir Moussi. La question que se posent les citoyens est de savoir si l'avenue Bourguiba à Tunis sera ouverte ou non aux nahdhaouis, après avoir été fermée, récemment, à d'autres manifestations. Tout indique qu'elle le sera, puisque la décision est entre les mains de Hichem Mechichi qui assure l'intérim au ministère de l'Intérieur, et qui ne peut refuser un tel cadeau à celui qui lui assure le soutien du Parlement. D'autant plus que parmi les banderoles de décor, il y aura, sans doute, celles qui appellent au soutien à apporter au gouvernement Mechichi face à l'entêtement du Président Kaïs Saïed que Ghannouchi cherche, à tout prix, à humilier. Voilà le principal objectif du président du parti islamiste. Laissant de côté, momentanément, ses différends avec Abir Moussi, c'est au président de la République en personne qu'il veut montrer sa puissance sur le terrain. C'est, aussi, une occasion pour le prouver à ses détracteurs, dont des anciens nahdhaouis, qui affirment que le rôle historique du parti Ennahdha fait partie du passé.
Toujours est-il qu'il faut compter avec la menace de l'Union générale tunisienne de travail, syndicat qui ne reste pas les bras croisés, face à l'évolution de la situation. Les risques viennent du côté de la centrale syndicale. En effet, son secrétaire général, Noureddine Taboubi, a, dès l'annonce de la marche des islamistes, réagi violemment en disant : «Puisque vous investissez la rue, nous y serons.» C'est dire le risque de voir l'avenue Bourguiba se transformer, l'espace d'un jour, en arène où se mesureraient les «gladiateurs» des deux camps, farouchement opposés les uns aux autres.
C'est le spectacle auquel sont invités les Tunisiens, dont la plupart n'arrivent plus à supporter les conséquences des «bagarres» menées par les divers partis devenus, depuis quelque temps, «ennemis» à la recherche d'une portion d'un «gâteau» appelé Tunisie. Entre-temps, le président de la République, aux pouvoirs limités certes, se confine dans un rôle de spectateur. Un spectateur qui bloque les rouages du gouvernement à travers son refus de reconnaître le remaniement introduit par Hichem Mechichi. Cela dure depuis un mois déjà, et chacun campe sur ses positions. D'où l'idée de Ghannouchi de programmer cette journée de protestation.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.