Le rôle prépondérant de l'ANP    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès    Un rempart pour la République    El Hadjar tourne en mode recyclage    Des équipements médicaux à exporter    Précarité de la condition féminine    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    L'Algérie dans la légende    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    La sardine entre 250 et 400 dinars    L'économie du tourisme marque le pas    Les «ambitions» d'un ministre    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Mali/Accord de paix: la médiation internationale tient une nouvelle réunion    Le Président Tebboune regagne Alger après une visite d'Etat en Turquie    Lancement de la campagne nationale de prévention des incendies de récoltes    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    Salon "El Djazaïr Healthcare" de Dakar: faire du Sénégal la porte de commercialisation du produit algérien    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Gouvernement donne le feu vert à l'importation des chaînes de production rénovées    La fuite des sujets d'examen «quasi-impossible»    L'USMA s'offre le derby face au MCA    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Mohammed ben Zayed élu Président des Emirats arabes unis par le Conseil suprême    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    12e session du Groupe de vision stratégique "Russie-Monde islamique": Ghlamallah à Kazan    Le Brésil n'affrontera pas le Sénégal en match amical    Liverpool : Klopp donne des nouvelles de Salah et Van Dijk    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans le secteur de Mahbes    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie pour le 3ème et dernier jour    En séjour illégal à Oran: Près de 200 Subsahariens rapatriés vers leur pays    La rançon d'une vie    Pour éviter le scénario de 2021: L'Algérie affrète six avions de lutte contre les incendies    Emigration clandestine: Onze harraga périssent noyés au large de Tipaza    Fonction publique: Les Syndicats autonomes veulent préserver l'unité de leur action    Ligue 1 - Mise à jour: Deux chocs pour y voir plus clair    D'autres chats à fouetter    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie retient son souffle
Manifestations à l'appel d'Ennahdha
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
Ce samedi 27 février sera une journée à hauts risques pour la Tunisie. Le parti islamiste de Rached Ghannouchi a programmé, pour cette date, une manifestation dans la capitale, tout en insistant auprès de ses représentants régionaux d'inciter ses partisans dans les régions à faire de même.
Jusque-là, rien d'anormal sauf qu'à travers le monde, on assiste, rarement, à une manifestation organisée par le parti au pouvoir. Les nahdhaouis s'y préparent sérieusement comme le montre cette demande, du reste rejetée, d'affréter un train de Gabès (sud) vers la capitale. L'affluence sera, sans doute, considérable pour répondre à la démonstration de force réalisée, dimanche dernier à Sousse, par le PDL de Abir Moussi. La question que se posent les citoyens est de savoir si l'avenue Bourguiba à Tunis sera ouverte ou non aux nahdhaouis, après avoir été fermée, récemment, à d'autres manifestations. Tout indique qu'elle le sera, puisque la décision est entre les mains de Hichem Mechichi qui assure l'intérim au ministère de l'Intérieur, et qui ne peut refuser un tel cadeau à celui qui lui assure le soutien du Parlement. D'autant plus que parmi les banderoles de décor, il y aura, sans doute, celles qui appellent au soutien à apporter au gouvernement Mechichi face à l'entêtement du Président Kaïs Saïed que Ghannouchi cherche, à tout prix, à humilier. Voilà le principal objectif du président du parti islamiste. Laissant de côté, momentanément, ses différends avec Abir Moussi, c'est au président de la République en personne qu'il veut montrer sa puissance sur le terrain. C'est, aussi, une occasion pour le prouver à ses détracteurs, dont des anciens nahdhaouis, qui affirment que le rôle historique du parti Ennahdha fait partie du passé.
Toujours est-il qu'il faut compter avec la menace de l'Union générale tunisienne de travail, syndicat qui ne reste pas les bras croisés, face à l'évolution de la situation. Les risques viennent du côté de la centrale syndicale. En effet, son secrétaire général, Noureddine Taboubi, a, dès l'annonce de la marche des islamistes, réagi violemment en disant : «Puisque vous investissez la rue, nous y serons.» C'est dire le risque de voir l'avenue Bourguiba se transformer, l'espace d'un jour, en arène où se mesureraient les «gladiateurs» des deux camps, farouchement opposés les uns aux autres.
C'est le spectacle auquel sont invités les Tunisiens, dont la plupart n'arrivent plus à supporter les conséquences des «bagarres» menées par les divers partis devenus, depuis quelque temps, «ennemis» à la recherche d'une portion d'un «gâteau» appelé Tunisie. Entre-temps, le président de la République, aux pouvoirs limités certes, se confine dans un rôle de spectateur. Un spectateur qui bloque les rouages du gouvernement à travers son refus de reconnaître le remaniement introduit par Hichem Mechichi. Cela dure depuis un mois déjà, et chacun campe sur ses positions. D'où l'idée de Ghannouchi de programmer cette journée de protestation.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.