Le décès de Abdelhakim Meziani est une "grande perte" pour la culture algérienne    Man United : Solskjaer ne boude pas son plaisir après l'arrivée de Sancho    Bayern : Un cador européen suit Goretzka    Pegasus: Le Gouvernement sahraoui condamne un "acte criminel" contraire au droit international    Décès de l'ancien ministre de l'Industrie Mahmoud Khoudri    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Tottenham : C'est officiel pour Heung-min Son    Coronavirus: 1350 nouveaux cas, 812 guérisons et 18 décès    Foot / Représentants algériens en compétitions interclubs : le Bureau fédéral tranchera le 29 juillet    "L'oeuvre de Dieu, la part du diable"    USTO-MB: 3.500 places pédagogiques pour les nouveaux bacheliers    Décès du journaliste Mohamed Alouane à l'âge de 79 ans    Espionnage marocain contre des responsables algériens: l'Algérie exprime sa profonde préoccupation    Canicule: des températures de 44 degrés sur des wilayas de l'Ouest et du Centre du pays    Crise en Libye : Lamamra s'entretient avec Jan Kubis des derniers développements du processus politique    Décès à 72 ans du journaliste et homme de culture Abdelhakim Meziani    L'homme de théâtre Abdelmalek Boussahel n'est plus    BAC 2021: un taux de réussite national de 61,17 %, une moyenne d'admission à 9,5/20    Aïd El-Adha : la permanence des commerçants respectée à 100%    Une tradition ressuscitée dans les villages d'Aïn Zaouïa    L'Epwgcet en appelle au civisme des citoyens    KAMEL BOUGDAL TIRE SA REVERENCE    UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGE    Sonatrach se dote d'un code d'éthique D. R.    Le ministre de la Santé limogé en plein rebond épidémique    «Intelligence et lutte contre la cybercriminalité»    Le variant Delta menace la demande    L'Algérie appelée à consolider ses capacités de production    Maroc, la grande kechfa !    Un calendrier pour concrétiser les accords stratégiques    Enfin un plan B ?    La rentrée scolaire se prépare déjà    La LFP attend un «signe»...    La LFP interpellée sur les dates des matchs en retard    Nourredine Saâdi n'est plus    Sortie de Money le nouveau single d'Ayoub Medjahed    Allô Alger    Mali : Ouverture d'une enquête après la tentative d'assassinat du président    El Hawma au théâtre : Un spectacle qui veut bousculer les vieilles habitudes    Une commission pour plancher sur le cadre juridique    L'eau pour tout le monde    Le Conseil constitutionnel s'indigne    Une nouvelle dynamique à l'export    Des drones pour reboiser les forêts ?    Le programme LPL relancé dans 15 wilayas    Un monument de la presse sportive s'en va    L'actrice Pilar Bardem est décédée à 82 ans    «L'Algérien n'est pas mis en cause...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie retient son souffle
Manifestations à l'appel d'Ennahdha
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
Ce samedi 27 février sera une journée à hauts risques pour la Tunisie. Le parti islamiste de Rached Ghannouchi a programmé, pour cette date, une manifestation dans la capitale, tout en insistant auprès de ses représentants régionaux d'inciter ses partisans dans les régions à faire de même.
Jusque-là, rien d'anormal sauf qu'à travers le monde, on assiste, rarement, à une manifestation organisée par le parti au pouvoir. Les nahdhaouis s'y préparent sérieusement comme le montre cette demande, du reste rejetée, d'affréter un train de Gabès (sud) vers la capitale. L'affluence sera, sans doute, considérable pour répondre à la démonstration de force réalisée, dimanche dernier à Sousse, par le PDL de Abir Moussi. La question que se posent les citoyens est de savoir si l'avenue Bourguiba à Tunis sera ouverte ou non aux nahdhaouis, après avoir été fermée, récemment, à d'autres manifestations. Tout indique qu'elle le sera, puisque la décision est entre les mains de Hichem Mechichi qui assure l'intérim au ministère de l'Intérieur, et qui ne peut refuser un tel cadeau à celui qui lui assure le soutien du Parlement. D'autant plus que parmi les banderoles de décor, il y aura, sans doute, celles qui appellent au soutien à apporter au gouvernement Mechichi face à l'entêtement du Président Kaïs Saïed que Ghannouchi cherche, à tout prix, à humilier. Voilà le principal objectif du président du parti islamiste. Laissant de côté, momentanément, ses différends avec Abir Moussi, c'est au président de la République en personne qu'il veut montrer sa puissance sur le terrain. C'est, aussi, une occasion pour le prouver à ses détracteurs, dont des anciens nahdhaouis, qui affirment que le rôle historique du parti Ennahdha fait partie du passé.
Toujours est-il qu'il faut compter avec la menace de l'Union générale tunisienne de travail, syndicat qui ne reste pas les bras croisés, face à l'évolution de la situation. Les risques viennent du côté de la centrale syndicale. En effet, son secrétaire général, Noureddine Taboubi, a, dès l'annonce de la marche des islamistes, réagi violemment en disant : «Puisque vous investissez la rue, nous y serons.» C'est dire le risque de voir l'avenue Bourguiba se transformer, l'espace d'un jour, en arène où se mesureraient les «gladiateurs» des deux camps, farouchement opposés les uns aux autres.
C'est le spectacle auquel sont invités les Tunisiens, dont la plupart n'arrivent plus à supporter les conséquences des «bagarres» menées par les divers partis devenus, depuis quelque temps, «ennemis» à la recherche d'une portion d'un «gâteau» appelé Tunisie. Entre-temps, le président de la République, aux pouvoirs limités certes, se confine dans un rôle de spectateur. Un spectateur qui bloque les rouages du gouvernement à travers son refus de reconnaître le remaniement introduit par Hichem Mechichi. Cela dure depuis un mois déjà, et chacun campe sur ses positions. D'où l'idée de Ghannouchi de programmer cette journée de protestation.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.