Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Que faire pour réguler le marché ?    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Les 22 manifestants maintenus en détention    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un vendredi sans heurts
HIRAK
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2021

En dépit d'un impressionnant dispositif sécuritaire déployé tout autour et à l'intérieur de la capitale, ils étaient des milliers à sortir, hier, à l'occasion du tout premier vendredi de la reprise du mouvement populaire au bout d'un long intermède pour cause de pandémie de la Covid-19.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Ceux qui ont misé, voire tout entrepris sur l'essoufflement du Hirak, ont certainement revu leurs copies.
Après le show de lundi dernier à l'occasion de la célébration du deuxième anniversaire de cette dynamique citoyenne où ils étaient des milliers de personnes à battre le pavé à travers les rues de la capitale, mais également au niveau de nombre de grandes villes du pays, ils étaient, hier vendredi, presque aussi nombreux à renouer avec la contestation.
Pourtant, l'impressionnant dispositif sécuritaire déployé autour et à l'intérieur de la capitale faisait craindre l'avortement de la manifestation.
D'autant plus que, jusqu'à près de 14h, ils n'étaient que quelques petits groupes de manifestants à montrer le nez, eux qui avaient la crainte de se faire embarquer comme ce fut le cas pour certains d'entre eux qui étaient interpellés après avoir été fouillés. Vers 13h45, des slogans retentissent du côté de la rue Ferhat-Boussaâd, donnant ainsi le signal pour l'entame de la manifestation.
Juste après, les tout premiers carrés de manifestants, dont celui du président du RCD, Mohcine Belabbas, se formaient et en un clin d'œil, une procession humaine prit forme et se dirigea vers l'emblématique place Audin et l'esplanade de la Grande-Poste.
Les mots d'ordre traditionnels du mouvement étaient alors repris à gorge déployée par des milliers de personnes dont les rangs grossissaient sans cesse. Et près de vingt minutes après, le centre d'Alger était noir de monde, avec l'arrivée de la procession humaine venant sur la rue Hassiba-Ben-Bouali, à partir de Belcourt et les quartiers environnants, mais aussi de la foule qui arrivait de Bab-el-Oued. S'étalant sur plusieurs kilomètres, la procession a pris plus d'une heure pour s'estomper sous les applaudissements et les youyous de nombreux citoyens qui étaient suspendus à leurs balcons, émerveillés par le spectacle qui s'offrait devant eux.
Et parallèlement à ces manifestations et aux cris de ces milliers de manifestants, de nombreux citoyens formaient des petits groupes et lançaient des débats à la fois passionnés et passionnants autour de la perspective du mouvement.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.