L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé : fin de la trêve sociale ?
3 SYNDICATS DU SECTEUR APPELLENT À UNE GRÈVE LE 7 AVRIL
Publié dans Le Soir d'Algérie le 01 - 04 - 2021

Le conflit latent depuis plusieurs mois déjà dans le secteur de la santé a fini par déboucher sur une action de protestation. Le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) appellent à une journée de grève le 7 avril prochain. Ils appellent à la concrétisation des promesses faites pour l'amélioration des conditions de travail du personnel soignant. D'autres actions de protestation ne sont pas à exclure.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Une année après une trêve imposée par la crise sanitaire, les conflits sociaux dans le secteur de la santé refont surface.
Trois syndicats, à savoir le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (Snechu), le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) et le Syndicat algérien des paramédicaux (SAP) reprennent le chemin de la contestation. Ils ont conjointement décidé d'appeler à une journée de grève nationale le 7 avril prochain.
Une décision que les trois syndicats motivent par leur grande déception face à la non-concrétisation des promesses faites pour améliorer les conditions de travail de l'ensemble des corps constituant le personnel soignant. Ils font état d'un « constat amer » et d'« absence de perspectives ».
Dans un communiqué sanctionnant une rencontre entre les trois syndicats, ces derniers notent qu'« après une année de lutte continue contre la pandémie de Covid-19, le personnel de la santé, épuisé, tous corps confondus, est déçu de la non-concrétisation sur le terrain des différentes directives du président de la République concernant l'amélioration des conditions de travail, ainsi que la situation socioéconomique de ce corps. Aucune de ces mesures n'a vu le jour. Pire encore, l'octroi de la prime d'encouragement se voit gelé depuis le mois de septembre». Ils évoquent également une « inflation galopante a totalement érodé le pouvoir d'achat des soignants, entraînant la détérioration du niveau de vie ».
Pourtant, disent-ils, « les syndicats de la santé avaient tiré la sonnette d'alarme en juillet dernier quant à la gestion catastrophique de la crise sanitaire par la tutelle, sans inclure les véritables acteurs sur le terrain, mais aussi les conditions de travail désastreuses, le manque de moyens et le burn-out que vivent au quotidien les blouses blanches ». À cela s'ajoute « une entrave quotidienne dans plusieurs wilayas à l'activité syndicale par certains responsables ».
Les syndicats protestataires déplorent qu'« au moment où nous espérions que toutes les revendications de nos adhérents, pour lesquelles nous militons depuis des années, soient concrétisées, voilà qu'à notre plus grande déception, nous nous retrouvons au point zéro». Ils ajoutent que « la crise sanitaire est venue révéler la défaillance de notre système de santé, tant de fois décrié par les syndicats.
Malgré cela, le corps des soignants s'est impliqué sur le terrain pour répondre au besoin urgent de la pandémie de Covid-19 », et rappellent que « le président de la République annonçait, en avril dernier, que des mesures de restructuration totale du système national de santé seront prises, en même temps que l'amélioration des conditions de travail du personnel de la santé et l'octroi de la prime d'encouragement.
Il était aussi question d'apporter une réflexion sur les statuts des établissements par la mise en place de la Fonction publique hospitalière. Qu'en est-il aujourd'hui de ces mesures annoncées ? »
C'est pour ces raisons que le Snechu, le SNPSP et le SAP n'excluent pas de recourir à d'autres actions de protestation, si celle de mercredi prochain s'avère insuffisante pour se faire entendre.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.