Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Les forces d'occupation marocaines répriment violemment des militantes sahraouies    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Man City : Guardiola aurait pris une décision pour Mahrez et Gundogan    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Des enseignants universitaires véreux    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La flambée des prix persiste
MARCHE DE RAMADHAN
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 04 - 2021

Les fruits et légumes font de la résistance. Au huitième jour du mois de Ramadhan, leurs prix sont toujours maintenus à la hausse. Pourtant, le retour à la normale est habituellement observé à partir des premiers jours du mois de jeûne. Les dispositifs mis en place pour réguler le marché n'ont apparemment pas donné les résultats escomptés.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Les prévisions du ministre du Commerce, des organisations nationales des commerçants, et des associations de protection des consommateurs se sont avérées fausses. Contrairement aux années précédentes, le temps n'a finalement pas eu raison de la hausse des prix des fruits et légumes. Une semaine s'est déjà écoulée depuis le début du mois de Ramadhan et la flambée persiste. Pis encore, certains produits ont carrément augmenté de prix. Au grand dam des Algériens qui nourrissaient l'espoir de voir les prix « ramadanesques » revenir à la «normale».
Au marché des fruits et légumes de Aïn-Benian, à l'ouest d'Alger, la laitue est passée de 150 dinars le kilogramme à la veille du mois de Ramadhan à 180 dinars. La carotte est vendue à 120 dinars contre 80 dinars auparavant. Le poivron aussi a gagné 20 dinars durant les sept premiers jours du mois de jeûne. Aujourd'hui, il est proposé à 140 dinars, au même prix que l'artichaut. Le prix des petits pois a augmenté de 10 dinars pour atteindre 160 dinars le kilogramme, tandis que l'indispensable tomate a maintenu son prix de 150 dinars. Le piment affiche entre 150 et 200 dinars le kilo, et les haricots verts entre 300 et 350 dinars. Seule exception : la courgette qui a vu son prix baisser de 120 dinars à la veille du Ramadhan à 100 dinars le kilogramme. En affichant 70 dinars le kilo, l'oignon reste ainsi le seul légume cédé en dessous de 100 dinars.
Quant à la pomme de terre, elle a la grosse tête. Ayant maintenu le prix de 75 à 80 dinars pendant plusieurs semaines, elle a atteint au bout de la première semaine de Ramadhan, 100 dinars le kilo. Pourtant, la consommation de ce produit baisse durant le mois de jeûne puisque les fast-foods, pizzerias et autres activités de restauration rapide sont fermés.
L'opération de déstockage du tubercule entamée en mars dernier par l'Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (Onilev), pour réguler le marché national et stabiliser les prix n'a visiblement pas porté ses fruits.
Outre les 1 000 tonnes de pommes de terre déstockées le 10 avril dernier, le ministère de l'Agriculture assure que d'importantes quantités ont été injectées, dimanche dernier, sur le marché national, et ce, à travers plusieurs wilayas. Selon l'Onilev, 30 000 tonnes de pommes de terre ont été déstockées à ce jour.
Même si le choix est grand sur les étals des fruits, les prix, eux, restent exagérés. Cédée entre 150 et 180 dinars le kilogramme, l'orange est désormais le fruit le moins cher, mais sa qualité laisse à désirer. Normal puisque ce fruit d'hiver fait ses dernières apparitions sur les étals avant de tirer sa révérence. La banane est vendue à 270 dinars, et la fraise est proposée entre 250 et 350 dinars. Depuis leur arrivée sur le marché, le melon et la pastèque, deux fruits estivaux, restent onéreux. Le premier est proposé à 350 dinars le kilo, et le second à 150 dinars. Les dattes tant prisées pour la rupture du jeûne continuent à afficher un prix vacillant entre 200 et 650 dinars, selon la qualité de la marchandise.
Les viandes toujours inaccessibles
Comme à l'accoutumée, les viandes rouges sont excessivement chères. Sur les étals des boucheries, les côtelettes et le gigot affichent 1 450 dinars le kilogramme, et le foie est proposé entre 3 400 et 3 600 dinars. Des prix que les pouvoirs publics peinent à faire fléchir malgré les différentes décisions. La plus récente est l'importation de quantités de viandes rouges afin de renforcer le marché national durant le mois de Ramadhan. Huit jours depuis l'entame du mois de jeûne, la viande rouge maintient toujours ses prix exorbitants.
Même flambée du côté de la poissonnerie. Le rouget est vendu entre 2 200 et 2 400 dinars, l'espadon à 2 500 dinars, et la crevette royale ne descend pas à moins de 4 300 dinars. La sardine, elle, est absente sur les étals.
Quant au poulet, son prix s'est envolé ces derniers jours. Après une légère baisse enregistrée à la veille du mois de Ramadhan où son prix avait baissé de 390 dinars le kilo à 320 dinars, il est dernièrement reparti à la hausse. Aujourd'hui, le poulet éviscéré affiche 370 dinars le kilo.
L'Onilev annonce, à cet effet, le lancement imminent d'une opération de déstockage des viandes blanches. Ces quantités seront commercialisées dans les points de vente relevant de l'Office national des aliments du bétail (Onab), au prix de 280 dinars le kilogramme.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.