L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    Raouraoua garde son poste    "La future APN aggravera la crise"    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix se consolident
Marché pétrolier
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 05 - 2021

Suscitées par la dramatique situation engendrée par la pandémie chez le troisième plus grand importateur mondial de pétrole (l'Inde), les craintes du marché n'ont pas empêché les prix de se maintenir et même de poursuivre leur remontée vers des niveaux que beaucoup voient d'ores et déjà d'un bon œil.
Le retour annoncé de la demande de pétrole dans des proportions d'avant l'apparition du coronavirus est en train de se matérialiser par des niveaux de prix qui entretiennent de plus en plus l'idée d'un retour à la normale pour les pays producteurs et tous les intervenants sur le marché mondial de l'or noir. Ceci même s'il faudrait souligner que ce ne sont pas tous les pays producteurs qui verront poindre d'ici la fin de cette année les moments d'euphorie qu'induisent les prix forts du pétrole, des pays à l'instar de l'Algérie demeurent en effet encore loin du compte, les déficits structurels de l'économie étant trop importants pour qu'y remédie l'évolution à la hausse du prix du baril même s'il devait atteindre le «supercycle» promis par l'expert Christyan Malek, responsable du pétrole et du gaz de la banque JP Morgan. Ce dernier assurait, il y a quelques semaines, «nous pourrions voir le pétrole dépasser, voire plus, 100 dollars le baril» alors que Jeffrey Currie, l'autre pointure parmi les analystes officiant chez Goldman Sachs, jurait par tous les saints que le pétrole se négociera dans la fourchette de 80 dollars ou même plus cette année.
Les pronostics sur un retour de la demande dans des proportions «respectables» sont en effet légion et beaucoup de ces perspectives tendent à affirmer que le niveau des prix qui pourrait être atteint en cette année 2021 a de quoi redonner des motifs de voir tout rentrer dans l'ordre, l'ordre d'avant la pandémie. Ainsi, à court terme, à l'exemple de Goldman, c'est plutôt le grand optimisme qui revient pour le pétrole. La banque américaine a déclaré, le mois dernier, qu'elle s'attendait à un fort rebond de la demande de pétrole au cours de l'été, notant que cela obligerait l'Opep à relâcher davantage ses contrôles de production et à ramener 2 millions de barils/jour supplémentaires au troisième trimestre, explique l'incontournable banque du système financier américain et international. La «régénération» de la demande que favorise le retour de la consommation par les machines économiques américaine et chinoise et la sortie progressive des confinements instaurés dans les économies d'Europe.
En tous les cas, la demande mondiale de pétrole devrait rebondir d'ici la fin de l'année prochaine, la consommation devant augmenter par rapport aux niveaux actuels de 8 millions de barils par jour (bpj) d'ici la fin de 2022, selon le plus grand négociant pétrolier indépendant au monde, Groupe Vitol. La réouverture des économies et la demande asiatique devraient soutenir un fort rebond de la demande d'ici la fin de cette année et jusqu'en 2022, a déclaré Hardy. L'excédent de pétrole record de 1 milliard de barils amassé l'année dernière est déjà à plus de moitié épuisé, a déclaré le directeur du trader indépendant. Au rythme actuel des prélèvements de 2 millions de bpj, les stocks excédentaires de pétrole restants seront épuisés d'ici la fin du troisième trimestre de cette année, même avec l'augmentation prévue de la production de l'Opep + de 2 millions de bpj jusqu'en juillet, a déclaré Hardy qui voit l'Opep « continuer à être le gestionnaire du marché qui sera marqué par une demande en hausse». Quelques semaines donc et les douloureux souvenirs des longs mois d'incertitude seront balayés, et aux pays producteurs les plus «ingénieux» de se montrer plus habiles les uns que les autres pour s'accaparer des parts d'un marché en voie donc de renouer avec ses sacro-saintes règles fondamentales.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.