Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    Hongrie-France : Les compositions d'équipes    BAC : Plus de 731.000 candidats attendus dimanche aux preuves du Baccalauréat    Tahar Khaoua et Arezki Berraki sous mandat de dépôt    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Le droit à l'indépendance du Sahara Occidental    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    De l'électricité algérienne pour la Libye    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Cinq étudiants primés    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    JSK-Coton Sport en présence du public ?    Raouraoua garde son poste    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    "La future APN aggravera la crise"    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Logements promotionnels publics: Ouverture de l'opération de souscription dans 39 wilayas    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Bengrina souffle le chaud et le froid    Le dialogue comme seule alternative    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    La cybercriminalité dans le viseur de l'Algérie    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances
Réunion du président de la FAF-représentants de la Ligue 1
Publié dans Le Soir d'Algérie le 08 - 05 - 2021

La réunion entre le président de la FAF, Charafeddine Amara et les représentants des clubs de la Ligue 1, tenue jeudi soir au Sheraton Hôtel de Club-des-Pins (Alger) a été l'occasion de déblayer le terrain à une nouvelle feuille de route appelée à trouver des solutions aux problèmes de financement des associations de football.
La crise financière qui asphyxie tous les clubs dits professionnels depuis pas mal d'années verra-t-elle son épilogue durant le mandat de Charafeddine Amara ? Capitaine d'un holding public de la taille de Madar, le nouveau patron de la FAF a certainement un «agenda» et un «projet» pour sauver les clubs dits professionnels de la faillite avérée et déclarée mais jamais sanctionnée par une liquidation des entités du football. Et pour commencer, deux semaines après son intronisation, M. Amara a convié les représentants des clubs de la ligue à un f'tour ramadhanesque pour discuter de quoi il ressort et qu'attendent réellement ses SSPA de la fédération. Le tour de table fait, un premier consensus a été trouvé. Celui d'aller frapper à la bonne porte en confiant la mission à un membre du BF, le Dr. Benhamza, et un dirigeant d'une société sportive, Abdelhakim Serrar patron de la SSPA Black Eagles appartenant à l'ES Sétif. Paradoxalement, c'est le club qui a le plus dénoncé ces dernières semaines les disparités existantes dans l'injection de l'argent public dans les caisses des clubs sportifs. Fort du titre de champion de l'aller, mérité à plus d'un titre, le club de Aïn Fouara a menacé de geler ses activités si une solution radicale et permanente ne viendrait pas sauver ce qui peut l'être encore. Maintenant que Benhamza et Serrar sont mandatés de porter le «SOS» des clubs auprès des institutions de l'Etat, faut-il s'attendre à une «rémission» rapide des ressources financières de ces SSPA ? Pas la moindre note d'optimisme ne semble, pour le moment, s'offrir tellement l'économie nationale n'est pas prête à mettre un peu plus d'argent sur des sociétés qui sentent le goût de la faillite. Au mieux, la «manne» sera plus équitablement distribuée et cela semble satisfaire une grande majorité des dirigeants qui avaient assisté à la rencontre de jeudi placée sous le signe du dialogue et de la solidarité.
Les dettes des clubs reportées à la prochaine période d'enregistrement
En attendant, le président de la FAF a fait un premier geste. Celui de reporter les dettes contractées par certains clubs des deux ligues à plus tard. Des équipes qui avaient renforcé leur rang lors de la dernière période d'enregistrement n'ont pu qualifier leurs recrues en raison de cet endettement porté sur les registres de la CNRL/FAF suite à des conflits clubs-joueurs ou entraîneurs. Il s'agit entre autres du NCM, l'ESS, la JSK et l'USMH qui ont été autorisés à incorporer leurs nouvelles recrues à partir de ce week-end. Mais une dette n'est jamais effacée et la FAF compte remettre la «chape de plomb» dès le prochain mercato. Mieux, la FAF a puisé dans sa trésorerie pour renflouer les caisses d'une bonne partie des clubs de la Ligue 1. Il s'agit d'un emprunt de deux milliards pour quinze des 20 pensionnaires de la L1. Les clubs financés par des entreprises publiques (MCA, JSS, CRB, USMA et CSC) ne sont pas concernés par la «générosité» du nouveau patron de la FAF qui a donné un brin d'espoir aux représentants de clubs en annonçant que la télévision publique a promis de verser une partie de l'argent des droits TV contractés avec l'ancien BF/FAF. Mais cela restera une «goutte» dans la mare dans laquelle les clubs dits professionnels se sont empêtrés.
Amara explique le gel de la liste des arbitres fédéraux
Le président de la FAF a ensuite abordé des questions «divers», dont celles liées à l'arbitrage ainsi que le devenir de l'actuel exercice footballistique au lendemain de la décision de la CAF d'exiger le nom des lauréats des différents challenges africains le 30 juin au plus tard. Sur le premier point, M. Amara a donné une réponse en estimant que le gel avait été prononcé en raison de «quelques irrégularités». Le président de la FAF ne donnera pas d'autres précisions sur la nature des irrégularités faisant seulement savoir qu'il veillera à ce que tous les arbitres aient une chance de passer ledit grade. Jeudi matin, le site de la FAF avait publié un communiqué qui annonçait le gel de la liste publiée mardi sur le site de la fédération. «Constatant quelques irrégularités dans l'établissement de la liste des arbitres admis au grade fédéral, le Président de la FAF, après consultation des membres de la Commission fédérale de l'arbitrage (CFA), a décidé de geler cette liste», a indiqué l'instance fédérale sur son site officiel.
La FAF a souligné qu'«une nouvelle liste des arbitres admis au grade fédéral sera soumise à l'examen des membres du bureau fédéral lors de la réunion statutaire du mois de mai 2021». Evoquant les dernières réactions, notamment celle de l'ancien arbitre international Djamel Haimoudi qui a fait connaître sa colère de ne pas avoir bénéficié du poste de président de la CFA qui lui était promis, M. Amara a répliqué que «M. Haimoudi, comme toutes les compétences dans l'arbitrage, n'a pas été marginalisé. Seulement, nous avions deux postes à pourvoir. M. Bichari qui n'est pas non plus à présenter sera le président de la Commission dès que les nouveaux statuts de la FAF seront mis en conformité avec ceux de la Fifa et celui de directeur national d'arbitrage. Nous avons fait ce choix à partir de profils précis», a-t-il confié. Pour ce qui est du second point, relatif à l'avenir du Championnat de ligue à la lumière de la décision de la CAF, aucune information n'a fuité. Les deux parties ont convenu de «réfléchir» avant de proposer des solutions à l'occasion d'une prochaine rencontre. Il est à rappeler que la CAF a fixé la date du 30 juin comme dernier délai pour l'envoi des noms des représentants des pays à ces deux épreuves continentales. Mieux, l'instance africaine par le truchement de son comité d'organisation des compétitions interclubs, réuni lundi passé, a fixé la période d'enregistrement estivale entre le 10 et le 31 juillet. Celle-ci est répartie en trois phases : du 1er au 10 juillet sans pénalité, du 11 au 20 juillet avec pénalité d'enregistrement de 250 dollars pour chaque joueur nouvellement inscrit et du 21 au 31 juillet avec pénalité de 500 dollars par nom sans possibilité de remplacer un joueur déjà inscrit.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.