Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Charité et précarité : du «f'tour» sacralisé au «pain nu» de la famine !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 05 - 2021

Rompus à l'abstinence forcée ou, au mieux, à la frugalité pour survivre tout au long des jours ordinaires, les gens de grande misère constituent certainement la seule catégorie sociale capable d'entretenir régulièrement un rapport serein avec les ramadanesques privations édictées par la religion. C'est pourquoi l'on sait, également, que c'est toujours auprès d'eux que l'on mesure le mieux la vanité de la cyclique transition festive. Celle qui, au nom de la prescription divine accomplie, autorise, en quelque sorte, le croyant à se passer du devoir rigoureux de la solidarité tarifée par la foi. Ce sont donc eux seuls qui savent à quoi s'en tenir à l'annonce de l'Aïd et avec lui le retour aux huis clos imposés aux provisoires «restaurants de la foi», de même que l'on mettra fin à la distribution des couffins rationalisés par les ingrédients de première nécessité.
C'est dire qu'au-delà de la séquence inscrite dans le calendrier hégirien, la haute solitude de la pauvreté reprendra ses quartiers avec sa cohorte de SDF et de familles condamnées au dénuement et ne survivant qu'avec quelques poignées de dinars. Oubliées par conséquent les opérations tapageuses dont s'étaient prévalu les maîtres d'œuvre de la charité religieuse, tant il est vrai que les motifs qui les ont, une fois par an, mobilisés, étaient indexés à des références ne concernant que la bénédiction complémentaire du jeûne et nulle part le «complément alimentaire» dont a besoin en permanence une population entière !
En d'autres termes, il était clairement nécessaire de séparer les épisodiques actions caritatives de la foi de l'impérative solidarité qu'il faut exercer en permanence. Une confusion des genres d'intervention à propos desquels il faut redire, à la suite de certaines critiques pertinentes, qu'un gouvernement ne peut tirer fierté des contributions frappées exclusivement du sceau de l'aide religieuse et cela dans le souci de ne pas être pris de court par l'activisme des réseaux islamistes.
Se cantonnant dans ce double mensonge, au passage des ramadhans, les régimes successifs préférèrent reconduire le même procédé, celui de faire accroire qu'ils font tout ce qu'ils peuvent pour atténuer les insoutenables discriminations sociales alors que celles-ci ne firent que s'aggraver comme l'ont, régulièrement, illustré les statistiques successives de tous les ramadhans. Surexposant les dizaines de milliers de couffins de la charité, ils prétendent, contre tout bon sens, avoir contribué à la réduction des besoins. Pire encore, les «après-ramadhans» annonciateurs des jours ordinaires constitueront probablement d'autres démentis aux prétendues politiques sociales affichées auparavant. De plus, le remue-ménage dans ce secteur, pourtant dévolu exceptionnellement au déploiement caritatif des réseaux religieux, ne lui inflige-t-il pas d'autres discrédits ? Entre autres, celui qui le confond avec ironie de faire de l'aumône du f'tour un trophée «politico-économique» !
Il est vrai que, parmi ces caricatures d'Etat, il existe ceux qui ont feint de se prévaloir d'une certaine morale de la foi en actualisant les recettes basées sur les collectes. Le Ramadhan leur fournissant l'opportunité qu'il faut, comment n'en profiteront-ils pas de ce vieux fonds cultuel où la tartufferie du «prieur» et le cynisme du «politique» s'associent pour soigner certaines images depuis longtemps ternies. Et c'est à ce niveau de piètre manipulation que se sont situés aussi bien les officines de l'islamisme toléré que les fragiles animateurs au service des structures de la bureaucratie d'Etat, appelée à soigner les antécédents des régimes politiques.
C'est pour cette raison que, cycliquement, certaines couches du tissu social ressentent le besoin d'accéder à d'autres politiques sociales qui aillent au-delà d'une bienveillance de la charité, laquelle n'est pas, de surcroît, permanente. Ce ne sont justement que les petites gens qui se posent prioritairement cette question. Elles qui se sont demandé tout le temps ce qu'est la gouvernance qui pratique avec ruse et délectation le recours à la carotte (ce fameux repas) alors que leur progéniture est en butte au chômage et sombre dans la marginalité. Paradoxalement, ce sont les mêmes interrogations qui persistent à mettre en doute les cautères de la solidarité officielle alors que les listes des blessés par les marginalisations sociales continuent à s'allonger. Face aux désespérants silences assimilés à une sorte d'indifférence méprisable, il n'est pas dit que la légion des mendiants puisse se satisfaire encore de son statut d'assistée.
En définitive, ces cabossés, au ressentiment daté, ne se font plus guère d'illusion au sujet des lendemains sans le f'tour charitablement offert. Même s'ils doivent subir, pour longtemps encore, la dure condition du pain sec, ils savent d'expérience que leur dépendance n'est jamais soluble dans les offrandes saisonnières des tartuffes du Ramadhan et moins encore dans la fausse sollicitude d'une puissance publique se reniant au lendemain de chaque nouvelle lune. En clair, la fin de la période sacrée du Ramadhan.
B. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.