Conseil de Sécurité : le Représentant Permanent de l'Algérie participe au débat ouvert sur la sécurité alimentaire et les conflits    La 17e édition de "Andaloussiates El Djazaïr" s'ouvre à Alger    Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Conseil des ministres : le projet de la nouvelle loi relative à l'investissement adopté    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Le Conseil de la nation participe à la 33e Conférence extraordinaire de l'UIPA    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison ferme requis contre l'ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Algérie-République tchèque: Signature d'un procès-verbal de coopération dans le domaine minier    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    Ligue Europa: l'Eintracht Francfort l'emporte aux tirs au but face aux Glasgow Rangers    Le Barça s'intéresse à Koulibaly    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    Football - Ligue 1: Les poursuivants à l'affût    Tiaret : le mouvement sportif en deuil: Hadj Moumene Ahmed n'est plus    Tlemcen: Le salon de l'étudiant de retour    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    Les bases de la transition énergétique    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    L'archéologie islamique en question    Brèves Omnisports    La double confrontation face à la Palestine fixée    La Sonelgaz se met de la partie    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    Les entreprises privées du Btph suffoquent    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ethnocide en Palestine et lâcheté des grandes puissances
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 05 - 2021

Deux semaines de suite, un déluge de bombes s'est déjà déversé sur l'enclave de Ghaza sans que l'horrible bilan qui s'ensuivit ait pu émouvoir la prétendue « bonne conscience » d'un Occident toujours prompt à condamner le moindre recours aux ripostes d'autodéfense des populations palestiniennes. Bénéficiant d'une singulière immunité contre les «reproches», Israël ne s'est jamais préoccupé quant aux choix des contextes pour actionner sa machine à «punitions». Cycliquement d'ailleurs, son remake guerrier (2008, 2010, 2014) avait toujours profité de la mansuétude d'une communauté internationale qui, depuis longtemps, avait fait le choix discriminatoire de sanctuariser cet « Etat pas comme les autres » (sic) afin de se racheter de ses lâchetés historiques, voire de ses fondements cultuels racistes à l'encontre des hébreux.
Or, le syndrome de la culpabilisation qui irrigue, depuis 76 années, les agissements politiques des puissances de ce monde n'a-t-il pas fini par faire de l'entité sioniste un Etat voyou ? Celui qui, effectivement, cultive dans une impunité totale le bellicisme sectaire comme une justification face aux ima
ginaires périls qui l'encerclent. À ce propos, c'est avec une aisance parfaitement calibrée qu'il motive sa victimisation avant de déclencher ses opérations meurtrières. En peu de mots, Israël rejoue à l'infini le mythe du complexe de Massada. Celui de sa bunkérisation dans un environnement hostile peuplé, cette fois, d'Arabes et de musulmans contrairement à la vérité historique.
Peu regardants dans leurs grossiers mensonges, les puissants médias de l'Occident sont régulièrement disposés à faire le reste pour le compte du sionisme. Celui qui consiste à plaider non seulement la cause du moment, mais, de surcroît, à décrire la «marée montante de l'islam» comme la source des déluges emportant la civilisation judéo-chrétienne ! C'est pourquoi, face à une sorte de conjuration politico-civilisationnelle n'avouant pas «sa raison d'agir», le problème palestinien a cessé d'être perçu comme le nœud gordien d'un simple peuple chassé de sa terre pour n'être interprété que sous l'angle d'un djihadisme islamique intolérant que la propagande de Tel-Aviv et des journaux d'Europe a vite fait de le traiter de nazisme oriental ! La symétrie a été vite faite à travers le Hamas de Ghaza, ce dont l'Etat hébreu allait se prévaloir en toutes circonstances dans ses déclarations. Grâce donc à ses lobbies puissamment actifs aux Etats-Unis et en France notamment, Israël ne sera pas de sitôt mis au ban des nations. C'est par conséquent la nature même de cette « discrimination positive » qui fut à l'origine de son insupportable impunité. Un viatique consensuellement accordé dès les premières années de sa création et l'autorisant, jusqu'à ce jour, d'agir selon les objectifs de son expansionnisme sans jamais en référer au droit international.
Longtemps soumis aux insidieux dénis unilatéraux du Conseil de sécurité de l'ONU, les voisins arabes d'Israël se révélèrent pusillanimes au lendemain de l'humiliante déroute de 1967. Sollicitant en vain les médiations des puissances siégeant au Conseil de sécurité, cette somme des échecs politiques devint pesante, pour l'Egypte surtout, laquelle allait progressivement revoir à la baisse son statut de leader. Un leader régulièrement débouté à cause de l'influence de lobbies, aux ordres de la communauté hébraïque, lesquels empêchèrent toute probabilité de paix en torpillant les deux rendez-vous majeurs et firent deux victimes emblématiques : Sadate puis Arafat.
Au sujet de ces deux précurseurs, pourtant tour à tour critiqués et parfois même qualifiés d'aventuriers et de capitulards, la tentation est de nos jours justifiée de mettre en parallèle le geste inouï de l'Egyptien se rendant en Israël en novembre 1977 et l'électrochoc psychologique provoqué par Arafat à Oslo, annonçant la reconnaissance officielle de l'existence d'Israël.
Dans cet Orient où le «casus belli» est traditionnellement traduit en formules émotives, deux consciences s'opposaient : celle du «malheur» cultivé par le sionisme auquel faisait écho «l'humiliation» intériorisée par les Arabes. Ce furent pourtant les deux Arabes qui, les premiers, firent une place à la lucidité et au réalisme alors que les hébreux d'Israël et de la diaspora mirent en doute cette « bonne volonté bédouine» (sic). Malgré de si lointaines et si limpides reconnaissances, les va-t-en-guerre israéliens préfèrent toujours demeurer au-dessus du droit international. Car, de par la complexité de sa création, Israël ne semble pouvoir survivre que par le conflit et ne peut se moraliser que par la contrainte... de la paix ! Autrement dit, exiger de l'Etat sioniste qu'il normalise ses relations régionales par la reconnaissance réciproque ne consiste pas à l'empêcher d'exister mais à lui ordonner de ne pas en rajouter au drame d'un peuple, lequel est alimenté par le ressentiment qu'il est orphelin de justice.
Israël n'est hélas que cela. C'est-à-dire le fourrier paradoxal indirect du djihadisme se développant dans ces territoires qui furent le « croissant fertile ». De même qu'il a contribué par sa violence sans limites au déploiement de ce Hamas dont il a fait lui-même sa cible. Car, enfin, en quoi se différencient-ils, tous ces dirigeants de Tel-Aviv, de la praxis du terrorisme islamique ? Israël n'est-il pas également une théocratie fondée sur l'épuration ethnique comme il vient de l'illustrer par l'holocauste qui eut lieu au village de Lod situé à la périphérie de la capitale ? Une exécution sacrificielle de l'autre, ce «dissemblable» voisin arabe qui ne leur était pourtant pas étranger.
Il est vrai qu'être de nationalité israélienne, ça ne compte que pour du beurre lorsqu'on a pour origines les gènes d'Arabe !
B. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.