LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les acteurs politiques en attente des tractations
PROCHAIN GOUVERNEMENT
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 06 - 2021

Alors qu'ils sont en attente des verdicts du Conseil constitutionnel au sujet de leurs nombreux recours, près de 400, les partis et autres porteurs de listes indépendantes aux élections législatives anticipées du 12 juin passé, ont un œil braqué sur le prochain exécutif.
M. Kebci-Alger (Le Soir)- Ils ne le disent pas ouvertement mais il est facilement perceptible dans leurs «demi-mots» et leurs «hésitations», puisque le prochain exécutif est dans l'esprit de tous les partis ayant arraché des sièges à l'Assemblée populaire nationale, voire même des nouveaux députés indépendants qui veulent peser sur l'échiquier politique. Et pas que les gros bras comme le FLN, le RND, front el Moustakbal, MSP et el Binaa qui se sont accaparés du gros des sièges en jeu puisque même les micro-partis, une huitaine, n'ayant pu avoir que de maigres moissons, trois sièges, deux sièges et un siège respectivement.
Certes, ils soutiennent être en attente du verdict du Conseil constitutionnel concernant les nombreux recours, plus de 400, qu'ils ont déposés, des sentences qui risquent de chambouler quelque peu les résultats préliminaires annoncés mardi dernier par le président de l'Autorité nationale indépendante des élections, mais ils ne perdent pas de vue la perspective de la formation du nouvel exécutif.
Hier dimanche, un cadre dirigeant d'un parti parmi les grands vainqueurs de ce scrutin, avouait à demi-mot que le parti devait réunir son bureau national, au plus tard, aujourd'hui lundi pour discuter, entre autres, de contacts à entreprendre avec les autres partis vainqueurs en vue du sujet du futur exécutif. Et à notre interlocuteur de se faire plus précis, affirmant qu'il s'agira de «discuter autour d'un gouvernement que coordonnera un Premier ministre».
Une option «qu'imposent, selon lui, les résultats, quoique préliminaires, des dernières législatives anticipées» avec la victoire du duo RND-FLN et la percée des indépendants dont nombreux ont d'ores et déjà signifié leur ralliement derrière le chef de l'Etat. Autrement dit, lâche encore notre interlocuteur, «il n'y a d'autre option pour le parti que de s'arrimer à la future alliance présidentielle dont les contours se dessinent d'ores et déjà».
Une logique «entriste» qu'avoue un autre cadre dirigeant d'un parti, islamiste, celui-ci. «Nous nous focalisons sur le sort qui sera réservé à notre dizaine de recours déposés auprès du Conseil constitutionnel», tente-t-il de changer de sujet de notre conversation, avant de céder, sous notre insistance. «Nous avons le souci de faire barrage aux opportunistes qui s'expriment déjà», explique-t-il. Pour sa part, le coordinateur de l'association nationale el Hisn el matine ne compte pas rester en marge de ces tractations en vue de la constitution du tout prochain gouvernement. Revendiquant d'ores et déjà près de 27 sièges de député, Yacine Merzoug ne cache pas son ambition de peser lourdement sur l'échiquier politique national. Comment ? En «subtilisant» la première place au FLN, lui qui réitère son ambition de «dépasser» le vieux front du pouvoir en termes de représentation parlementaire, faisant part de demande de ralliement à son projet de plusieurs députés indépendants mais également de ceux élus sur des listes de partis.
Deux d'entre ces derniers, le Front de la bonne gouvernance et le Parti de la voix du peuple se sont d'ores et déjà mis dans le bain, peut-être par crainte de voir leurs six députés leur faire fausse route. Surtout que la perspective de voir cette organisation se muer en parti présidentiel est distillée ici et là. Ce que Merzoug écarte, du moins «présentement», sans, toutefois, exclure totalement l'option dans un proche avenir. Et dans sa lancée, le coordinateur d'El Hisn el matine «presse» le chef de l'Etat à nommer un Premier ministre, lui signifiant sa disponibilité à être «derrière».
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.