Ancelotti : "le Barça-Real Madrid a toujours existé et existera toujours"    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'article 184 du code électoral largement contesté    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    Le jeu malsain de Riyad    Sarkozy au TPI, ça tarde    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Défis et espoir    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    Washington lâche Rabat    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cuba dans la tempête ? Qu'en est-il ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 07 - 2021

Qui aurait imaginé que Cuba serait à son tour touchée par des manifestations anti-régime ? Même si elles n'ont pas eu l'ampleur escomptée par les anti-castristes et leurs soutiens américains, ces manifestations n'en constituent pas moins un sérieux avertissement, tant et si bien que le Président cubain Miguel Diaz-Canel, qui a accusé « la mafia cubano-américaine » d'en être à l'origine, a appelé les Cubains à sortir pour « les affronter de manière décidée, ferme et courageuse ». Si prompte à dénoncer le régime cubain, la Maison Blanche n'en a pas moins indiqué qu'elle ne laisserait pas entrer les Cubains qui tenteront de fuir par la mer leur pays en crise !
Ces manifestations inédites surviennent dans un contexte de conjonction de plusieurs facteurs. Au blocus imposé par Washington depuis 1962 interdisant aux entreprises US toute transaction commerciale et tout investissement avec Cuba, s'est ajoutée la loi Helms-Burton promulguée en 1996 qui sanctionne toute entreprise, quelle que soit sa nationalité, qui investirait dans le pays de feu Fidel Castro. Ce qui a conduit de nombreuses entreprises et banques européennes à renoncer à investir dans ce pays disposant d'un système de santé, éducatif et universitaire ainsi que de compétences parmi les meilleurs au monde.
Bien qu'en dépit de la disparition de l'URSS en 1990, Cuba ne soit plus considérée comme une menace par Washington, le blocus de l'île, quelque peu atténué sous la présidence d'Obama, s'est cependant poursuivi, avant d'être de nouveau aggravé sous la présidence de Donald Trump : ce dernier a promulgué 243 sanctions supplémentaires comme par exemple la suspension du service Western Union, très utilisé par les Cubains pour recevoir de l'argent en provenance de la diaspora cubaine vivant aux Etats-Unis, privant des milliers de familles cubaines d'un réel appoint.
En effet, «avant toute autre chose, ce pays est victime depuis 62 ans de sanctions économiques absolument effarantes », souligne Janette Habel, maître de conférences à l'Institut des hautes études d'Amérique latine (IHEAL) de Paris, interrogée par la chaîne publique Franceinfo-tv. Ce sont ces sanctions, conjuguées aux effets d'une crise sanitaire qui a par ailleurs provoqué l'arrêt du tourisme, source importante de devises, et ralenti la mise en œuvre des réformes économiques, qui ont aggravé la situation. De fait, l'économie a chuté de 11% en 2020, avec pour conséquences un rationnement de la distribution électrique, des pénuries de médicaments et de produits alimentaires... détérioré le quotidien déjà difficile des Cubains et accru d'autant le mécontentement social.
Terminons ce tableau sur Cuba par cet article du journal Le Monde daté du 26 novembre 2018 titré : « Ces 638 fois où la CIA a voulu se débarrasser de Fidel Castro (...) Stylo et cigares empoisonnés, LSD, poison pour faire tomber sa barbe... La CIA a tout essayé pour tuer ou faire disparaître le dirigeant cubain .» Certes, écrit Le Monde, « la plupart n'ont pas été mis à exécution, mais les moyens auxquels ses auteurs avaient pensé sont dignes des meilleurs romans d'espionnage : des plus classiques, comme des fusils très puissants, aux plus élaborés comme des pilules empoisonnées, le fameux stylo ou des armes bactériologiques ». Parmi ces projets d'assassinat projetés par la CIA, outre une attaque aérienne sur le palais présidentiel ou le recours à la maffia, il a aussi été envisagé d'empoisonner la tenue de plongée de Castro, fervent amateur de pêche sous-marine, d'imprégner sa boîte de cigares d'un produit chimique mortel... Moralité : Fidel Castro, le dirigeant le plus ciblé au monde, est mort naturellement le 25 novembre 2016, dix ans après avoir quitté le pouvoir.
Quant aux Etats-Unis, ils ont bel et bien recouru au terrorisme d'Etat, qu'ils se plaisent à dénoncer quand il s'agit de l'Iran, ou de Vladimir Poutine qualifié de « tueur » par le Président Joe Biden à propos de la tentative d'empoisonnement de l'opposant russe Alexeï Navalny.
Les manifestations de colère de dimanche dernier à Cuba sont à prendre au sérieux. Si les complots fomentés contre le régime socialiste sur fond de durcissement du blocus américain ne font l'objet d'aucun doute, ces manifestations posent la question des libertés sur laquelle il est impensable de faire l'impasse, d'autant qu'il s'agit d'une question qu'instrumentalisent Washington et ses alliés, à des fins autres que la recherche du bonheur et du bien-être social du peuple cubain.
H. Z.
N. B. : à Lyazid Khodja que je n'ai plus revu depuis mars 2020 et à qui est dédiée cette chronique. Mes condoléances attristées à sa famille et ses proches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.