Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane
Littérature
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 07 - 2021

L'écrivain belge Henri Vernes, décédé dimanche à l'âge de 102 ans, était le père de Bob Morane, le héros aux nerfs d'acier et au regard magnétique d'une série de plus de 200 romans qui fut un grand succès. Doté d'une imagination fertile, Henri Vernes a gardé, sa vie durant, la passion de l'écriture et des plaisirs de la vie, avec une malice et une énergie faisant oublier son grand âge. «J'aimerais encore écrire une centaine de livres, courtiser quelques dames et pour le reste je laisse tout au sort», avait-il déclaré à la chaîne de radio-télévision francophone RTBF à l'occasion de ses 100 ans.

L'Aventurier
À partir des années 1960, les romans sont adaptés en BD par l'auteur lui-même avec des dessins du Belge Gérald Forton, et Bob Morane a les honneurs du groupe de rock français Indochine, en 1982, dans le tube L'Aventurier.
Créé à l'origine pour les jeunes lecteurs des éditions Marabout, le personnage de Bob Morane a séduit rapidement un public beaucoup plus vaste et largement inspiré les futurs géniteurs de nombreux héros d'aventures, souvent pour le cinéma, comme Indiana Jones. Près de 40 millions d'exemplaires de livres de Bob Morane ont été vendus. Charles-Henri Dewisme, son vrai nom, est né à Ath, en Wallonie (sud), le 16 octobre 1918. Dès ses 18 ans, il préfère voyager, notamment en Chine, plutôt qu'étudier chez les jésuites à Tournai.
De retour en Europe, il travaille pour les services secrets belges et anglais pendant la guerre, est journaliste à Paris, correspondant d'un quotidien lillois et d'une agence de presse américaine.
«J'ai fréquenté Saint-Germain-des-Près et fait danser Juliette Gréco, ça n'est pas allé plus loin», plaisantait-il. Après quelques textes qui ne trouvent pas d'éditeur, il signe en 1953 son premier Bob Morane (La Vallée infernale, où le héros lutte en Nouvelle-Guinée contre de redoutables trafiquants d'émeraude). Le succès est immédiat, l'aventure Morane commence... Certaines années, un livre sort tous les deux mois. Les couvertures sont soignées. Parfois, ils entraînent le lecteur dans des mondes parallèles, dans la science-fiction.
Après la faillite de Marabout, en 1978, la série se poursuit ailleurs mais les ventes baissent. Pourtant, l'auteur persévère. En 2009, selon le site «bobmorane.fr», paraissait le dernier, numéro 222, Alerte aux V1.

Les honneurs de la BD
Yeux gris et cheveux en brosse, 1m85, Bob Morane avait invariablement 33 ans. Il était français, ex-commandant d'escadrille, héros de la bataille d'Angleterre, ne manquait pas de sang-froid. C'était un spécialiste d'arts martiaux, un justicier sans peur contre les pirates, les monstres de l'espace, la troublante Miss Ylang-Ylang ou son ennemi juré, l'Ombre jaune.
Il n'y avait pas de sexe — thème tabou, en littérature jeunesse — dans ces livres assez bien écrits, où il n'était pas rare de tomber, de ci, de là, sur un imparfait du subjonctif.
Largement traduites (dont en russe et en japonais), les aventures de Morane et de son copain, un rouquin costaud amateur de whisky, le bien nommé Bill Ballantine, ne connaîtront jamais les honneurs du grand écran, contrairement à James Bond, autre héros de l'après-guerre.
En revanche, la bande dessinée, en son royaume belge, s'est emparée très tôt d'un héros né sur ses terres : dès 1959, Bob Morane est adapté avec L'oiseau de feu, dessiné par Dino Attanasio. Une déclinaison qui sera suivie de 72 autres sous le crayon de Gérald Forton, William Vance — le dessinateur de XIII — et Coria.
Henri Vernes a également créé dans les années 1980 une série coquine, Don, où les aventures du héros se terminent toujours au lit. Ce grand lecteur de romans noirs américains écrivit enfin nombre de fictions sous différents pseudos (Gaston Bogard, Jacques Colombo, Lew Shannon, etc.). En 2012, il a signé ses Mémoires.
Ce marathonien de la plume vivait dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles, entouré de masques, statuettes ou tableaux ramenés de ses voyages. «Cela peut paraître étrange mais je n'ai jamais rêvé de Bob Morane. J'écrivais, je livrais mes textes et les oubliais aussitôt. Mais, grâce à lui, j'ai eu les moyens de bien vivre», disait-il en 2012.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.