Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Le projet de loi en débat au gouvernement    "Je demande pardon au peuple algérien"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lilia Hassaïne en lice
Goncourt 2021
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 09 - 2021

L'écrivaine franco-algérienne Lilia Hassaïne fait partie des seize auteurs sélectionnés pour le Prix Goncourt 2021. Soleil amer, son roman sorti cette année chez Gallimard, risque de décrocher la distinction littéraire française la plus prestigieuse.
Le jury du Prix Goncourt a révélé, hier, la liste préliminaire des romans sélectionnés pour cette édition 2021. On y trouve certains habitués des prix littéraires mais aussi des outsiders qui font leur entrée dans le grand jeu.
La très controversée Christine Angot figure dans cette première liste avec son dernier roman Voyage dans l'Est où elle revient sur l'inceste dont elle était victime durant des années.
On croise également David Diop, Français d'origine sénégalaise, déjà lauréat du Goncourt des lycées en 2018, et dont le dernier roman La porte du voyage sans retour dont le titre évoque un endroit spécifique dans l'île de Gorée d'où partaient les bateaux négriers vers l'Europe. Toujours du côté africain, l'autrice franco-algérienne Lilia Hassaïne est également en lice avec son deuxième roman Soleil amer, une sélection qui constitue la grande surprise de cette édition aux yeux des critiques.
L'ouvrage traite pourtant de l'une des thématiques fétiches du Goncourt quand il s'agit de littérature maghrébine : la double identité et l'histoire de l'émigration algérienne en France.
Lilia Hassaïne l'aborde sous forme de saga familiale entre les années 1960 et 1990. «À la fin des années 50, dans la région de l'Aurès en Algérie, Naja élève seule ses trois filles depuis que son mari Saïd a été recruté pour travailler en France. Quelques années plus tard, devenu ouvrier spécialisé, il parvient à faire venir sa famille en région parisienne. Naja tombe enceinte, mais leurs conditions de vie ne permettent pas au couple d'envisager de garder l'enfant... Avec ce second roman, Lilia Hassaïne aborde la question de l'intégration des populations algériennes dans la société française entre le début des années 60 et la fin des années 80. De l'âge d'or des cités HLM à leur abandon progressif, c'est une période charnière qu'elle dépeint d'un trait. Une histoire intense, portée par des personnages féminins flamboyants», lit-on sur le quatrième de couverture.
Née en 1991 en France, elle fait des études en littérature avant de devenir journaliste. Elle travaillera pour Arte, Le Parisien, Le Monde. Elle est actuellement chroniqueuse dans l'équipe de Yann Barthès dans l'émission «Quotidien» sur TMC.
Après quatre ans d'écriture, elle publie en 2019 chez Gallimard son premier roman L'œil du Paon, salué par la critique. Sa sélection dans la longue liste du Goncourt 2021 laisse entrevoir une carrière littéraire à succès.
S. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.