Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le déstockage de la pomme terre arrive
APPROVISIONNEMENT DU MARCHE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 10 - 2021

Les mesures prises par le département du commerce pour stabiliser les prix des produits de large consommation n'ont eu aucun effet sur la mercuriale qui obéit à la sacro-sainte règle de l'offre et de la demande. La pomme de terre, qui a franchi allégrement le seuil symbolique des 100 dinars le kilogramme, résiste et maintient son prix à la hausse. Même la dernière initiative du ministère de l'Agriculture pour déstocker le tubercule et approvisionner le marché arrive en retard. Cette opération pourra-t-elle faire baisser le prix de la patate ?
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Depuis quelques semaines, tous les produits agricoles frais ont vu leur prix augmenter d'un cran. Même la pomme de terre n'a pas été épargnée. Très prisée pour ses frites, elle est passée en un laps de temps de 65 dinars à 100 dinars le kilogramme. La hausse du prix de ce produit de large consommation mais aussi de tous les autres produits agricoles a, une nouvelle fois, mis à rude épreuve le pouvoir d'achat des Algériens, suffisamment affaiblis depuis l'avènement de la crise sanitaire de Covid-19.
Une flambée que les marchands de fruits et légumes incombent à la dépréciation du dinar et à l'inflation, alors que les pouvoirs publics pointent du doigt la spéculation. D'ailleurs, les services de la Direction du commerce ont saisi, ces derniers temps, d'importantes quantités de pommes de terre à travers plusieurs wilayas. Plus de 8 160 tonnes de pommes de terre destinées à la consommation ont été découvertes dans des entrepôts frigorifiques à Khemis-el-Khechna dans la wilaya de Boumerdès et pas moins de 1 200 tonnes de pommes de terre saisonnières stockées dans les chambres froides d'une entreprise publique à Aïn M'lila dans la wilaya d'Oum-el-Bouaghi.
Des entrepôts qui ont été scellés le temps de l'enquête sur une probable rétention de ce tubercule dans le but de spéculer. En ce début du mois de septembre, le ministère du Commerce avait pris la décision d'autoriser les agriculteurs de vendre leurs produits directement aux consommateurs sans passer par les marchés de gros. Une initiative qui, pourtant, n'a pas eu l'effet escompté sur la mercuriale. Pis encore, les prix des produits agricoles frais ont continué à grimper, au grand dam des ménages.
Dans le but de faire face à cette situation qui n'a que trop duré, une commission interministérielle a été installée mercredi dernier, entre le ministère de l'Agriculture et celui du Commerce. Cette commission vise justement à lutter contre le phénomène de la spéculation qui enflamme depuis quelques mois la mercuriale, et ce, à travers notamment «la maîtrise des prix des produits de base sur le marché».
D'autre part, le ministère de l'Agriculture a lancé récemment l'opération de déstockage de la pomme de terre. Une démarche qui coïncide avec la période de soudure, allant de la mi-octobre à la mi-novembre, qui voit une baisse de la récolte de la patate fraîche. Cet approvisionnement intervient pour réguler le marché et stabiliser les prix à un seuil abordable pour les consommateurs.
«L'Office national interprofessionnel des légumes et viandes (Onilev) a procédé jeudi dernier au déstockage de la pomme de terre stockée dans le cadre du système de régulation des produits agricoles de large consommation, et ce, dans le cadre de la régulation du marché pendant la période de soudure», souligne le communiqué du ministère de l'Agriculture, sans pour autant annoncer le prix de vente en détail du tubercule. La toute première opération de déstockage, précise-t-on, a été effectuée jeudi dernier, dans la wilaya de Mila. Un déstockage qui se poursuivra durant les prochains jours pour toucher d'autres wilayas du pays et alimenter les marchés de gros. Pour rappel, le système de régulation des produits agricoles de large consommation intervient non seulement pour stabiliser l'approvisionnement du marché en ces produits mais aussi pour préserver les revenus des producteurs.
«Le déstockage des produits agricoles de large consommation comme la pomme de terre, l'ail et l'oignon obéit à des conditions techniques», note le même communiqué.
Ry. N.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.