Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





R�FORME DE LA JUSTICE
Plaidoyer pour la r�forme du tribunal criminel
Publié dans Le Soir d'Algérie le 04 - 10 - 2010

Faut-il oui ou non r�former le tribunal criminel ? Si l�id�e est admise, � quel niveau se situeront les changements ? Autant de questions soulev�es, hier, � l�occasion d�une journ�e d��tude initi�e par le Centre de recherche juridique et judiciaire (CRJJ) et ayant eu pour th�me �pour la r�forme du tribunal criminel�. La rencontre s�est tenue au si�ge de la r�sidence des magistrats, en pr�sence d�un parterre de magistrats, d�avocats et de repr�sentants des diff�rents corps de s�curit� de la police judiciaire.
Abder Bettache - Alger (Le Soir) -Dans sa note de pr�sentation, le Centre de recherche juridique et judiciaire a soulev� trois axes autour desquels se sont articul�s les d�bats. Il s�agit �du pourquoi de la r�forme, du double degr� de la juridiction, du jury populaire et de la motivation du jugement �. Dans son intervention intitul�e �Etat des lieux du tribunal criminel en Alg�rie et en droit compar�, l�avocat Miloud Brahimi a plaid� pour �l�introduction du double degr� de juridiction pour le tribunal criminel�, en en indiquant que cette disposition �est un principe consacr� par l�article 14 du pacte international relatif aux droits civils et politiques qui stipule que �toute personne d�clar�e coupable d�une infraction a le droit de faire examiner par une juridiction sup�rieur la d�claration de culpabilit� et la condamnation conform�ment � la loi��. Pour l�avocat, �il est indispensable aujourd�hui d�inclure le principe du double degr� de juridiction en mati�re criminelle�, tout en rappelant qu��aujourd�hui, le jugement rendu par le tribunal criminel n�est susceptible que de pourvoi en cassation devant la Cour supr�me qui ne pourra �tre fond�e qu�en droit conform�ment � l�article 500 du code de proc�dure p�nale�.
Un jury populaire mais non professionnel
Une approche d�fendue �galement par le professeur Mohamed Mentalecheta. Pour cet avocat et professeur en droit � la facult� d�Alger, �les jugements du tribunal criminel sont prononc�s sur la base de l�intime conviction et la loi ne demande pas compte aux juges sur les moyens avec lesquels ils se sont convaincus, alors que dans les domaines correctionnels et contraventionnels qui repr�sentent des faits moins graves, les d�cisions sont motiv�es�. D�s lors, selon l�intervenant, �l�introduction du double degr� du jugement est aujourd�hui une n�cessit�. L�autre axe sur lequel les d�bats se sont focalis�s est celui relatif � la composition du tribunal criminel. Dans son article 146, la Constitution alg�rienne cite la participation des membres du jury dans la composition du tribunal criminel. Mais de l�avis de tous les participants � ce s�minaire, �le tribunal criminel charg� d�examiner les crimes les plus graves compte un jury populaire non professionnel, pour qui la loi n�exige que la capacit� de savoir lire et �crire�. C�est dans ce cadre qu�on n�a pas h�sit� � plaider pour �l�amendement� de cette disposition. �En plus, la participation des jur�s par tirage au sort ne peut assurer une ad�quation entre les aptitudes du jur� tir� au sort et la complexit� de l�affaire. Pour aspirer � une justice de qualit�, il est n�cessaire de d�battre de cette question de participation des jur�s�, souligne-t-on. A ce propos, le professeur Mentalecheta s�est dit �contre la suppression du jury populaire�, tout en plaidant des jur�s pour la �r�vision du nombre � la hausse et permettre au pr�sident du tribunal criminel de jouer le r�le de r�gulateur et d�instaurer un d�bat entre les diff�rents protagonistes d�une affaire criminelle�. Cela dit, dans son intervention � l'ouverture des travaux de la journ�e d'�tude, le directeur g�n�ral a indiqu� que la r�forme du tribunal criminel fait partie du processus de la r�forme de la justice et de la transposition des normes internationales dans notre l�gislation interne, notamment celles concernant les droits de l'homme qui �rev�tent un caract�re de priorit�.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.