Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



D'autres procès attendent Tayeb Louh et Saïd Bouteflika
Condamnés respectivement à 6 ans et 2 ans de prison
Publié dans Le Soir d'Algérie le 14 - 10 - 2021

Le procès de l'ancien garde des Sceaux s'est achevé en laissant derrière lui le goût d'un imbroglio juridico-judiciaire non achevé. Au banc des accusés, à la tribune des magistrats juges, tout un monde entouré de robes noires veillant au grain ont fait vibrer, trois jours durant, les murs de la première chambre du tribunal de Dar-el-Beïda.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Il en reste des mots, souvent lourds de sens, prononcés par deux anciens hauts responsables. Véritable tribun, Tayeb Louh est le second, après Ahmed Ouyahia, à avoir tenu à démontrer sa maîtrise parfaite », selon les avocats, des lois qui l'ont conduit en prison. « Absence de preuves » dans l'affaire Kiffan Mohamed, sexagénaire emprisonné pour avoir refusé de remettre sa petite-fille à son père puis libéré sur ordre de l'ancien ministre de la Justice sur demande de Noureddine Bedoui. « Je n'ai fait que réparer les erreurs dans un dossier mal ficelé, les lois sont claires, les mandats d'arrêt étaient illégaux (...) le Président m'a demandé de réparer ces fautes », se justifie-t-il dans l'affaire Chakib Khelil. Il tacle au passage Belkacem Zeghmati, rappelant qu'il « travaillait sous ses ordres » et qu'il avait rédigé une « lettre d'excuses ».
Débat encore et encore sur ces lois qui ont conduit à son inculpation dans le dossier du président de la cour de Ghardaïa et des hommes d'affaires Mahieddine Tahkout et Ali Haddad. Tayeb Louh est entouré d'avocats qui le présentent comme étant le « ministre le plus pauvre ne détenant qu'une maison familiale (...), une victime également d'un règlement de comptes qui s'est joué au lendemain du 22 février ».
Le juge l'écoute et le condamne à six ans de prison. La peine prononcée à l'encontre de Saïd Bouteflika est très différente. Il écope de deux années de prison pour avoir transmis à l'ancien ministre de la Justice des SMS considérés comme étant une manière de lui recommander Tahkout, Haddad, mais aussi l'affaire de la télévision Beur TV.
L'ex-conseiller du Président déchu ne se défend pas sur le fond de l'affaire. « J'ai grandi parmi les grands hommes de ce pays », assène-t-il à l'ouverture du procès comme à sa clôture.
D'une voix pesée, il affirme détenir « des secrets pouvant ébranler les fondements de l'Etat ». Il n'en dit pas plus et se suffit de faire remarquer que le représentant du ministère public ne lui a posé aucune question, ce qui constitue une preuve de son « innocence », dit-il, avant de révéler qu'il avait été menacé par le juge d'instruction qui l'avait auditionné au moment où il se trouvait encore à la prison militaire de Blida et que ce dernier l'avait inculpé sur la base « d'un dossier truqué ».
Comme pour démontrer qu'il n'a rien perdu de sa personnalité, il tient à saluer son « frère Haddad », jugé par visioconférence à partir de sa prison de Tazoult. L'homme d'affaires écope, lui aussi, de deux années de prison, tout comme Benhachemi Tayeb, ancien inspecteur général du ministère de la Justice. Les condamnations ne sont accompagnées d'aucune amende.
Le président du tribunal a débouté le Trésor public qui voulait se constituer dans cette affaire pour atteinte aux institutions. Tous les mis en cause devront comparaître lors de nouveaux procès, dans d'autres affaires en cours de finalisation.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.