L'Anie dévoile le taux final de participation    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Le procès en appel de Hamid Melzi reporté    Les salaires meilleurs dans le secteur public    Célébration dans un climat de trahison    Des routes fermées dans plusieurs wilayas    De nouvelles conditions fixées à Alger    172 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    L'angoissante nuit du dépouillement    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Trois morts à Téra, au Niger    Ferhat, une affaire à saisir    Une pluie de prétendants    Le feuilleton Haaland est relancé    Inter Milan : Direction l'Espagne pour Matias Vecino ?    «Le taux de participation est positif»    Ni perdant ni gagnant    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    Manteau blanc sur les montagnes    Chréa en robe de mariée    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    Benabderrahmane reçoit le ministre libyen de l'Intérieur    La JSK et la JSS battues    Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien: poursuivre le combat contre la normalisation    Des vents forts sur plusieurs wilayas à partir de dimanche après-midi    Eni cède une partie de ses participations à Snam dans les gazoducs reliant l'Algérie à l'Italie    La Juventus communique sur l'enquète de la police financière    Les multinationales de production d'énergie doivent quitter "immédiatement" le territoire sahraoui occupé    "Une révision profonde des textes en 2022"    "Une conjonction entre la pensée et les actes"    Sachez que...    La police disperse des manifestants contre le pouvoir à Ouagadougou    L'Italie et le Portugal versés dans la même voie    Queiroz repêche Hedjazy    Souriez, nous allons tous mourir !    ACTUCULT    «Valeurs arabo-musulmanes et algériennes» ? (3)    Les enfumades du Dahra    Locales du 27 novembre: mettre le "dernier jalon" pour l'édification institutionnelle de l'Algérie nouvelle    Misserghine et Boutlelis: Une production de 43.000 quintaux d'agrumes attendue    Pour promouvoir la coopération bilatérale: Visite de l'ambassadrice de Finlande à la CCIO    Chômage, prix et impératif civisme    Le culte fécond ou stérile du passé    L'enjeu des locales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les élèves ferment le lycée de Sidi-Boudraham
Béjaïa
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 10 - 2021

Le lycée de Sidi-Boudraham a été fermé une nouvelle fois, dans la journée d'hier, par les élèves en signe de protestation contre leurs mauvaises conditions de scolarité.
Ouvert au début de cette nouvelle année scolaire, le lycée de Sidi-Boudraham, construit sur les hauteurs de la ville de Béjaïa, a été secoué, pour rappel, depuis l'entame de cette année scolaire, par plusieurs mouvements de protestation des élèves qui réclament de «meilleures conditions de scolarité».
Entre autres préoccupations soulevées par les lycéens, l'aménagement de la route menant vers l'infrastructure scolaire, ainsi que des moyens matériels et pédagogiques.
Les apprenants se plaignent également de l'absence totale de sécurité dans ce lycée construit dans une zone isolée. Les lycéens déplorent « la sourde oreille » des responsables du secteur de l'éducation pour une réelle prise en charge de leurs doléances, malgré leurs multiples démarches et mouvements de protestation.
« Nous avons alerté les responsables de l'éducation maintes fois sur toutes ces difficultés auxquelles nous faisons face depuis la rentrée scolaire, mais aucune de nos préoccupations n'a été prise en charge. Rejoindre notre lycée constitue quotidiennement un véritable calvaire au vu de l'état lamentable de la route. Absence de moyens pédagogiques, manque d'enseignants auxquels s'ajoute une insécurité dans ce lycée construit dans une zone isolée », font constater amèrement certains élèves.
Les parents d'élèves du lycée de Sidi-Boudraham sont aussi montés au créneau pour soutenir leurs enfants. «Nos enfants ont observé plusieurs mouvements de protestation sans qu'ils soient écoutés par les responsables concernés. L'infrastructure scolaire ouverte dans la précipitation est dépourvue du minimum de moyens matériels et pédagogiques, sans parler du manque d'enseignants, Des blocs d'enseignement ne disposent même pas d'issues de secours. Excepté les tables et les chaises, ce lycée ne dispose pratiquement d'aucun autre moyen pédagogique en plus de la route et de l'insécurité régnant dans cette zone isolée », s'est plaint un membre de l'association des parents d'élèves de ce nouveau lycée.
A. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.