Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Everton : Les supporters demande le départ de Pereira avant même son arrivée    CAN 2021 : Le programme complet des quarts de finale    Raymond Domenech et Estelle Denis séparés après 18 ans de vie commune    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Complots et trahisons autour du football africain    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    La Sadeg améliore sa desserte    Les exportations en hausse    Les Groupes parlementaires fustigent l'Anie    JSK - Royal Léopards reporté?    Messi penserait à un retour au Barça    Brèves Omnisports    Les preuves du complot    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La rentrée reportée?    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Fermeture des espaces culturels    1ère édition en mai prochain    L'illusion d'un eldorado européen    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine dans les secteurs de Mahbès et d'El bekkari    La ministre de la Culture présente à l'ouverture de la Foire internationale du livre du Caire    Le "sommet" algéro-égyptien du Caire fait la "Une" des médias égyptiens    Bouslimani appelle la presse nationale à redoubler d'efforts pour faire avorter les projets visant l'Algérie    Accidents de la route: 10 morts et 298 blessés en une semaine en zones urbaines    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    Le ministère des Affaires étrangères cible d'une cyberattaque    Le militant Yanis Adjlia écope de 6 mois de prison ferme    le procès de l'affaire du groupe agroalimentaire "Benamor" reporté au 2 février prochain    Témoignage d'un combattant de l'ALN en Wilaya III (Kabylie) 1956-1962    Sport et musique !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un art transgénérationnel
L'école d'affiche polonaise à la Galerie Mohamed-Racim
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 11 - 2021

L'art polonais de l'affiche est à découvrir jusqu'au 2 décembre à la galerie Racim. Cette exposition, co-organisée par l'ambassade de Pologne, le ministère de la Culture et la Fondation Asselah, réunit près d'une centaine d'affiches réalisées par des artistes de renom.
Festivals, films, expositions, pièces de théâtre, concerts de musique et autres événements culturels sont à la fois synthétisés et sublimés à travers l'œil vivifiant d'artistes et profs de beaux-arts polonais qui ont créé une véritable école dans le genre.
L'exposition, qui se tient jusqu'au 2 décembre à la galerie Mohamed-Racim, constitue une véritable mine d'or pour les amateurs de l'art de l'affiche qui y effectueront un voyage dans le temps mais aussi dans l'imagination foisonnante d'artistes et graphistes polonais. Ces derniers se réapproprient donc les œuvres d'autrui pour en féconder d'autres, en adoptant différents styles et techniques artistiques. Du cubisme au surréalisme, en passant par l'expressionnisme, le pop-art ou le réalisme, les affichistes polonais s'amusent littéralement à recréer des œuvres locales ou étrangères, en leur offrant une dimension nouvelle, une sorte de réinterprétation subjective et intemporelle.
Ce qui attire le plus l'attention dans cette exposition, ce sont, probablement, les affiches dédiées aux films américains, durant la période soviétique.
La censure fait alors rage dans la Pologne des années 1950-1980 mais l'Etat, dans sa volonté de contrôler jusqu'aux représentations visuelles des films autorisés, encourage et dynamise une création artistique locale qui se fera connaître partout dans le monde. Ainsi, on pourrait admirer, peut-être plus que l'originale, l'affiche polonaise du blockbuster Rocky (1978). Mieux que l'image classique, voire basique, d'un Stallone bombant le torse et serrant le poing, le graphiste Edward Lutczyn en propose une magnifique illustration suggestive où l'on voit deux gants de boxe enlacés sous forme d'un cœur. Pareil pour Apocalypse Now de Francis Ford Coppola (1980), dont le ciel flamboyant se confondant avec le napalm laisse place au graphisme lancinant de Waldemar Swierzy qui se réapproprie le visage du colonel Kurtz pour en accentuer l'épouvante.
L'exposition propose, par ailleurs, une riche rétrospective de tous les styles et générations qui ont fait de l'art polonais de l'affiche une école reconnue dans le monde entier et un vivier de talents et de vitalité qui a su se renouveler et demeurer une référence jusqu'à nos jours.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.