Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Des mentalités à formater    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Les directeurs des CEM se rebellent    La société civile en question    Oran n'aura plus soif    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Parution de l'ouvrage Dr Mohamed Lamine Debaghine. Un intellectuel chez les plébéiens de Rachid Khettab
Edition
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 11 - 2021

Dr Mohamed Lamine Debaghine. Un intellectuel chez les plébéiens, c'est le titre du dernier ouvrage, assez copieux (400 pages), que l'on doit à Rachid Khettab qui n'en est pas à son premier, loin s'en faut. En effet, l'auteur marque son entrée dans le monde de l'édition avec Frères et compagnons, un dictionnaire biographique des Algériens d'origine européenne et juive pendant la guerre de Libération nationale 1954-1962.
Suivra Les amis et les frères, un autre dictionnaire des soutiens internationaux à la lutte de Libération nationale, paru en 2017. Avec ce troisième titre, Rachid Khettab confirme sa volonté qui confine à l'engagement de défricher des sentiers.
S'intéresser à un personnage, de forte personnalité certes, mais plutôt peu enclin à s'exprimer, cultivant, de par sa nature, la discrétion, a de quoi surprendre d'autant que les documents sont rarissimes, comme l'explique l'auteur. Et c'est donc dans une véritable galère qu'il va s'embarquer, mais aucune difficulté ne le décourage. Le résultat est probant, puisqu'il nous livre un ouvrage de haute tenue, riche en références historiques quant aux moments très particuliers de la vie du mouvement national et, bien sûr, l'action du personnage, comme sujet d'étude. Mais déjà, afin de ne pas se fourvoyer dans une description du profil psychologique du personnage, l'auteur ne ménage pas ses efforts afin de rendre une image claire et sans ambiguïté du Dr Mohamed Lamine Debaghine.
On apprend qu'il est issu d'une famille algéroise connue de la Casbah d'Alger. Ce médecin par accident, comme il le dit lui-même, sera maître d'internat où son aura est reconnue parmi les Benkhedda, M'Hamed Yazid, Saâd Dahlab, Abane Ramdane et Ali Boumendjel. Il pouvait se prévaloir d'une double culture grâce à sa formation dans une école coranique et à l'école publique.
À 22 ans, il adhère au PPA (Parti du peuple algérien) en 1939. Il vivra les grands moments de répression coloniale dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale. Le parti nationaliste est dissous, ses dirigeants emprisonnés et pourchassés. L'occasion pour Lamine Debaghine de faire ses premières armes, malgré les interdits imposés par l'infâme «code de l'indigénat».
Il jouera un rôle de premier plan dans la réorganisation du PPA, nous dit l'auteur qui précise qu'il était très actif dans le mouvement estudiantin et qu'il était vice-président de l'AEMAN (association des étudiants musulmans de l'Afrique du Nord). Ce natif de Hussein-Dey, dans la banlieue algéroise, grandira à Cherchell. «Sa conscience politique est née de la rencontre de la revendication de l'indépendance chère aux vieux militants de l'ENA issus de l'émigration, et la nouvelle couche urbaine moderniste dont Lamine Debaghine est issu.» Pour Rachid Khettab, celui-ci était le «seul médecin à choisir le parti des ''gueux'' alors que ses confrères ont opté pour les partis assimilationnistes et les élus». À bien suivre les développements de l'auteur, le jeune Debaghine jouera un «rôle de premier plan dans la réorganisation du PPA».
Ce «doctrinaire et activiste du PPA-MTLD» pèsera de son poids, nous dit l'auteur, dans le lancement et la conduite du mouvement révolutionnaire. On le trouve ainsi à l'avant-garde du PPA clandestin dans la période 1939-1944 aux côtés, notamment, de Aït Ahmed (encore lycéen), Ould Hamouda, Mohamed Belouizdad, Ali Laïmèche). L'action nationaliste le propulsera en tant que théoricien du parti.
Toutefois, sa forte personnalité se heurtera à Messali Hadj à propos de la participation aux élections parce qu'il prônait plutôt «la préparation immédiate à l'insurrection armée et l'activité clandestine». D'autre part, ses initiatives hors contrôle du Zaïm lui seront fatales puisqu'il sera exclu du comité directeur duquel il démissionnera.
S'ensuivra une avalanche d'accusations justifiant sa marginalisation-exclusion. L'Histoire lui donnera raison. Tout aussi actif au sein du GPRA, il entrera en conflit, en plein Conseil du gouvernement, avec Ferhat Abbas à propos de la mort d'Allalou Amira. C'est la rupture entre les deux hommes. Il décide de quitter le Gouvernement provisoire en mars 1959. Du reste, il occupera plusieurs fonctions de direction (1954-1962) jusqu'à celle de ministre des affaires étrangères du GPRA. Son parcours ne sera pas de tout repos vu ses positions tranchées qui lui vaudront d'être évincé du CNRA et du GPRA. Outre les nombreux griefs retenus contre lui par le MTLD, Lamine Debaghine ne supportait pas la qualité des débats au sein du bureau politique et Aït Ahmed également en était offusqué, selon un rapport de Benyoucef Benkhedda. Mohamed Belouizdad réagit, lui, en disant qu'«il ne fallait pas se décourager des comportements de ces militants, un peu voyous mais débrouillards (...)». Discret à son habitude, il sera un observateur privilégié de la montée en puissance de l'Etat-Major général (EMG) au détriment du GPRA.
Mohamed Lamine Debaghine aura vécu l'aboutissement de son engagement pour l'indépendance du pays pour laquelle il a consacré sa vie qu'il finira à El Eulma dans sa fonction initiale de médecin. L'auteur Rachid Khettab nous apprend que ce militant de la première heure a eu à batailler pour faire valoir son statut d'ancien moudjahid ! Il décédera le 23 janvier 2003 à l'hôpital militaire de Aïn Naâdja. Il est enterré au cimetière de Sidi-M'hamed (Alger) plutôt que dans le carré des martyrs d'El Alia, selon ses dernières volontés. Nous n'omettrons pas de souligner l'excellent travail de recherche, très documenté, ainsi que les documents inédits qu'il s'est difficilement procurés en Algérie et en France.
Cet ouvrage se pose comme une référence pour les chercheurs, les historiens, les professeurs et les étudiants.
Brahim Taouchichet
Rachid Khettab - Docteur Mohamed Lamine Debaghine. Un intellectuel chez les plébéiens. 400 pages - 1500 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.