L'Algérie et l'Egypte conviennent de renforcer le partenariat et le jumelage interuniversitaire    Covid-19: suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    Coronavirus: 400 cas du variant Omicron enregistrés en Algérie    EN: le constat sans appel de Belmadi    Suspension des cours dans les structures d'enseignement coranique pour 10 jours    L'impunité dont jouit l'occupant marocain aggrave la souffrance des Sahraouis    Coronavirus: 1.552 nouveaux cas, 656 guérisons et 10 décès    Le respect des mesures barrières et la vaccination, armes efficaces contre la propagation de la Covid-19    L'Otan est en train d'envahir l'Ukraine, selon Moscou    La CAPC exprime son "entière satisfaction"    Les opérateurs demandent la révision de la loi    Ghorbal et Etchiali retenus pas la FIFA    Le RCK et la JSBM champions d'hiver    Infondées et irrecevables dans la forme    LE PRIX DU PETROLE EN HAUSSE CONTINUE    Khalida Toumi, une femme à bout...    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Plusieurs personnes arrêtées    Un «système de dissuasion» à Melilla et Ceuta pour contrer les menaces du Maroc    CAN 2021 : Fin de la préparation pour le choc face à la Côte d'Ivoire. Place au match !    Voile : l'équipe nationale de Bic-Techno en stage à Alger    Nabil Sadou, premier libéré    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    503 dossiers de candidature déposés    Débat ouvert sur la situation au Moyen-Orient et en Palestine    Une bande de malfaiteurs spécialisée dans le vol de pièces détachées démantelée    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Ouverture des Journées du chant andalou en hommage à Abderrezak Fakhardji    La politique contre la ville ?    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Covid-19 chez les enfants: Près de 170 cas dépistés en 1 mois    Les familles exclues du relogement du bidonville «Es-Sebkha»: La daïra d'Es-Senia publie les résultats des recours    Tlemcen: Le cri d'alarme d'un chef de service et les assurances du DG du CHU    La CNAS lance une campagne de sensibilisation: 15.000 déclarations annuelles sur les salaires déposées depuis le début de l'année    L'argent, il faut qu'il nous serve, qu'il serve l'économie. Pour cela, il est urgent de le remettre à sa place !    Bethioua, Mers El-Hadjadj, Aïn El-Bia et Misserghine: Quatre mini-zones d'activités en cours de réalisation    Les êtres qui montrent le chemin    Isabelle Eberhardt: Après une vie courte et émouvante, c'est une ironie du sort que de mourir noyée dans le désert    2022 : l'année de la révolte des peuples opprimés ?    Journée d'étude sur la relation entre la justice et la presse    La grève des avocats paralyse les tribunaux    L'OTAN vante les mérites de l'Algérie    Les arguments du ministère    Fatsah Chibane ressuscité    «Insurrection de 1871 : le Centenaire oublié»    Si Mohand u Mhand subjugue le public d'Akbou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Seïf al-Islam Kadhafi, la revanche ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 11 - 2021

Kadhafi n'est pas mort ! Le voilà ressuscité via son fils cadet Seïf al-Islam, 49 ans, candidat à l'élection présidentielle du 24 décembre. Et quoi de mieux que d'abandonner le costard trois pièces qui lui donnait un air d'élève modèle d'école supérieure anglo-saxonne, pour une tenue traditionnelle, à même de permettre à ce diplômé de la London School of Economics (LSE) de se fondre dans la couleur locale et... de faire peuple !
Dans cette Libye pas près de voir le bout du tunnel, Seïf al-Islam se voit en rassembleur, comme l'homme en mesure de transcender les clivages tribalo-religieux, réconcilier les Libyens et mettre fin à la guerre civile qui ravage le pays depuis la fin sanglante de son père. Déjà, du vivant de Maâmar Kadhafi, dont on disait qu'il allait lui succéder, il s'était donné une image d'ouverture, de réformateur et de modernité à même de rassurer les partenaires occidentaux de la Libye. Mais plus que le printemps dit arabe, BHL, les pays du Golfe et l'Otan, qui l'en auraient empêché, c'est la politique de son père, autocrate devant l'Eternel, qui est en dernière analyse à l'origine du désastre libyen.
En effet, Maâmar Kadhafi, qui dirigeait un pays riche ne comptant que 7 millions d'habitants dont trois millions d'immigrés, aurait pu en faire un second Dubaï. Il n'en a rien été. À la veille de sa chute, la Libye était un pays structurellement délabré, sans véritable administration, avec des infrastructures qui laissaient à désirer compte tenu des moyens financiers colossaux dont disposait ce pays. Tout ce qui intéressait alors l'autocrate libyen était de dépenser sans compter l'argent du pétrole dans l'achat massif d'armes afin de faire de la Libye une puissance militaire, finançant des mouvements rebelles africains aux objectifs douteux, se rêvant à la tête d'un grand ensemble régional – le projet de Grand Sahara central allant de la Mauritanie à la Libye, englobant une partie du Sud algérien et les pays du Sahel – narguant l'Occident capitaliste, sans se rendre compte que ce dernier l'instrumentalisait et l'encourageait dans son entreprise de déstabilisation régionale.
Pour l'heure, la candidature de Seïf al-Islam ne fait pas l'unanimité. Certes, elle est bien accueillie par cette partie de la population lassée par dix ans de guerre civile, en quête de paix et de stabilité. C'est du moins l'hypothèse du chercheur américain et spécialiste de la Libye, Emadeddin Badi, selon qui « la cote de Seïf al-Islam Kadhafi n'a fait que progresser au sein de certaines communautés, notamment pour des raisons économiques, sécuritaires ou politiques ». Et le fait qu'il ait annoncé son retour en politique dans les colonnes du New York Times est plus qu'un clin d'œil en direction de l'Amérique de Biden.
Mais, une autre partie des Libyens, sous la pression des milices armées islamistes, lui est hostile. « Nous refusons la candidature de ceux qui ont fait un usage excessif de la force face au soulèvement du peuple libyen et qui sont visés par des mandats d'arrêt émanant de la justice libyenne et de la Cour pénale internationale (CPI)», a déclaré le Conseil des notables et sages de Misrata (Ouest libyen) sous contrôle des milices islamistes. Lesquelles ont appelé au boycott et fermé des bureaux de vote.
Comme on le voit, pour Seïf al-Islam, être « le fils de... » et le rôle qu'il a assumé dans la répression de la révolte libyenne en mars-octobre 2011 lui collent à la peau. De plus, il lui faudra compter avec le très controversé Khalifa Haftar qui vient d'annoncer sa candidature à l'élection présidentielle et les parrains occidentaux, russes, turcs et arabes des deux principaux blocs politico-militaires libyens qui se disputent le pouvoir, d'une part, le bloc basé à Tripoli et incarné par le Premier ministre et homme d'affaires Abdel Hamid Dbeibah et, d'autre part, celui basé à Benghazi du maréchal Haftar. Ça fait beaucoup ! D'autant que parmi ces parrains, le Qatar notamment, la Turquie et même la France ne voient pas son retour en politique d'un bon œil, tant les enjeux stratégiques et économiques sont énormes.
Et l'Algérie dans tout ça, elle qui partage 982 km de frontière avec la Libye et qui, de fait, est en première ligne ? Si elle a son mot à dire sur le dossier libyen, elle n'a pas les clés de la solution. Elle aussi devra compter avec cette galaxie de pays cités plus haut, qui ne sont pas prêts à lâcher la proie pour l'ombre.
À jeudi.
H. Z.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.