Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kawtar, 22 ans, son tort d'être algérienne au Maroc
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 11 - 2021

Elle est belle comme un cœur, des mensurations à faire fantasmer les mauvaises langues. La miss univers Maroc 2021, c'est l'Algérienne Kawtar Benhalima, 22 ans. Pour une jeune et fraîche jeune fille, c'est l'accomplissement d'une ambition, d'un rêve qu'elle nourrissait toute petite. Toute heureuse d'être conviée à un journal d'info pour parler de son sacre, dans son innocence, elle commettra l'irréparable. Elle révèle que ses grands-parents sont algériens, des réfugiés de la guerre de Libération. Ça date diriez-vous, mais parfois les malintentionnés aiment conjuguer le passé au présent. Brusquement, la Toile s'enflamme, les bons sujets de sa majesté s'émeuvent, vite, il faut réparer ce crime porté à l'authenticité marocaine. C'est une avalanche de critiques, d'une virulence propre aux internautes chargés d'attaquer, de diffamer tout ce qui est algérien. Un sport auquel nous sommes habitués et que l'on observe avec le sourire entendu. Mais pour Kawtar, c'est le ciel tombé sur la tête. Tout juste qu'elle ne soit pas traînée devant les tribunaux. Bien évidemment, elle aurait pu taire ses origines et, représentante du trône alaouite, se limiter à exhiber sa belle couronne sertie de brillants. Pour l'heure, la sortie de Kawtar Benhalima ne fait pas de son élection une affaire d'Etat.
Toutes proportions gardées, cette affaire nous renvoie au cas du Français Karim Benzema, qui ne chante pas la Marseillaise et qui se dit algérien de cœur. Voué aux gémonies, il ne doit son salut qu'aux services qu'il rend à la France. Mais pour lui, nul besoin de mea-culpa, faisant de son talent son meilleur argument de défense. Par ces temps de crises avec la France, avec le Maroc, affirmer son identité algérienne est un challenge qu'il faut assumer en permanence. Autres temps, autres mœurs. Marocains, les Frères Megri étaient portés au pinacle en Algérie d'où ils produisent un tube à succès, Lili Touil, conçus et mis en forme avec des artistes oranais. Mais il y a comme quelque chose de pourri dans le royaume de M6. La cour assidue faite à nos artistes en représentations au Maroc ne surprend guère. L'octroi de la nationalité marocaine ne saurait cacher la volonté de dépouiller l'Algérie de ses richesses culturelles.
Notre voisin de l'Ouest ne clame-t-il pas que le genre raï est marocain ? Néanmoins, il s'en trouvera un cheb Khaled pour conforter les officiels marocains. Le natif d'Oran ne met pas de gants pour dire qu'il s'est toujours « senti » marocain. Si, si, il l'a déclaré avec ce qui ressemble à un sourire. Je dois avouer que face à toutes ces petitesses, j'ai la nostalgie des Nass El Ghiwane, Jil Jilala, Abdelwahab Doukkali et Abdelhadi Belkhayat. Non, nous n'oublions pas Najat Aâtabou et, bien sûr, Sanaa Marahati...
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.