Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Complexe sidérurgique de Bellara: exportation de 100.000 tonnes de produits ferreux en 4 mois    Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Boxe/Mondiaux féminins 2022: Khelif et Chaïb en lice lundi    Le Président Tebboune poursuit sa visite d'Etat en Turquie    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    L'université apporte sa touche    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le MSP vise un groupe parlementaire
Sénatoriales
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 01 - 2022

Le Mouvement de la société pour la paix entend retrouver sa place au Conseil de la Nation qu'il a perdue depuis des années. Le mouvement islamiste vise, ni plus ni moins, que d'avoir un groupe parlementaire.
M. Kebci-Alger (Le Soir)- Absent du Conseil de la Nation, le Mouvement de la société pour la paix veut y faire une entrée plus que symbolique. Ceci en briguant tout simplement au-delà d'une dizaine de sièges, ce qui lui permettra de constituer un groupe parlementaire au sein de la Chambre haute du Parlement. Une chambre au sein de laquelle les deux partis du pouvoir, le parti du Front de libération nationale, avec 47 sièges, et le Rassemblement national démocratique qui en compte 44 en plus du tiers présidentiel qui comptabilise 44 autres sièges dont beaucoup en sont issus, détiennent la quasi-majorité. Seul le Front des forces socialistes est présent, lui qui occupe 4 sièges (ceux des wilayas de Tizi-Ouzou et de Béjaïa), alors que 5 sièges restent vacants.
C'est ce que nous affirmait, hier dimanche, Ahmed Sadok, membre du bureau national du mouvement islamiste. Sans donner de détails sur l'étendue de la participation du parti au scrutin prévu le 5 février prochain, notre interlocuteur soutient que les candidats partants, retenus à l'issue de primaires organisées la semaine écoulée, ont déposé hier dimanche leurs dossiers de candidature. «Nous visons plus d'une dizaine de sièges, ce qui nous permettra de constituer un groupe parlementaire», soutient-il. Pour y arriver, le cadre dirigeant du MSP dit compter sur l'assez large collège électoral du mouvement, constitué de 1 820 sièges au niveau des APC (Assemblées populaires communales) et 260 autres au niveau des APW (Assemblées populaires de wilaya). Des élus locaux issus des élections locales anticipées du 27 novembre dernier, en plus de ceux d'autres partis, notamment ceux du frère ennemi, le mouvement El Binaa là où ce dernier ne présente pas de candidats, sur qui pourrait compter le mouvement que préside Abderezzak Makri. Ce dernier caresse le rêve de constituer ce groupe parlementaire au sein du Conseil de la Nation à même d'incarner la seule et unique voix de l'opposition au sein de la Chambre haute du Parlement comme c'est le cas au niveau de l'Assemblée populaire nationale.
Seulement, Sadok dit nourrir de «sérieuses craintes quant à l'immixtion, encore une fois, de l'argent sale, dans le processus électoral comme cela a toujours été le cas». Avec ses 2 080 élus locaux, le MSP assure la présidence de deux APW (Biskra et el Méghaïer), ainsi que celle d'une centaine de communes.
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.